ABB a comme prévu essuyé une érosion de son chiffre d'affaires, de ses entrées de commandes et de sa rentabilité sur le troisième trimestre de 2019. Le géant zurichois de l'électrotechnique n'en a pas moins offert une résistance inescomptée sur ce dernier point.

Les recettes comme les entrées de commandes se sont contractées de 3% en comparaison annuelle à respectivement 6,89 et 6,69 milliards de dollars. L'excédent d'exploitation (Ebita) a égaré 1% à 806 millions et le bénéfice net a chuté de 15% à 515 millions (504,85 millions de francs).

A périmètre d'activités et taux de changes constants, la multinationale zurichoise revendique un chiffre d'affaires et une rentabilité opérationnelle stables.

Les analystes consultés par AWP attendaient un peu mieux en matière de revenus et de demande. L'Ebita par contre était en moyenne anticipé à 792 millions et le bénéfice net à 398 millions.

Pas de prévisions

La direction ne s'aventure toujours pas sur le terrain des perspectives chiffrées pour l'ensemble de l'exercice, préférant évoquer une situation conjoncturelle mitigée en Europe et en Chine, déclinante aux Etats-Unis et teintée d'incertitudes géopolitiques à l'échelle de la planète.

ABB assure observer une certaine résistance sur ses principaux débouchés, mais les prix du pétrole et les effets de translation monétaire risquent de continuer à peser sur ses performances.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.