Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Assurance dépendance Qui paiera l’explosion des coûts des soins?

Eine Pflegerin wäscht die Füsse einer Heimbewohnerin

L'assistance pour tout ce qui ne fait pas partie des soins doit être pris en charge pas les seniors eux-mêmes. 

(© Keystone / Christian Beutler)

Dans 20 ans, la génération des baby-boomers atteindra l’âge où elle aura besoin d’assistance. Les coûts de ces soins vont être multipliés par deux, alors qu’aujourd’hui déjà l’argent fait défaut. Pour faire face à ce «tsunami gris», la Suisse doit-elle miser sur une assurance dépendance obligatoire?

Madame Müller, 86 ans, tombe au cours d'une promenade et se fracture le bassin. Après un séjour à l'hôpital, elle ne peut plus vivre seule et doit aller dans une maison de retraite. Madame Müller, veuve depuis un certain temps, se réjouit d'avoir de la compagnie. Toutefois, ses finances sont une source de préoccupation.

La retraitée a jusqu’ici bien vécu avec une rente de 4800 francs de l'Assurance-vieillesse et survivants (AVS) et sa caisse de pension. Cependant, la maison de retraite coûte 8973 francs par moiLien externes. L’assurance-maladie et le canton ne prennent en charge respectivement que 1660 et 1405 francs de cette somme.

(Kai Reusser / swissinfo.ch)

L’entier de la rente de Madame Müller est versé à la maison de retraite, mais cela ne suffit pas. Elle doit payer de sa poche les 1108 francs restants par mois. Il lui reste encore une épargne de 107'000 francs sur son compte et elle possède une maison individuelle qu’elle aimerait léguer à sa fille. Néanmoins, si Madame Müller vit encore plusieurs années – ce que tout le monde espère – la maison devrait tôt ou tard être vendue. Ainsi, au lieu d'hériter d'une maison, si elle gagne plus de 120'000 francs par année, sa fille devra peut-être participer aux frais en vertu de l’obligation d’entretien.

Un soignant nettoie l'estomac d'un patient à la maison de retraite de Langgrüt à Zurich.

(© Keystone / Christian Beutler)

Épargner ne sert à rien

Cet exemple fictif – avec des chiffres réalistes pour la Suisse – démontre que les coûts des soins engloutissent toute la fortune privée. Pour 60% des résidents suisses, la rente ne suffit pas à couvrir les frais d'un séjour dans un établissement pour personnes âgées.

«En Suisse, nous n’avons pas une bonne solution pour financer les soins», estime Carlo KnöpfelLien externe, professeur de travail social à la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse. «Les prestations nécessaires pour bien vieillir doivent être payés par les personnes concernées elles-mêmes.»

Thomas Gächter, professeur de droit des assurances sociales à l'Université de Zurich, est du même avis: «Les frais de soins détruisent la propriété, ce qui revient à exproprier les héritiers.». Le signal est dévastateur: «On est idiot si on économise, car on ne pourra pas léguer cet argent à nos enfants». Il rappelle que lorsque les gens n’ont pas d’intérêt à économiser, l’Etat en pâtit aussi. Bismarck l’avait déjà compris: «Nous avons besoin de citoyens qui ont quelque chose à perdre. Ils soutiennent l'Etat.»

Senioren beim Essen

Les frais d'hôtellerie à la maison de retraite doivent être pris en charge par les résidents eux-mêmes.

(© Keystone / Christian Beutler)

Les coûts vont exploser

Les coûts des soins ne sont pas seulement un problème privé mais aussi étatique: Selon diverses prévisions, le nombre de personnes ayant besoin de soins de longue duréeLien externe et les dépenses publiques correspondantes feront plus que doubler au cours des 10 à 25 prochaines années. Certains parlent d'un «tsunami gris» submergeant la Suisse.

Qui paiera la facture? D'autres pays misent sur une assurance dépendance. En 2000, le Japon a introduit un système d'assurance dépendanceLien externe qui couvre jusqu'à 90 % des coûts. Elle est financée pour moitié par les cotisations des assurés et pour moitié par les contribuables.

Depuis 1995, l'Allemagne dispose d'une assurance dépendance obligatoireLien externe dans le cadre de son système d'assurance-maladie. Elle couvre environ 50 % des coûts des soins aux patients hospitalisés. Elle est financée par des cotisations salariales, dont la moitié est payée par le salarié et l'autre moitié par l'employeur.

La riche suisse attend

Il n'existe pas d'assurance obligatoire de soins de longue durée en Suisse. «Ici, les prestations complémentaires jouent le rôle d'une assurance dépendance», explique Carlo Knöpfel.

Les prestations complémentaires (PC) ont été introduites en 1966 en complément de l'AVS. Les personnes âgées ont droit aux PC si leur rente ne couvre pas les besoins vitaux, ce qui est rapidement le cas lors d’un séjour en maison de retraite. En 2017, 322'800Lien externe personnes en Suisse ont bénéficié de prestations complémentaires (à l’AVS, à l’AI ou aux allocations pour impotent). Cela représente environ 16 % des retraités. Dans les maisons de retraite, la proportion de bénéficiaires des PC s’élève même à 50%.

Thomas Gächter constate: «Il y a quelques années, le Parlement a délibérément décidé de décharger les caisses d'assurance-maladie et de financer les coûts des soins de dépendance par le biais des PC au lieu d'introduire une assurance dépendance.» Il craint cependant que le système n’aille droit dans le mur: «Lorsque la génération des baby-boomers aura besoin de soins, les coûts exploseront.»

Les solutions idéales sont difficiles à trouver

Pour Thomas Gächter, la question délicate avec une assurance dépendance est de savoir qui prend en charge les coûts. Il y a plusieurs propositions mais toutes comportent un piège. Le système de la prime par tête en vigueur pour l’assurance-maladie est inabordable pour beaucoup, note le professeur. «Je ne sais pas comment, mais il est clair que nous devons faire quelque chose et nous le savons tous», dit-il.

Dans l’idéal, Carlo Knöpfel imagine une solution à deux volets: «Les soins continueront à être financés par les PC mais de manière plus généreuse. Et l’assistance pourraient être financée par une allocation pour impotent restructurée et plus généreuse.» Quoi qu'il en soit, c'est l'État qui entrerait en conflit avec l'argent des contribuables.

Se reposer davantage sur les familles

En ce qui concerne les soins ambulatoires, Carlo Knöpfel estime que la Suisse pourrait s’inspirer du modèle hollandaisLien externe. Celui-ci repose sur de petites équipes autogérées d'un service de soins ambulatoires qui soignent les personnes âgées, idéalement avec l'aide de voisins, d'amis et de parents.

Contrairement aux pays du sud de l'Europe, où les personnes âgées sont principalement prises en charge de manière privée, en Suisse les enfants adultes aident souvent leurs parents qui en ont besoin, mais pas de manière intensive. Contrairement à de nombreux pays européens, les proches aidants ne reçoivent pas encore de subventions ou de soutien de l'Etat. C'est peut-être aussi la raison pour laquelle un nombre relativement important de personnes âgées sont placées en institution par rapport à d'autres pays européens.

La promotion du soutien des proches pourrait aussi être une piste. Ce serait non seulement peu coûteux, mais aussi dans l'intérêt des personnes âgées, car la plupart des gens préféreraient rester chez eux jusqu'à la fin de leur vie.

Contactez l'auteure @SibillaBondolfi sur FacebookLien externe ou TwitterLien externe.

Pas assez d’argent pour rester à la maison

La plupart des Suisses âgés préfèreraient rester à la maison. De plus en plus de personnes âgées sont prises en charge à domicileLien externe par les services d’aide et soins à domicile ou déménagent dans des logements pour personnes âgées. Il n'y a pratiquement plus de maisons de retraite classiques mais davantage d’institutions pour ceux qui ont besoin de beaucoup de soins dans les derniers mois de leur vie.

Paradoxalement, les personnes âgées en situation financière précaire sont obligées d’aller dans une maison de retraite, même si ce n'est pas absolument nécessaire: «Ceux qui n'ont pas de proches qui peuvent les aider dans la vie quotidienne et qui ont trop peu d'argent pour payer une aide à domicile, par exemple pour les courses, le ménage ou la cuisine, doivent souvent aller dans une institution de retraite, même si la personne concernée n’a presque pas besoin de soins», constate Judith Bucher de Pro Senectute. Pour les caisses d'assurance-maladie, il est moins coûteux de prendre en charge des patients placés de manière stationnaire, car les cantons prennent en charge une grande partie des coûts.

Cette situation n'est pas seulement insatisfaisante pour les personnes concernées, elle l'est aussi pour l'Etat: d'un point de vue opérationnel, les services d’aide et soins à domicile et le soutien apporté par les organisations travaillant avec des bénévoles coûtent nettement moins chers que les maisons de repos.

Fin de l'infobox


(Traduction de l'allemand: Katy Romy)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.