Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

A l’épreuve des faits


La Suisse a-t-elle vraiment le meilleur service public du monde?




Aux yeux de la conseillère fédérale Doris Leuthard, aucun autre pays au monde ne peut se prévaloir d’un service public d’aussi bonne qualité que la Confédération. swissinfo.ch a soumis son affirmation aux faits.

«Nous avons le meilleur service public du monde. Les gens peuvent par exemple atteindre n’importe quelle vallée du pays avec le train ou le car postal»: dans une interview publiée jeudi 12 mai dans le quotidien gratuit 20 Minuten, Doris Leuthard n’a pas joué la carte de la modestie pour décrire la qualité du service public en Suisse.

Selon la responsable du Département de l’énergie, des transports et de l’environnement (DETEC), cette situation changerait si l’initiative intitulée «En faveur du service public», soumise à votation le 5 juin prochain, venait à être acceptée. «Cette initiative est trompeuse, car elle affaiblirait le service public au lieu de le renforcer et creuserait un trou dans les caisses de la Confédération», a souligné Doris Leuthard.

Mais qu’est-ce qui permet à la ministre d’affirmer que la Suisse a le meilleur service public du monde? Comme il n’existe pas d’indicateur international mesurant les prestations du service public dans les différents pays, les déclarations de Doris Leuthard ne peuvent être vérifiées que partiellement et uniquement secteur par secteur.

Trains suisses au top

En mars 2015, le Boston Consulting Group a publié un rapport qui examine la performance des chemins de fer dans plusieurs pays européens. Les experts de cette multinationale active dans le secteur du conseil ont pris en compte trois éléments: l’intensité de l’utilisation des trains, la qualité du service (y compris la ponctualité) et la sécurité. Résultat: tout comme dans la précédente étude de 2012, la Suisse y figure au premier rang, avec une note finale de 7,1 sur 10, devançant ainsi la Suède et le Danemark. 

Un réseau postal étendu

Evaluer la performance du service postal s’avère plus compliqué. Les données de l’Union postale universelle permettent toutefois de comparer la densité du réseau des bureaux de poste.

Ces 15 dernières années, la Poste suisse a fortement restructuré ce réseau. En 2000, on comptait encore 3383 offices à travers le pays, contre 2222 en 2014. Des services de remplacement ont été introduits dans plusieurs villages. Les habitants peuvent par exemple effectuer certaines opérations postales dans des commerces.

Si on dénombrait en l’an 2000 encore un office postal pour 2146 habitants, en 2014 cette proportion n’atteignait plus qu’un office pour 3500 habitants. Comme on peut l’observer dans le graphique ci-dessous, le réseau des bureaux de poste helvétiques reste toujours assez dense en comparaison internationale, même si la Suisse ne figure pas parmi les meilleurs élèves de la classe. 

En ce qui concerne la ponctualité de la distribution du courrier, la Poste suisse se situe en revanche dans le haut du panier. En 2013, le 97,6% des lettres envoyé par courrier prioritaire a été livré le jour ouvrable suivant, selon la Commission fédérale de la poste. Au sein de l’Union européenne, même si les différences sont minimes (la plupart des pays se situent au-delà de 90%), seul le Luxembourg pouvait se vanter d’un pourcentage similaire.

Autre chiffre intéressant: la superficie moyenne couverte par un office postal. Dans ce cas également, le réseau postal suisse peut être qualifié d’excellent: en moyenne, on dénombre un office postal chaque 18,5 kilomètres carrés. Seuls l’Allemagne et les Pays-Bas font mieux que la Suisse. 

Alors, la Suisse a-t-elle vraiment le meilleur service public du monde, comme l’affirme Doris Leuthard? Difficile d’être aussi catégoriques. Mais la Confédération peut à coup sûr se targuer de figurer parmi les meilleurs élèves dans ce domaine en Europe. 


(Traduction de l'italien: Samuel Jaberg), swissinfo.ch

×