Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Éducation L’incertitude règne alors que les écoles rouvrent leurs portes

teacher and class

Une enseignante de St-Gall explique les règles d'hygiène contre le coronavirus aux élèves de sa demi-classe.

(Keystone / Gian Ehrenzeller)

Des milliers d’élèves de l’école obligatoire retournent en classe ce lundi en Suisse, après deux mois de confinement dus au coronavirus. Mais les approches cantonales divergent et les sentiments sont mitigés.

«Je suis trop content de retourner à l’école. Je préfère que ce soit ma maîtresse qui fasse la maîtresse», confie Emile, 7 ans, de Genève au quotidien Le TempsLien externe. Lui qui n’a pu voir qu’un seul copain durant le confinement,est heureux de retrouver toute sa classe.

Mais tout le monde n’en dit pas autant. Dans le même article, Nina n’a «plus très envie de retourner à l’école. J’ai aimé me lever à l’heure que je voulais et avoir beaucoup de temps pour jouer», dit cette Fribourgeoise de 10 ans. Elle a même trouvé les devoirs à domicile «plus faciles».

Ce lundi 11 mai voit la réouverture de toutes les écoles obligatoires (avec des élèves jusqu’à 16 ans). Dans le système fédéraliste suisse, la responsabilité de l’éducation revient aux cantons. Ce sont donc eux qui ont eu le pouvoir de décider des modalités de cette rentrée.

À chaque canton sa manière

Alors que la majorité des cantons alémaniques a opté pour un «presque retour à la normale» - qui permet aux élèves de reprendre les horaires habituels -, la plupart des écoles de Suisse romandeLien externe et le canton de Zurich (toutes régions fortement touchées), ainsi que celui de St-Gall (moins touché) ont opté pour une approche progressive.

La rentrée s’y fait par demi-classes, alternées sur la semaine et ceci pour une période qui pourra aller jusqu’à un mois avant que tous les élèves ne retournent à l’école ensemble.


Ecole

Rentrée des classes à Granges-Paccot (FR)

Le Tessin, canton le plus touché par le coronavirus, a adopté le système des demi-classes. Les écoles ont également obtenu la possibilité d’ouvrir une semaine plus tard.

 + Les derniers chiffres du coronavirus en Suisse

Tous les cantons s’en tiennent aux prescriptionsLien externe de l’Office fédéral de la santé publique, qui comprennent l’hygiène des mains, l’interdiction de partager les collations et la distanciation physique (NB: les enfants entre eux en sont exemptés), mais pas le port du masque. Les élèves et les enseignants à risque et ceux qui vivent dans des familles à risque poursuivront l’enseignement à distance.


tweet

Parents inquiets

Tout comme les élèves, les parents ne sont pas tous satisfaits des solutions adoptées par les différents cantons. À Zurich, plus de 7000 parents ont signé une pétition appelant à un retour intégral à l’école, arguant du stress des parents qui devront jongler avec les horaires fractionnés de leurs enfants. En Suisse romande en revanche, on a vu des pétitions contre la réouverture des écoles, motivées par la crainte d’une seconde vague d’infections – et à Bâle-Ville, des parents réclament une rentrée échelonnée plutôt que totale.

Les parents que nous avons contactés ont aussi des sentiments mitigés. «Il me semble que le passage en quelques jours de l’enseignement à domicile à des classes complètes représente un pas immense», commente une mère bernoise, dont les enfants vont connaître deux jours de classe échelonnés avant de revenir à l’horaire complet.

Une autre, dont la fille est en première année de maternelle, craint qu’il soit difficile de la faire revernir à la routine de l’école, alors qu’elle a aimé rester à la maison. La réouverture de nombreuses entreprises et le retour simultané des transports publics à la normale cause également des soucis, attendu que les gens seront plus nombreux à se déplacer.

Les enfants transmettent-ils le virus?

Un autre facteur d’incertitude, c’est le rôle que les enfants jouent (ou ne jouent pas) dans la propagation du coronavirus. Selon les autorités suisses, les enfants ne jouent pas un grand rôle, mais une étude allemandeLien externe suggère que les enfants portent des charges virales similaires à celles des adultes.

La Task ForceLien externe nationale Covid-19 suisse, organe indépendant mis sur pied par la Confédération, a entretemps déclaré que le rôle des enfants et des adolescents dans la transmission du nouveau coronavirus était «très incertain».

Les enseignants aussi doivent s’adapter

De leur côté les enseignants «se réjouissent de la réouverture de l’école obligatoire et de pouvoir à nouveau interagir avec leurs élèves dans les classes», déclare à swissinfo.ch Beat Schwendimann, membre du Secrétariat de l’association faîtière des enseignants suisses (LCHLien externe).

Quelques adaptations seront nécessaires. «Les élèves vont réintégrer les classes avec des niveaux différents, qui dépendront des progrès qu’ils ont pu faire avec l’enseignement à la maison. Pour les enseignants, il sera important de soutenir les élèves qui ont pris du retard», ajoute Beat Schwendimann dans sa réponse par e-mail.

+ Baromètre de l’école: un cinquième des élèves considère le confinement comme des vacances

Des rapports suggèrent que certains élèves n’ont pas suivi les cours en ligne, n’avaient pas accès à un ordinateur ou ont manqué de soutien parental. Des inquiétudes ont déjà été exprimées sur le fait que l’enseignement à distance prolongé pourrait contribuer à creuser le fossé éducatif déjà présent en Suisse. C’est une autre raison qui a poussé à rouvrir les écoles.

En termes de mesures de sécurité, les écoles ont travaillé dur pour mettre en œuvre les protocoles cantonaux et nationaux, explique Beat Schwendimann. Le LCH aurait néanmoins préféré que leur réouverture se fasse selon une approche coordonnée au niveau national.

«Le LCH demande au gouvernement et aux responsables de la santé de suivre de près l’évolution de la situation dans les écoles après la réouverture et d’ajuster les procédures de sécurité si nécessaire», ajoute Beat Schwendimann.

 

Ailleurs en Europe

Le Danemark a été le premier pays d’Europe à rouvrir certaines écoles, suivi par la Norvège. La France rouvre également les crèches et les écoles primaires progressivement à partir de ce 11 mai, sur une base volontaire. En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a annoncé que les écoles rouvriraient progressivement au cours du trimestre d’été (certains élèves sont déjà rentrés). En Autriche, certains enfants plus âgés retournent à l’école depuis le 4 mai, des plus jeunes recommenceront le 18 mai, et toutes les écoles reprendront un rythme normal début juin. En Italie par contre, l’école ne recommencera qu’en septembre.

Fin de l'infobox


(Traduction de l’anglais: Marc-André Miserez)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Contenu externe

Vivre et travailler dans les montagnes grâce à Internet

Vivre et travailler dans les montagnes grâce à Internet

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.