Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

«Une forteresse pour tenir la misère à distance»

Dans son documentaire La Forteresse, Fernand Melgar explore la réalité complexe d'un centre de requérants d'asile. Le film, primé à Locarno, a rencontré un grand succès auprès des critiques et du public. Il sort ces jours dans les salles suisses.

Homme chaleureux et qui ne mâche pas ses mots, Fernand Melgar a accepté de parler de son film et du thème de l'immigration en Suisse ainsi que de ses souvenirs de fils d'exilés espagnols.

Dans le paysage cinématographique suisse, Fernand Melgar a une aura particulière. Ce réalisateur a fait sensation en 2005 avec Exit, le droit de mourir qui évoquait avec sensibilité le thème délicat de l'assistance au suicide. Un documentaire qui a reçu le Grand prix du cinéma suisse en 2006.

Aujourd'hui, Fernand Melgar revient à la Une grâce à La Forteresse , un documentaire récompensé par le Léopard d'or (section Cinéaste du présent) au cours de la dernière édition du Festival de Locarno. Cette nouvelle œuvre explore l'univers étouffant d'un centre de requérants d'asile. Pour la première fois, une caméra était autorisée à filmer dans ces murs et témoigne du quotidien d'hommes et de femmes venus du monde entier à la recherche d'une vie meilleure.

swissinfo: Comment le projet de La Forteresse est-il né?

Fernand Melgar: L'idée a surgi le 24 septembre 2006, quand le peuple suisse a approuvé à 68% le durcissement des lois sur l'asile et sur l'immigration extracommunautaire.

swissinfo: Pour tourner au Centre de Vallorbe (à la frontière franco-suisse), les permis de filmer ont-ils été difficiles à obtenir de la part des autorités de l'Office fédéral des migrations (ODM)?

F. M. : Oui et non, parce que ce pays fonctionne vraiment comme une démocratie. N'importe quel citoyen a accès à l'information. L'obtention des permis m'a pris six mois et l'ODM n'a pas demandé en contrepartie le droit de voir le matériel filmé. Ce qui est stupéfiant.

swissinfo: Avant le tournage, vous avez travaillé plusieurs mois à Vallorbe. Votre présence a-t-elle été bien acceptée?

F. M. : J'ai partagé le quotidien des requérants pendant six mois pour comprendre le fonctionnement du centre. Quand nous sommes arrivés avec les caméras, ils nous connaissaient déjà bien. Quand on a gagné la confiance d'un Togolais ou d'un Nigérien, on a celle de toute son ethnie ou nationalité. C'est un phénomène intéressant à constater.

swissinfo: Les cas de demande d'asile sans base légale sont-ils habituels?

F. M. : Il existe une réalité peu connue, qu'on pourrait appeler le tourisme sanitaire. Certaines personnes viennent en Suisse pour soigner des addictions ou des maladies graves. Dès qu'ils sont dans le système de demande d'asile, ils reçoivent un traitement médical et c'est la raison de nombreuses demandes d'asile.

swissinfo: Est-ce si difficile que cela d'entrer en Suisse?

F. M. : C'est tout simplement impossible. Il n'y a que deux manières de mettre le pied en Suisse légalement si on n'est pas citoyen d'un pays de l'Espace Schengen: le mariage, avec un ou une Suisse, et la demande d'asile.

Mais sur cent personne qui font la demande, une seule reçoit une réponse positive. Les autres entreprennent des recours administratifs et épuisent les voies légales avant de passer à la clandestinité. La Forteresse , ce n'est pas seulement Vallorbe, c'est une métaphore de la Suisse et de l'Europe. Nous avons construit un mur pour tenir la misère à distance.

swissinfo: Y a-t-il beaucoup de «fausses» demandes, comme le prétend la droite?

F. M. : Je n'emploierais pas ce terme bien qu'il existe des cas où les personnes font cette demande tout en sachant qu'elle n'a aucune chance d'aboutir. Mais pendant deux mois, ces personnes sont logés et nourris – ce qui leur donne le temps d'entrer en contact avec des réseaux de travail au noir et ils ont déjà un pied en Suisse.

A Lausanne et Genève, certains clandestins latino-américains vivent à 40 par pièce, avec ce qu'on appelle le système des «lits chauds». Une personne dort huit heures, se lève et cède sa place au suivant. Ces personnes travaillent en général comme employés de maison pour 500 francs par mois plus la nourriture.

swissinfo: Votre rapport aux problèmes d'immigration est très personnel. Pouvez-vous nous dire comment et quand vos parents sont arrivés en Suisse?

F. M. : Ma famille est andalouse. Mon père est arrivé comme saisonnier et a vécu dans des baraquements tout en travaillant pour un salaire de misère. Il a fait venir ma mère clandestinement et je devais vivre caché. Si quelqu'un frappait à la porte, on me cachait sous le lit. En 1996, après 27 années de travail en Suisse, mes parents ont décidé de rentrer en Espagne.

swissinfo: Quelle différence voyez-vous entre l'époque actuelle et celle de vos parents?

F. M. : Du temps de mes parents, il existait un permis «A» qui donnait le droit de travailler neuf mois mais sans pouvoir faire venir sa famille. Une situation idéale pour la Suisse qui disposait ainsi d'une main d'œuvre «jetable» et sous contrôle. Quelque 150'000 travailleurs vivaient dans ces conditions.

Depuis que la Suisse a signé les accords bilatéraux avec l'Union européenne, ce permis n'existe plus. Et vous savez ce qui se passe maintenant? Il y a 150'000 travailleurs clandestins.

Ceux qui, auparavant, auraient bénéficié d'un permis «A». A ceci près qu'aujourd'hui, travailler illégalement peut vous conduire en prison. Y compris dans le cas de mineurs ce qui, je crois, est une situation unique au monde.

swissinfo: Votre film montre parfois des personnages qui inspirent peu ou pas de sympathie au spectateur. Est-ce délibéré?

F. M. : J'essaie de sortir du discours manichéen qui oppose les moutons noirs et les moutons blancs. Je crois que nous devons être capables d'explorer les zones grises.

swissinfo: Que représente le Léopard d'or 2008 pour votre carrière?

F. M. : Locarno est un festival de premier plan et ce prix est une vrai consécration. Le film sera projeté à Buenos Aires, Florence et Téhéran. Je constate que le message du film est universel, même s'il traite d'un thème profondément local.

swissinfo: Avez-vous des projets?

F. M. : Je suis en train d'écrire une fiction sur la communauté équatorienne clandestine de Lausanne, un retour sur mes souvenirs d'enfance, dont le titre sera Loin par delà les montagnes.

swissinfo: Quels sont vos liens avec l'Espagne aujourd'hui?

F. M. : J'ai fait La Forteresse pour ne pas oublier d'où je viens, le film est une sorte d'hommage à mes origines. Je vous donne un scoop en passant: la première internationale aura lieu au Festival de Gijon, en Asturies, fin novembre. Je suis très heureux de montrer mon film en Espagne!

swissinfo: Quel message voulez-vous faire passer avec ce documentaire?

F. M. : La Forteresse parle de la famille, du père absent, du fils perdu et cet aspect n'a pas été vraiment compris. J'essaie de montrer que la vie recommence sans cesse même au milieu des pires drames. C'est une métaphore, la vie appelle toujours la vie dans un cycle sans cesse recommencé.

Interview swissinfo: Rodrigo Carrizo Couto
(Traduction de l'espagnol: Elisabeth Gilles)

Faits

L'année dernière, la Suisse a reçu 10'387 demandes d'asile dont 1561 ont été accordées.
La plus grande partie des demandeurs d'asile en Suisse viennent d'Erythrée, de Serbie, d'Irak, du Sri Lanka et de Turquie.
En 2007, 8199 demandeurs d'asile ont quitté le pays.

Fin de l'infobox

FERNAND MELGAR

Né en 1961 à Tanger au Maroc, dans une famille de syndicalistes espagnols exilés à l'époque de Franco.

Fernand Melgar arrive en Suisse en 1964. Il a obtenu récemment la nationalité suisse.

Il a cofondé la société Climage à Lausanne, productrice entre autres du film «Exit le droit de mourir», récompensé par le Grand prix du cinéma suisse en 2006.

La première de La Forteresse a eu lieu au Festival de Locarno en août 2008, en présence de la ministre suisse de la Justice Evelyn Widmer-Schlumpf, qui s'est déclarée «émue» par le documentaire.

Fin de l'infobox

FESTIVAL DE LOCARNO

A 61 ans, le Festival international de cinéma de Locarno est un des plus anciens événements d'Europe qui célèbre le cinéma. Il constitue l'un des plus importantes manifestations culturelles suisses, avec le Festival de Montreux, le Festival de Lucerne ou Art Basel, la Foire d'art de Bâle.

Ces dernières années, des personnalités comme Susan Sarandon, Sir Anthony Hopkins, Willem Dafoe, Nanni Moretti, John Malkovich ou le légendaire directeur de photographie Vittorio Storaro y ont participé.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×