Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Affaire OLP


Zones d’ombre autour d’un crash en 1970


Par swissinfo.ch


Débris de l’appareil de Swissair qui s’est écrasé dans la forêt de Würenlingen en février 1970. (Keystone)

Débris de l’appareil de Swissair qui s’est écrasé dans la forêt de Würenlingen en février 1970.

(Keystone)

Les révélations du livre «Schweizer Terrorjahre» du journaliste alémanique Marcel Gyr ont fait grand bruit. En 1970, la Suisse a conclu un pacte secret avec l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) pour faire cesser les attaques terroristes sur son territoire. Retour sur le crash meurtrier qui a donné l’impulsion aux négociations.

Le 21 février 1970, la Suisse est sous le choc. Le vol 330 de la compagnie Swissair pour Tel Aviv vient de s’écraser, peu après son décollage de Zurich. Aucun survivant: 38 passagers et neuf membres d’équipage perdent la vie.

«Le vol 330 tombe», le co-pilote Armand Etienne lance un appel en allemand à la tour de contrôle. «Au revoir tout le monde», ajoute-t-il en anglais. Il a prononcé ces derniers mots vers 13h34.

Quinze minutes plus tôt, une bombe sensible à l’altitude avait explosé dans la soute à bagage. L’équipage a essayé de faire demi-tour et d’amorcer un atterrissage d’urgence à l’aéroport de Zurich, mais il était difficile de distinguer les instruments de pilotage dans le cockpit rempli de fumée. L’appareil a dévié vers l’ouest et s’est écrasé dans une forêt à Würenlingen, après une panne de courant. 

L’enterrement des victimes israéliennes du crash à Jérusalem.  (Keystone)

L’enterrement des victimes israéliennes du crash à Jérusalem. 

(Keystone)

Arthur Schneider, un politicien local à l’époque, est arrivé sur les lieux du drame une demi-heure après les faits. «J’ai découvert une main sur le sol. J’ai toujours cette image en tête», explique l’homme de 74 ans à la télévision suisse alémanique SRF.

D’autres témoins ont raconté avoir vu «une énorme boule de feu», l’un d’eux craignant que l’avion ne se soit écrasé sur la centrale nucléaire.

Les agences de presse suisses ont rapporté que l’OLP avait revendiqué l’attentat, alors que d’autres médias ont indiqué que le groupe avait nié être impliqué dans l’attaque.

Quelques jours plus tard, le principal suspect a été identifié comme étant un nationaliste jordanien qui aurait déposé la bombe à Munich, dans le but de faire exploser un avion israélien. Toutefois, les explosifs ont terminé dans l’appareil de Swissair à la suite d’un retard d’avion.

Des débris de l’avion dans le hangar de Swissair à Zurich.  (Keystone)

Des débris de l’avion dans le hangar de Swissair à Zurich. 

(Keystone)

Le Jordanien et les autres suspects n’ont jamais eu de procès, malgré les mandats d’arrêt. L’enquêteur suisse Robert Akeret a livré son rapport au procureur général de la Confédération. Il estime toutefois que Berne a voulu étouffer l’affaire.

Les investigations autour du vol 330 de Swissair à Würenligen ont été abandonnées en 2000.

swissinfo.ch

×