Toute l'actu en bref

Avenir Suisse propose de renforcer les relations économiques avec l'UE - dont on voit ici à gauche de l'image le président de la Comission européene Jean-Claude Juncker en compagnie du Président de la Confédération Johann Schneider-Ammann - tout comme la voie bilatérale avec Bruxelles (archives).

KEYSTONE/MANUEL LOPEZ

(sda-ats)

Avenir Suisse propose ses recettes pour garantir la prospérité de la Suisse. Le groupe de réflexion appelle à approfondir les relations économiques, tant avec l'Union européenne (UE) qu'au niveau global. Il recommande de libéraliser les services et l'agriculture.

Petite économie ouverte sur le monde, la Suisse génère une grande partie de ses revenus à l'étranger, rappelle mercredi Avenir Suisse dans sa publication "Pour une Suisse ouverte aux échanges commerciaux - Une politique en trois piliers pour le commerce extérieur du pays". Depuis 1980, le commerce extérieur a triplé, constate le laboratoire de pensée des grandes entreprises helvétiques.

La Suisse occupe le 8e rang mondial en termes d'investissements directs à l'étranger et l'an passé, elle a réalisé pas moins de 70% de son produit intérieur brut (PIB) par l'entremise de son commerce extérieur. Alors que son ouverture économique constitue le fondement de la prospérité de la place économique helvétique, sa force dépendra largement des choix effectués dans ce domaine.

"Bilatérales Plus"

Dans ce contexte, les relations économiques avec l'UE, premier partenaire commercial de la Suisse, doivent être renforcées, tout comme la voie bilatérale avec Bruxelles. A ce titre, Avenir Suisse propose un nouveau paquet d'accords, appelé "Bilatérales Plus".

"Bilatérales Plus" vise à mettre fin à l'insécurité juridique actuelle et garantir l'accès au marché intérieur de l'UE, tout particulièrement dans les secteurs de l'énergie et des services financiers. Le laboratoire d'idées libérales suggère également de développer les accords de libre-échange existants et d'en conclure de nouveaux.

Selon Avenir Suisse, ces nouveaux traités doivent en priorité être négociés avec l'Indonésie, l'Inde, le Brésil et l'Australie ainsi que le Royaume-Uni, après sa sortie de l'UE. Le "think tank" juge en outre important d'approfondir les relations commerciales avec les Etats-Unis.

Au niveau de la politique économique intérieure, Avenir Suisse propose de stimuler le secteur des services en élargissant les possibilités de détachement. L'évolution structurelle de l'agriculture devrait elle faire l'objet d'articles particuliers dans les accords de libre-échange.

Peu d'options

Avenir Suisse note que l'agriculture et les services sont relativement peu soumis à la concurrence et parfois artificiellement protégés. Au final, la boîte à idées de l'économie helvétique estime que l'isolation extrême porterait durablement atteinte à la prospérité, alors qu'une ouverture supplémentaire au-delà des Bilatérales déploierait certes des effets économiques favorables, mais rencontrerait une vive résistance politique.

sda-ats

 Toute l'actu en bref