Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Francisca Espinoza (17 ans), Chili


«Au Chili, la démocratie suisse me manque»





 Autre langue: 1  Langues: 1

Avec la démocratie directe, les citoyens ont davantage de possibilités de voir leurs idées figurer sur l’agenda politique, affirme Francisca Espinoza. Cette étudiante de 17 ans est l’une des nouvelles voix de la Cinquième Suisse qui ont donné vie au Parlement des jeunes Suisses de l’étranger (PJSE). Dans une série d’interviews, swissinfo.ch donne la parole aux 11 membres du comité.

Le manque d'intérêt est l'une des principales raisons qui expliquent que les jeunes désertent les urnes, estime Francisca Espinoza. (zvg)

Le manque d'intérêt est l'une des principales raisons qui expliquent que les jeunes désertent les urnes, estime Francisca Espinoza.

(zvg)

swissinfo.ch: Quel est votre objectif en tant que membre du nouveau Parlement des Jeunes Suisses de l’étranger? Que voulez-vous atteindre, en Suisse mais aussi au Chili, qui est votre pays de résidence?

Francisca Espinoza: Ma proposition en Suisse est que les jeunes connaissent mieux nos pays et qu’ils puissent aider, autant que possible, leurs pairs qui ont des préoccupations sociales ou qui n’ont pas les moyens de se développer. J’aimerais aussi que les jeunes Suisses sortent et partagent avec nous qui sommes d’origine suisse, mais qui vivons sous d’autres latitudes. 

Ma proposition au Chili est que les jeunes d’origine suisse connaissent mieux la Suisse, sa culture, son mode de vie et que, grâce à diverses activités, ils les partagent avec d’autres personnes de la même origine. La finalité est que nous nous rassemblions tous pour une cause commune – la Suisse – et que nous puissions maintenir le contact par le biais de plateformes en ligne. 

swissinfo.ch: Où en est-on en matière de démocratie directe dans votre pays de résidence? Y a-t-il des instruments qui vous plaisent particulièrement? Ou alors qui vous manquent? 

F. E. : Nous manquons malheureusement d’instruments de démocratie directe au Chili. Dans certaines communes, on commence à mettre en œuvre des consultations qui intéressent les voisins. Au Chili, nous avons une démocratie représentative qui ne permet pas aux citoyens de participer aux décisions importantes qui se prennent au Congrès. A mes yeux, la démocratie représentative ne contribue pas à promouvoir la participation des jeunes à la prise de décisions. Au Chili, il manque le type de démocratie qu’a la Suisse. 

swissinfo.ch: Dans la plupart des pays, la participation aux élections et votations est plus faible chez les jeunes que chez les autres classes d’âge. La démocratie directe n’est-elle pourtant pas l’instrument idéal pour les jeunes de faire passer leurs besoins et idées sur le plan politique? 

F. E. : A mon avis, la démocratie directe n’est pas le facteur expliquant pourquoi les jeunes se rendent moins aux urnes. Leur faible participation se voit aussi dans d’autres pays, comme au Chili, qui ont un type de démocratie différent de celui de la Suisse. On vit cette problématique dans la plupart des pays et, selon moi, c’est en général parce que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique et qu’ils se préoccupent d’autres choses qu’ils considèrent plus pertinentes. Personnellement, je crois que la démocratie directe est le type de démocratie où le citoyen a le plus de possibilités de voir ses idées figurer sur l’agenda politique, à la différence des démocraties représentatives. 

swissinfo.ch: L’Europe, en particulier depuis les attentats de Paris, est sous la menace du groupe terroriste Etat islamique. La lutte contre les extrémistes islamistes, qui implique une limitation des libertés individuelles, représente-t-elle un danger pour les démocraties? 

Une plateforme pour les jeunes Suisses de l’étranger

Le Parlement des jeunes Suisses de l’étranger (PJSE) n’existe que depuis quelques mois. Le siège des travaux parlementaires est internet: les débats et les échanges entre les quelque 350 membres, disséminés sur tous les continents, se passent au travers des réseaux sociaux et de skype.

swissinfo.ch a interviewé 11 jeunes Suisses de l’étranger qui sont membres du comité du PJSE, pour prendre en particulier la température sur la démocratie directe dans leurs pays respectifs de résidence et en Suisse. 

F. E. : La lutte contre le terrorisme restreint évidemment certaines libertés individuelles et soumet les citoyens à d’innombrables contrôles de sécurité et à des pertes de liberté dans des lieux de grande concentration, comme les aéroports, les stades et désormais aussi les théâtres et les lieux de divertissement, car il est nécessaire de prendre des précautions face à la menace de possibles attentats. Nous devons prendre en compte que les terroristes islamiques sont suicidaires et qu’ils ne font pas de différences entre hommes, femmes et enfants au moment de perpétrer un attentat. 

Cette situation constitue une grande menace pour la démocratie. Le danger est qu’un possible attentat terroriste restreigne la liberté de mouvement et les libertés individuelles des personnes. La population a peur de vaquer à ses activités habituelles et cela affecte le développement et l’économie d’un pays, étant donné qu’un attentat a un impact sur tous les citoyens et pas seulement sur ceux qui ont souffert du fléau du terrorisme. 

Malheureusement, les musulmans sont stigmatisés comme terroristes, alors que les responsables des attentats sanglants dans les grandes villes du monde ne représentent qu’une petite faction de fanatiques. 


(Traduction de l'espagnol: Olivier Pauchard)

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×