Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Emissions de CO2


L’Europe assigne des devoirs climatiques







 Autres langues: 3  Langues: 3
L'hiver doux de l'année dernière a permis de limiter les émissions liées aux combustibles fossiles. (Keystone)

L'hiver doux de l'année dernière a permis de limiter les émissions liées aux combustibles fossiles.

(Keystone)

Plus un pays est riche, plus il devra réduire ses émissions de gaz à effet de serre. C’est le principe adopté par la Commission européenne qui a présenté des propositions pour répartir l’effort de réduction entre ses membres. Sept mois après l’accord sur le climat de Paris, les progrès sont toutefois insuffisants. En Suisse aussi, jugent les écologistes. 

L’Union européenne veut abaisser ses émissions de CO2 de 40% d’ici 2030 par rapport aux valeurs de 1990. Pour tenir son engament pris dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat, elle demande à ses membres les plus riches de faire l’effort le plus grand. 

L’Allemagne, qui est la principale puissance économique de l’UE, devra réduire ses émissions de 38% par rapport à 2005. Les réductions pour la France, le Royaume-Uni (dont le statut au sein de l’UE est en suspens suite au vote sur le Brexit), l’Italie et l’Autriche sont comprises entre 33 et 37%. 

L’objectif le plus ambitieux (40%) a été attribué à la Suède et au Luxembourg, des pays dont le PIB par tête fait partie des plus élevés du continent. Au fond du classement, on trouve les pays de l’Est, où la réduction demandée se situe entre 2 et 9%. 

La réaction des organisations de défense de l’environnement ne s’est pas fait attendre. Selon le Réseau Action Climat, le projet européen est «insuffisant» pour respecter l’accord de Paris sur le climat, qui prévoit de limiter à 2 degrés C l’augmentation de la température. 

Emission en baisse en Suisse, ou peut-être pas 

La Suisse a de son côté décidé une réduction de 50% d’ici 2030. Mais l’objectif du gouvernement doit encore être ratifié par le Parlement, et ce alors que sa composante écologiste a perdu en importance à la suite des élections fédérales de l’automne dernier. 

Les dernières statistiques sur le CO2 montrent que les émissions continuent de diminuer en Suisse. En 2015, celles provenant des combustibles se sont réduites de 2,8% par rapport à l’année précédente, alors que celles générées par les carburants sont descendues de 4,3%, indique l’Office fédéral de l’environnement.

Cependant, si on exclut les effets liés aux conditions météorologiques et au franc fort, la vision change. 

Sans la correction météorologique, les émissions de combustibles ont augmenté de 5%, indique l’office. Par ailleurs, souligne-t-il, la diminution des émissions de carburants est due «surtout» à l’abolition du taux de change plancher entre le franc et l’euro et à ses conséquences sur le tourisme de l’essence. En d’autres termes, rien n’indique que la Suisse a réduit de manière substantielle sa dépendance aux énergies fossiles. 

«Les apparences sont trompeuses», commente le WWF Suisse. «La consommation d’essence s’est simplement déplacée vers nos voisins. Sans cet effet particulier, la baisse des émissions de CO2 serait seulement de 2%, ce qui ne suffit pas pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris sur le climat», relève l’organisation écologiste. 

Sur 195 pays et organisations qui ont négocié l’accord sur le climat en décembre dernier, 177 l’ont déjà signé. Mais jusqu’à présent, seulement 19 l’ont ratifié, essentiellement des petits Etats insulaires.

Seriez-vous prêt à accepter des mesures drastiques pour réduire les émissions de CO2 dans votre pays? N’hésitez pas à partager votre point de vue.


(Traduction de l’italien: Olivier Pauchard), swissinfo.ch

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×