Toute l'actu en bref

Lors de sa visite à l'hôpital cantonal de Winterthour (ZH) pour la Fête du travail, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a rencontré le personnel soignant.

KEYSTONE/NICK SOLAND

(sda-ats)

Les manifestations du 1er Mai ont eu lieu dans plus de 50 localités suisses, malgré la pluie. Sous la houlette des syndicats, des milliers de personnes ont dénoncé le démantèlement des rentes et l'injustice sociale causés par la majorité de droite au Parlement.

Présent à Aarau pour les festivités, le conseiller fédéral Alain Berset a défendu dimanche une AVS forte et stable, pilier central de la justice sociale en Suisse. Dans le cadre de la réforme de la prévoyance vieillesse, il faut trouver une solution qui inspire la confiance de tous, a lancé le ministre en charge du Département fédéral de l'intérieur (DFI).

Et de rappeler qu'augmenter l'âge de la retraite ne fera qu'augmenter le nombre de chômeurs âgés et des bénéficiaires de l'aide sociale.

Sa consoeur socialiste au sein du collège, Simonetta Sommaruga, s'est elle rendue à la clinique gynécologique de l'hôpital cantonal de Winterthour (ZH). Elle y a rencontré le personnel soignant et s'est enquise de ses conditions de travail au sein de l'hôpital, notamment concernant les horaires irréguliers.

Le temps partiel a également été abordé, de nombreux employés de l'établissement étant dans ce cas, même dans les plus hauts postes. "Ceci devrait être une évidence", a déclaré la conseillère fédérale. Selon elle, il est nécessaire que les employeurs encouragent le temps partiel. Il en va de l'harmonie entre vie privée et professionnelle des travailleurs.

Baisse "dramatique" des rentes

Lors d'un discours à Thoune et Spiez (BE), où le 1er Mai a déjà été fêté samedi, le président de l'Union syndicale suisse (USS) Paul Rechsteiner a déclaré que "les rentes des caisses de pensions sont toujours plus mauvaises, au point que c'en est parfois dramatique. Et cela surtout pour les futurs retraitées et retraités".

Corrado Pardini, conseiller national (PS/BE) et membre du comité directeur d’Unia, a dénoncé dans son allocution à Interlaken (BE) la politique bourgeoise de démantèlement social et les attaques néolibérales contre la prévoyance vieillesse.

En opérant des coupes dans les assurances sociales, l'UDC et le PLR incitent les gens à s'assurer à titre privé, "un 'business' se chiffrant en centaines de milliards de francs". Il a aussi rappelé que 90% de la population tirent la majeure partie de leurs revenus du 1er pilier, d'où l'importance d'une AVS forte.

Vania Alleva, présidente d'Unia, a quant à elle souligné de la nécessité de lutter: "Nous devons et nous pouvons nous défendre avec succès, en serrant les rangs et en luttant tous ensemble". Le maintien de la retraite à 60 ans sur les chantiers et l'échec de l’initiative de mise en oeuvre de l’UDC en février dernier l'illustrent clairement.

Le PLR fribourgeois se mobilise

Du côté des partis, le président du Parti socialiste (PS) Christian Levrat a critiqué les innombrables "décisions glaciales" de la majorité de droite au Parlement qui vont à l'encontre des intérêts des citoyens suisses: l'âge de la retraite à 67 ans ou le pouvoir donné aux caisses maladie, notamment. Ce "froid" règne depuis le virage à droite pris lors des élections en octobre, écrit-il dimanche dans la lettre d'information du PS.

Alors que M. Levrat fustige les partis de droite, les libéraux-radicaux fribourgeois se sont mobilisés pour la Fête du travail. Ce 1er Mai tombant un dimanche, la section cantonale s'est rendue auprès de ceux qui travaillent durant les jours fériés, comme les employés dans les hôpitaux, homes ou restaurants. Le PLR veut ainsi montrer sa reconnaissance envers ces personnes qui assurent le bon fonctionnement des services utiles à chacun, écrit-il dans un communiqué.

Pas de débordements à Genève

A Genève, environ 1500 personnes ont bravé le froid pour les retraites et contre l'austérité. Le cortège s'est déroulé sans accroc malgré un retard dû à une vingtaine de jeunes militants anticapitalistes. Ils refusaient de se faire fouiller par la police. Encerclés par le même nombre de policiers, ils ont pu finalement rejoindre les rangs des manifestants.

Cagoulés et réfugiés derrière des parapluies, une centaine de jeunes anticapitalistes et antifascistes du Bloc révolutionnaire ont crié leur opposition à la police. Aucun problème n'a été constaté, malgré les craintes des forces de l'ordre depuis les importants dégâts mi-décembre en marge d'une manifestation non autorisée.

Tout au long du rassemblement, les discours ont repris le mot d'ordre axé sur la défense des retraites. Les manifestants ont affiché leur soutien à l'initiative AVSplus qui revaloriserait de 10% les rentes, à l'image des banderoles "Ensemble pour une AVS plus forte" qui les accompagnaient.

Déprédations à Zurich

A Zurich, les manifestations ont connu quelques débordements. Environ 300 personnes issues du milieu d'extrême gauche ont perturbé le cortège des syndicats, qui rassemblait près de 10'000 personnes. Les groupements incriminés ont sprayé les bâtiments de l'administration communale et de la police cantonale et cassé des vitrines de restaurants et commerces au centre-ville. Les dégâts se montent à plusieurs dizaines de milliers de francs.

La Fête du travail échauffe les esprits dans la ville de la Limmat depuis vendredi. La police a fait état de déprédations dans les arrondissements 2 et 4 dans la nuit de samedi à dimanche. Un casier de la gare Enge a été détruit vraisemblablement à l'aide d'un engin pyrotechnique. L'incident n'a pas fait de blessé, mais le périmètre a été bouclé. Les dégâts s'élèvent à plusieurs milliers de francs.

Par ailleurs, des murs pare-vue sur le site des casernes ont été souillés durant cette même nuit à coups de spray. Vendredi soir, une manifestation avait dégénéré et entraîné l'arrestation de certains protestataires.

A Bâle, environ 1000 personnes ont participé au cortège des syndicats, faisant fi de la pluie battante. La Place fédérale à Berne a elle été le point de rencontre de plusieurs centaines de manifestants. Du côté de Bienne, les festivités ont rassemblé environ 250 personnes sur l'Esplanade du Palais des Congrès, où le conseiller d'Etat vaudois socialiste Pierre-Yves Maillard a tenu un discours.

A Lausanne, 300 personnes ont défilé au centre-ville en fin de matinée. Les manifestants ont brandi des banderoles réclamant "Halte à la baisse des rentes - renforçons l'AVS" et "Les bateaux coulent, la Suisse refoule".

sda-ats

 Toute l'actu en bref