Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Ambrosi Hoffmann à quatre centièmes du bonheur

Le Suisse Ambrosi Hoffmann rate le podium pour un rien.

(Keystone)

Auteur d'une prestation exceptionnelle, le jeune Grison a terminé au pied du podium du super-G. Première course des Championnats du monde de ski.

Malgré cette déconvenue, tous les espoirs sont encore permis. Et pas seulement au niveau sportif.

Tout aurait pu débuter comme dans un rêve pour la délégation suisse. Le public venu en nombre dans l'aire d'arrivée, les organisateurs de la manifestation et les médias...

L'histoire d'un jeune Suisse remportant, à quelques kilomètres de chez lui, une médaille pour ses premiers Mondiaux aurait en effet eu valeur de symbole.

Mais pour quatre malheureux petits centièmes, Ambrosi Hoffmann a dû déchanter et se contenter de la médaille en chocolat.

Juste derrière le nouveau champion du monde autrichien de la spécialité Stephan Eberharter et un duo austro-américain: Hermann Maier-Bode Miller.

«Il m'a manqué le brin de chance nécessaire pour arriver sur le podium et je dois accepter le fait que trois coureurs aient été plus rapides que moi», analysait le Davosien avec sagesse dans l'aire d'arrivée.

Des attentes sportives...mais pas seulement

Une médaille lors de cette première course aurait certainement permis à tous les athlètes suisses présents à Saint-Moritz d'évacuer la pression inhérente à l'attente de résultats. Patience.

Même s'il espère des places sur le podium, Jean-Daniel Mudry, directeur de Swiss-ski, et de fait co-organisateur des Mondiaux, a également d'autres ambitions.

«Ces Mondiaux doivent se dérouler sans accros afin que Swiss-ski et Saint-Moritz puissent bénéficier d'un impact médiatique positif important au niveau mondial, explique le Valaisan. Et il faut que les représentants des 61 délégations partent avec l'envie de revenir.»

Un enjeu touristique et économique

Même son de cloche du côté du président de la Fédération internationale de ski.

«Des médailles suisses sont primordiales pour créer un engouement populaire autour de ces Mondiaux. Mais il nous faut également du soleil et une organisation irréprochable», affirmait ainsi Gian-Franco Kasper à l'aube des compétitions.

Originaire de Saint-Moritz, ce dernier souhaite tout particulièrement que la station puisse bénéficier à long terme de l'aura des deux prochaines semaines de compétition.

Les investissements directs et indirects pour plus d'un milliard de francs suisses consentis pour l'organisation de l'événement se doivent en effet de porter leurs fruits dans le futur.

Et l'enjeu, de taille, est avant tout touristique. Il repose essentiellement sur l'image que Saint-Moritz saura «vendre» au monde par voie médiatique.

La station veut rajeunir sa clientèle

«La station désire désormais également attirer une clientèle un peu plus jeune», explique par exemple Jürg Capaul.

Et le chef du marketing des Mondiaux de surenchérir: «D'où l'idée de confier l'organisation de la cérémonie d'ouverture à DJ Bobo.»

De son côté, Suisse Tourisme va chercher à toucher un plus grand nombre de touristes japonais et américains par le biais des images enchanteresses des cimes enneigées de l'Engadine.

L'optimisme est de mise

Dans l'impossibilité de chiffrer les futures retombées, les hôteliers, les restaurateurs et les commerçants de la station croient également aux vertus de ces Championnats du monde.

Ainsi, le manager général du Badrutt's Palace (l'un des meilleurs hôtels du monde) ne s'inquiète pas du fait qu'une partie de sa clientèle huppée ait préféré éviter la grande fête du ski.

Pour Roland Fasel, celle-ci devrait être encore plus nombreuse à venir dépenser son argent à Saint-Moritz...dès le 16 février.

swissinfo, Mathias Froidevaux à Saint-Moritz

En bref

- Des médailles suisses sont certes importantes mais en organisant ces Mondiaux, Saint-Moritz recherche avant tout à «vendre» son image à l'étranger.

-Des investissements directs et indirects d'un milliard de francs ont été effectués en vue de ces Championnats du monde.

-Les retombées économiques futures sont impossibles à chiffrer mais les hôteliers, les restaurateurs et les responsables des magasins sont persuadés des vertus de cette manifestation.

- Suisse Tourisme espère réussir à toucher les marchés japonais et américains par l'entremise de Saint-Moritz

Fin de l'infobox

Faits

Pour 4 centièmes, le Suisse Ambrosi Hoffmann a terminé au quatrième rang du super-G, première course des Championnats du monde de Saint-Moritz.

Le nouveau champion du monde de la spécialité est l'Autrichien Stephan Eberharter.

A peine de retour à la compétition après un grave accident de la route, le phénomène autrichien Hermann Maier remporte la médaille d'argent, ex aequo avec l'Américain Bode Miller.

Le Suisse Didier Cuche, leader de la discipline en Coupe du monde et grand favori, a terminé à la onzième place.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.