Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

#VivreEnSuisse Pourquoi en Suisse 7 prisonniers sur 10 sont-ils étrangers?

Mann hinter Gitter

En Suisse, les profils des personnes se trouvant derrière les barreaux sont aussi variés que les causes qui mener en prison.

(Marco Zanoni / Lunax)

La Suisse héberge dans ses prisons une des plus fortes proportions de détenus étrangers en Europe. Cela s’explique en particulier par la richesse du pays, sa composition démographique, ainsi que par la forte demande locale de drogues de toutes sortes.

À la demande de plusieurs lectrices et lecteurs de swissinfo.chLien externe, nous avons examiné cette situation particulière. Nous avons pu compter pour cela sur la collaboration de Marcelo Aebi, vice-directeur de l’École des sciences criminelles de l’Université de Lausanne et responsable des statistiques pénales annuelles du Conseil de l’Europe.


La Suisse dans le fossé Nord/Sud et Est/Ouest

Fin de l'infobox

La proportion d’étrangers dans les prisons de Suisse s’élève à 71,4% alors qu’elle est de 15,9% en Europe, selon l’étude SPACE ILien externe, publiée récemment et réalisée sur mandat du Conseil de l’Europe par Marcelo AebiLien externe et Mélanie M. Tiago de l’Université de Lausanne. Il faut cependant relever que ces pourcentages sont nettement plus importants dans le Nord et l’Ouest de l’Europe qu’en Europe centrale et de l’Est.


g1

Graphique


Monaco (39'000 habitants), Andorre (80'000), le Liechtenstein (38'000) et le Luxembourg (600'000) arrivent en tête, mais la Suisse occupe la première place des États de plus d’un million d’habitants.


Comment expliquer ce phénomène?

Fin de l'infobox

À côté des petits États mentionnés plus haut, la Suisse est le pays qui compte la plus grande proportion d’étrangers dans sa population: 25,1% ou 2'126'392 personnes.


G2

Graphique


«Près de trois habitants sur dix sont des étrangers qui résident légalement dans le pays et qui, aux yeux de la loi, ont les mêmes droits et devoirs que la population indigène. Cette mise au point est nécessaire pour expliquer les statistiques de la population carcérale et éviter de tomber dans les pièges du discours populiste et de ses spéculations», rappelle Marcelo Aebi.


g3

Graphique


Sur l’ensemble des personnes incarcérées en Suisse (6863), 49,3% vivent légalement dans le pays – Suisses et étrangers domiciliés en Suisse –, 9,6% sont des requérants d’asile et 41,1% font partie des «autres étrangers et des étrangers dont le statut n’est pas connu». L’Office fédéral de la statistique range dans cette catégorie les étrangers sans domicile en Suisse, les frontaliers avec un permis G, les sans-papiers et les touristes.

Les étrangers sans domicile en Suisse ne constituent que 34% de la population emprisonnée suite à un jugement, mais 49% des personnes en détention préventive. Il faut donc bien distinguer les deux catégories.


Détention préventive: 49% n’ont pas de domicile en Suisse

Fin de l'infobox

Pour le nombre de personnes en détention préventive, les cantons de Zurich, de Genève et de Vaud arrivent largement en tête, réunissant à eux seuls 48% de l’ensemble des cas en Suisse. Ces cantons permettent donc de se faire une idée assez précise de la situation de ces détenus sans autorisation de séjour.

À GenèveLien externe par exemple, 95% sont des hommes et sept sur dix ont moins de 35 ans. En 2014, 71% d’entre eux venaient d’Afrique et des Balkans, suivis par ceux issus du reste de l’Europe, d’Amérique et du Moyen-Orient.

«La situation est similaire dans les cantons de Vaud et de Zurich. Nombre d’entre eux se retrouvent en détention préventive parce qu’ils ont non seulement violé les lois sur l’immigration, mais commis d’autres délits. Sans domicile fixe en Suisse, ils sont maintenus en détention préventive jusqu’au jugement pour éviter qu’ils prennent la fuite», précise Marcelo Aebi.


S’y ajoutent ceux qui viennent des pays voisins de la Suisse uniquement pour commettre des délits: des Français, des Italiens, des Allemands, mais également des Algériens, des Albanais ou des Roumains, pour n’en citer que quelques-uns. Parmi les nouveaux cas de figure, il y a celui de Roumains qui arrivent en Suisse en passant par la France, que ce soient des particuliers ou des membres de bandes criminelles.

«La population suisse a un grand pouvoir d’achat. C’est pourquoi le pays représente un marché potentiel intéressant pour les drogues fabriquées à l’étranger. Il y a également beaucoup d’objets de valeur à voler qui peuvent être écoulés à l’étranger», dit le spécialiste.

«Les détenus étrangers qui n’ont pas de domicile en Suisse restent souvent en détention préventive jusqu’au moment du procès et sont expulsés du pays après leur condamnation. En revanche, les détenus nationaux bénéficient en règle générale de la liberté conditionnelle jusqu’au moment du procès si le délit n’est pas trop grave.»


Détenus: la majorité vit en Suisse

Fin de l'infobox

Le criminologue relève qu’en Suisse seuls des délits relativement graves sont punis par des peines privatives de liberté. «Environ 11% pour des assassinats, 15% pour trafic de drogue, 20% pour des crimes contre le patrimoine et 10% pour des délits de nature sexuelle. Pour prononcer leurs condamnations, les juges suisses ne font pas de différence selon l’origine des accusés.»

«Pour prononcer leurs condamnations, les juges suisses ne font pas de différences selon l’origine des accusés.»

Marcelo Aebi

Fin de la citation

Située au cœur de l’Europe, la Suisse est reliée par un bon réseau de transport avec les pays voisins. C’est pourquoi elle se retrouve au centre de nombreuses activités. C’est également un des pays les plus riches du monde. Ce qui représente une source supplémentaire de délinquance en raison d’inégalités sociales qui vont bien au-delà des frontières.

«Avec sa richesse, la Suisse représente également un important marché pour les drogues. La clientèle dispose d’un pouvoir d’achat plus grand que celle des pays voisins», souligne Marcelo Aebi. Cinq tonnes de cocaïne sont par exemple consommées chaque année en Suisse, ce qui représente une valeur de 330 millions de francs.



La criminalité: un phénomène qui touche surtout la jeunesse

Fin de l'infobox

Tous les criminels de Suisse n’ont pas le même profil, mais l’expert souligne qu’indépendamment de l’origine, la plus grande part de la population carcérale est constituée d’hommes jeunes et venant des villes. Les femmes n’en forment que le 5,5%.

À cela s’ajoute le fait que «la population étrangère résidente a doublé depuis les années 90, ce qui a dopé la croissance de la population qui a atteint 20% au cours des trente dernières années». La population suisse vieillit alors que la population étrangère est plus jeune, ce qui «se répercute indirectement sur la statistique de la criminalité et de la population carcérale où les hommes de 20 à 50 ans sont les plus nombreux.»


g4

Graphique

Délinquant n’est pas automatiquement synonyme d’étranger

Fin de l'infobox

Selon la statistique de la criminalité pour 2018, moins de 40% des auteurs d’infractions enregistrées par la police sont des étrangers. Marcelo Aebi et d’autres experts confirment qu’en Suisse «la couleur du passeport ne constitue pas une variable déterminante pour mesurer la criminalité. En revanche, le statut socio-économique et la formation le sont». 

«La couleur du passeport ne constitue pas une variable déterminante pour mesurer la criminalité

Marcelo Aebi

Fin de la citation

En outre, la proportion de la population carcérale par rapport à l’ensemble de la population est en Suisse l’une des plus faibles d’Europe avec 82 détenus pour 100'000 habitants. «Il faut arrêter de dire que la situation se dégrade. En comparaison avec l’Europe et avec le reste du monde, le taux de délinquance est très bas en Suisse. Cela n’empêche pas qu’il faille en faire davantage, en particulier parce que la cybercriminalité est en pleine expansion».

Marcelo Aebi estime qu’il est du devoir des médias d’analyser les données disponibles. «L’information est là et la pire erreur dans une démocratie serait de la dissimuler. Ensuite, chacun peut être plus ou moins d’accord avec l’interprétation, mais au moins, il a les éléments nécessaires pour se forger sa propre opinion.»

L’expert argentino-suisse est convaincu qu’il ne faut pas nier la réalité, mais s’y confronter «pour que la société entière cherche des solutions et pour éviter d’abandonner la question aux démagogues et aux populistes». 


Expulsion des criminels

En 2010, le peuple suisse a approuvé à une majorité de 52,9% l’initiative populaire de l’UDC (droite conservatrice) pour le renvoi des étrangers criminels. La loi d’application correspondante est entrée en vigueur en octobre 2016, durcissant pour les tribunaux les prescriptions sur l’expulsion des étrangers criminels.

Pour certains délits, en particulier les meurtres et les crimes graves contre l’intégrité corporelle ou le patrimoine, les autorités judiciaires sont désormais contraintes d’ordonner l’expulsion du délinquant du territoire suisse pour une période qui va de 5 à 15 ans. La ministre de la justice Karin Keller-Sutter a indiqué récemment qu’il était encore trop tôt pour tirer un bilan de la mise en œuvre de l’initiative.

Fin de l'infobox


(Traduction: Olivier Huether)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Comment votent les Suisses de l'étranger?

Comment votent les Suisses de l'étranger? Participez â l'enquête de la SSR !

Comment votent les Suisses de l'étranger? Participez â l'enquête de la SSR !

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.