Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Forum de Tunis 2015


L’avenir de la Tunisie passe par la décentralisation



Par Renat Kuenzi, swissinfo.ch




Spécialiste de la démocratie directe suisse, Andreas Gross a aussi une profonde connaissance de sa situation en Tunisie, où il s'est déjà rendu à de nombreuses reprises, notamment pour surveiller de déroulement des élections. (Keystone)

Spécialiste de la démocratie directe suisse, Andreas Gross a aussi une profonde connaissance de sa situation en Tunisie, où il s'est déjà rendu à de nombreuses reprises, notamment pour surveiller de déroulement des élections.

(Keystone)

La décentralisation est l’un des grands défis de la Tunisie issue de la révolution. Le pouvoir devrait être partagé avec les communes et les provinces. Mais pour le moment, «ces dernières ressemblent plutôt à des coquilles vides dont les structures doivent être remplies», estime Andreas Gross, expert suisse de la démocratie directe.

La décentralisation figure aussi parmi les thèmes proposés lors du Forum global sur la démocratie directe moderne, qui a lieu à Tunis du 14 au 17 mai. Andreas Gross y prendra la parole en ouverture de la manifestation. Interview.

swissinfo.ch: La Tunisie a de gros problèmes économiques et pour les gens, la situation est plutôt plus mauvaise qu’avant la révolution de 2010-2011. Le Forum global représente-t-il un signe d’espoir pour les citoyens?

Andreas Gross: Les Tunisiens semblent en tout cas le percevoir ainsi. Beaucoup se réjouissent des discussions, car ils sont convaincus que celles-ci vont continuer à les faire avancer. Par ailleurs, pour beaucoup de Tunisiens, chaque visiteur étranger – et une très grande partie des quelque 400 participants officiels au Forum le sont – représente un signe d’encouragement et de soutien. La révolution démocratique tunisienne est la seule qui ait connu le succès dans le monde arabe et elle mérite tout notre soutien.

swissinfo.ch: «La décentralisation par la participation» est à la fois le mot d’ordre de la constitution tunisienne et le titre de ce Forum. Quels sont les principaux problèmes pour parvenir à une plus grande autonomie des communes et des provinces?

Andreas Gross

Agé de 62 ans, Andreas Gross est historien, politologue et spécialiste des questions de démocratie directe.

Politiquement, il est depuis 24 ans membre de la Chambre basse du Parlement (socialiste). Il préside depuis huit ans le groupe socialiste du Conseil de l’Europe.

Dans le cadre du Conseil de l’Europe, Andreas Gross a surveillé à plusieurs reprises des processus électoraux dans différents pays. En Tunisie, il a été chef de la délégation des observateurs lors des élections de 2011 et de 2014. 

A. G. : La structure extrêmement centralisée de l’Etat actuel et le manque d’expérience en matière d’auto administration au niveau local et régional. Bien qu’elle n’ait jamais été une colonie de la France, la Tunisie a repris le système centralisé et hiérarchisé de ce pays. Les différences entre les régions en matière de perspectives de vie sont énormes. Ces disparités économiques entre régions ont été une des causes de la révolution. Dans certaines parties du pays, il n’a jamais été possible de vivre dignement. Changer cela représente une tâche énorme, mais c’est justement ce à quoi s’attaquent le nouveau gouvernement et le nouveau parlement.

C’est là que peuvent aider des expériences en matière de démocratie directe et de fédéralisme, les deux se caractérisant par la répartition du pouvoir. La culture de la subsidiarité signifie: plus les problèmes sont résolus à un échelon proche des citoyens, meilleur est le résultat. Il est par conséquent nécessaire de poursuivre les réformes de la révolution, car l’élan révolutionnaire n’est pas encore émoussé et doit continuer à être utilisé.

swissinfo.ch: Il existe manifestement aussi des tendances contre-révolutionnaires.

A. G. : J’en ai entendu parler. Mais la Tunisie dispose d’une société civile très développée et bien organisée. Si le gouvernement ou le parlement œuvraient dans la mauvaise direction, les gens iraient tout de suite dans la rue et rappelleraient les autorités à l’ordre - ainsi qu’ils l’ont fait à quelques reprises au cours de ces quatre dernières années.

swissinfo.ch: Où la Tunisie en est-elle exactement dans ce processus de répartition du pouvoir? Existe-t-il déjà des communes et des régions où les citoyens peuvent participer aux décisions?

A. G. : Elles existent, mais elles ressemblent plutôt à des coquilles vides. Ces structures doivent donc être entièrement remplies. Souvent, ceux qui ont beaucoup de pouvoir ne sont pas prêts à le partager. Il faut donc la pression du peuple. Lors des prochaines élections régionales, il est important de n’élire que ceux qui portent l’idée révolutionnaire et qui font avancer la décentralisation.

swissinfo.ch: Yadh Ben Achour, président de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique a qualifié la modernisation de la société sous l’ère Bourguiba de fondement du succès de la révolution de Jasmin. Partagez-vous cette vision?

A. G. : Habib Bourguiba était certes aussi un dirigeant autoritaire. Mais en accordant l’égalité aux femmes en 1956, il allait bien plus loin que les Suisses de l’époque. Il a aussi instauré le libre accès à l’instruction. Cela a conduit à des organisations très fortes dans la société civile, qui sont l’une des raisons expliquant le succès de la révolution en Tunisie. Elles sont d’ailleurs aussi utiles dans le cadre du processus de décentralisation. 

Plateforme internationale de la démocratie directe

Le Forum global pour la démocratie directe moderne a lieu du 14 au 17 mai à Tunis.

Le thème est «La décentralisation par la participation». Le hashtag pour Twitter est #globfor15.

Pour swissinfo.ch, le Forum de Tunis sera l’occasion de lancer au niveau international son nouveau portail consacré à la démocratie directe (hashtag #citizenpower).

Cette plateforme journalistique éclaire en dix langues les discussions, processus et défis actuels autour des thèmes des droits populaires, de la participation active des citoyens et de la démocratie participative. 

swissinfo.ch: Beaucoup de postes importants au gouvernement et au parlement sont aux mains de politiciens assez âgés. Ceux-ci ont-ils vraiment la volonté de partager le pouvoir?

A. G. : La nature de votre question ne rend pas justice à ces gens. La révolution doit beaucoup à certains d’entre eux. Par exemple, c’est grâce à eux qu’il n’y a pas eu d’affrontements violents ou de revers importants. Le principal problème est la relation entre l’Etat et la religion. Le dictateur déchu interdisait ou marginalisait la religion. Maintenant, elle domine là où elle est à nouveau permise. Trouver le bon équilibre entre religion et Etat et un processus d’apprentissage de la société qui n’est possible que lorsqu’on est libre d’exprimer une critique.

Ces vieux messieurs étaient en partie déjà présents sous Bourguiba, mais ils se sont de plus en plus distanciés de Ben Ali au cours des 15 dernières années. Yadh Ben Achour fait aussi partie de ces gens. La commission révolutionnaire qu’il a présidée a construit un pont essentiel entre la révolution et l’Assemblée constituante qui a intégré les différents courants révolutionnaires et créé les bases pour deux élections libres. Il est âgé, mais très circonspect et sage. Tout comme Béji Caïd Essebsi, le nouveau président. Ils veulent vraiment appliquer les valeurs de la révolution et n’ont pas de grandes ambitions personnelles.

La Tunisie est un exemple qui montre que les personnes sages avec des racines dans l’ancienne société peuvent constituer un pont important vers la nouvelle société révolutionnaire.

swissinfo.ch: L’attaque terroriste contre le Musée national, en mars, montre la vulnérabilité de ce pays qui fournit la plupart des combattants de l’Etat islamique. Comment estimez-vous le danger représenté par ceux qui reviennent de Syrie?

A. G.: La question est de savoir pourquoi des milliers de jeunes Tunisiens quittent leur pays pour rejoindre des extrémistes violents. Cela a à voir avec le manque de perspectives de vie et la misère noire de beaucoup de jeunes. En Tunisie, beaucoup de gens ont des difficultés économiques, notamment parce que désormais, de manière injuste, il y a beaucoup moins de touristes, ce qui nuit à la principale industrie du pays.

La proximité avec la Libye éclatée joue aussi un rôle. Ce pays est aujourd’hui un Etat en déliquescence et sans ordre, d’où sont venus un million de réfugiés vers la Tunisie. S’y ajoutent encore un autre million de réfugiés en provenance des zones de guerre au sud du Sahara. Pour la Tunisie et ses dix millions d’habitants, avoir 10 à 20% de réfugiés crée un problème énorme.

La principale difficulté est de sortir de la misère économique. Il faut tout de suite offrir de meilleures perspectives de vie aux jeunes, qui ont allumé la révolution en raison de la misère et du manque de perspectives. C’est le meilleur moyen de contrer l’instrumentalisation de la misère par les fondamentalistes islamiques.

swissinfo.ch: Pour en revenir au Forum, de quoi vous réjouissez-vous le plus durant ces quatre jours?

A. G.: Tout d’abord que je puisse, en tant que Suisse, donc en tant qu’enfant de la seule révolution réussie du «Printemps des peuples» de 1848, être aux côtés de la seule révolution réussie du «Printemps arabe» de 2011. Ensuite, je me réjouis des réponses à ma question qui est de savoir pourquoi ils ont rédigé une excellente constitution après la révolution, mais sans la soumettre au peuple par référendum, comme c’est habituellement le cas après une révolution démocratique. 


(Traduction de l'allemand: Olivier Pauchard), swissinfo.ch

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×