Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Affaire Allseas Une banque suisse impliquée dans une escroquerie à 100 millions

Navire dans la nuit.

Malgré l'escroquerie massive, la société Allseas a pu inaugurer son navire géant, le Pioneering Spirit, le 6 août 2016 à Rotterdam. 

(Keystone / Lex Van Lieshout)

Basée dans le canton de Fribourg, la société Allseas est connue pour avoir affrété l’une des plus gros navires du monde. Mais aussi pour avoir été victime d’une escroquerie digne d’un scénario de Hollywood. La filiale suisse d’une banque liechtensteinoise est aujourd’hui jugée coresponsable dans cette affaire hors du commun.

Dans un scénario à la «Ocean Eleven», un groupe d’escrocs de haut vol parvient, en 2011, à soutirer 100 millions d’euros à la société d’exploitation pétrolière suisse Allseas Group SALien externe, basée à Châtel-Saint-Denis. Le réseau se fait passer pour des financiers internationaux entretenant des liens avec le Vatican et la Couronne d’Aragon.

Un projet pharaonique

En 2011, Allseas Group SA entretient des plans ambitieux: la construction d’un navire gigantesque, de type catamaran, capable de rejoindre des plateformes pétrolières et de les hisser hors de l’eau pour les réparer en pleine mer. Le projet est alors devisé à 1,3 milliard d’euros.

La société dispose de 100 millions d’euros et cherche à lever des fonds supplémentaires pour réaliser son projet. Elle est alors approchée par un groupe d’escrocs. Ceux-ci, se faisant passer pour des as de la finance internationale, arguant de leurs liens fictifs avec le Vatican ou la Couronne d’Aragon, parviennent à convaincre la société de lui confier les 100 millions d’euros, promettant de placer la somme pour générer plus d’un milliard de rendement en trois ans.

Seulement voilà: aussitôt versés, les fonds s’évaporent.

Gotham City

* Fondée par les journalistes d’investigation Marie Maurisse et François Pilet, Gotham CityLien externe est une newsletter de veille judiciaire spécialisée dans la criminalité économique.

Chaque semaine, elle rapporte à ses abonnés les cas de fraude, corruption et blanchiment en lien avec la place financière suisse, sur la base de documents de justice en accès public.

Tous les mois, Gotham City sélectionne l’un de ses articles, l’enrichit et le propose en accès libre aux lecteurs de swissinfo.ch.

Gotham City fête actuellementLien externe ses deux ans d’existence, son 100e numéro et son milliers de lecteurs hebdomadaires.

Fin de l'infobox

Frais de coiffeur…

L’homme que les autorités considèrent comme le principal cerveau de l’escroquerie, le Polonais Marek Rejniak, est toujours en fuite. Un autre membre du réseau, Luis Nobre, flamboyant homme d’affaires portugais à la longue chevelure de jais, a quant à lui été arrêté à Londres en 2012 et condamné à 14 ans de prison. Il lui a notamment été reproché d’avoir utilisé sa part du pactole, estimée à 2,4 millions d’euros, pour payer des dettes, ses séjours dans des hôtels de luxe et ses frais de coiffeur.

Le clan a finalement été démasqué, mais près de 12 millions d’euros sont restés introuvables. Et depuis lors, Allseas Group tente de récupérer son dû en lançant une série de procédures civiles contre les principaux organisateurs de la fraude.

La filiale helvétique de la Liechensteinische Landesbank (LLB), aujourd’hui devenue LLB Verwaltung (Switzerland) AG, est ainsi accusée d’avoir vu transiter les fonds, aux côtés de la banque Barclays à Londres. Allseas Group SA a attaqué la LBB au Royaume-Uni, ainsi qu’un de ses anciens gérants de fortune, pour défaut de vigilance.

Dans un jugement en appel rendu le 11 avril devant la Haute Cour de Londres, la LLB a été reconnue coresponsable des agissements de son ancien gérant. Les juges ont estimé que Luis Nobre était parvenu à détourner une partie des fonds d’Allseas grâce aux services de cet ancien employé. Ce dernier aurait ainsi touché un peu plus de 560’000 euros en récompense.

Pour une partie de ses prétentions civiles, Allseas poursuivait la banque en tant que coresponsable des agissements de son ancien gérant, lui-même accusé de tromperie et d’assistance à abus de confiance.

Le montant réclamé conjointement à la banque et à son ancien gérant est de 9 millions d’euros.

Projet malgré tout réalisé

Ces mésaventures n’ont pas empêché la société Allseas Group SA de réaliser son projet. Le Pioneering Spirit, le plus grand navire de construction du monde, long de 382 mètres et large de 124 mètres, est sorti d’un chantier naval de Corée en août 2016. Sa construction aura finalement coûté 2,6 milliards de dollars.

Contenu externe

Vidéo de la construction d'un navire

Les étapes de la construction du Pioneering Spirit, l'un des plus grand navires du monde

La société de Châtel-Saint-Denis prévoit d’en bâtir une version encore plus grande d’ici 2022, sous le nom d’Amazing Grace.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.