Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Démocratie numérique


Consultation en ligne pour une autre politique d’immigration







 Autres langues: 4  Langues: 4
Les ateliers organisés à Lausanne et dans six autres villes suisses ont produit des idées pour aider à aborder la politique d’immigration avec un regard neuf. (foraus.crowdicity.com)

Les ateliers organisés à Lausanne et dans six autres villes suisses ont produit des idées pour aider à aborder la politique d’immigration avec un regard neuf.

(foraus.crowdicity.com)

Comment sortir la politique d’immigration de la Suisse de ce que certains perçoivent comme une impasse? Plus de 100 idées récoltées via un appel sur Internet attendent le verdict du public pour le 7 septembre. 

Cet article faite partie de #Dear Democracy, la plateforme de swissinfo.ch pour la démocratie directe.

Le projet lancé en avril par Foraus constitue une première suisse. Durant trois mois, le site du think tank de politique étrangère a servi de plateforme pour collecter toutes les propositions, tandis que des ateliers étaient organisés dans sept villes du pays, dont Genève, Bâle, Zurich, Berne et Lausanne, pour générer de nouvelles idées.

Selon Jonas Nakonz, chef du projet, les participants ont été avant tout des représentants de la société civile et des organisations internationales, ainsi que des étudiants.

Au final, ce ne sont pas moins de 101 propositions, en allemand, en français et quelques-unes en anglais qui ont pu être soumises au contrôle en ligne du public. Puis, on a confié à un jury d’experts le soin d’en retenir 15, qui seront discutées à Zurich le 7 septembre. Foraus a également promis de soutenir les idées gagnantes par la publication d’un livre.

Quelques idées

«Nous allons atteindre une vision commune pour la Suisse, pays d’immigration», annonçait le think tank sur son site internet. Alors, quelles propositions sont sorties de l’exercice? «Cela va d’idées toutes simples mais très concrètes, comme d’enregistrer les auditions des requérants d’asile, à des propositions plus visionnaires comme d’accorder les droits politiques à tous les résidents», explique Jonas Nakonz.

D’autres propositions exprimées sur la plateforme internet concernent les «ambassadeurs biculturels», une initiative pour coordonner les projets migratoires, l’introduction d’un système similaire à la «Green Card» américaine, ou l’introduction un service de conseils dans les pays dont les réfugiés sont originaires.

Plusieurs suggestions visent à engager les écoles, les chercheurs et les médias pour aider à créer un environnement favorable qui garantisse la protection et qui offre des perspectives aux réfugiés, en maintenant «un sentiment partagé de communauté dans une société globalisée».

De plus, toute une série de propositions sont centrées sur des moyens pour faciliter l’intégration des immigrants dans la société suisse, notamment en leur garantissant l’accès au marché de travail. Ce qui montre que les requérants d’asile «n’ont pas seulement besoin de protection, mais doivent surtout avoir une perspective à long terme et la possibilité de participer à la société», écrit Laurence Herzog sur le site du projet.

De son côté, le président de Foraus Nicola Forster dit que la politique d’immigration suisse a besoin d’une nouvelle vision. Pour lui, il s’agit de «considérer la migration comme une chance».


(Traduction de l’anglais: Marc-André Miserez), swissinfo.ch

×