Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La renoncule des Alpes

La renoncule ou bouton d'or des Alpes voit son espace diminuer.

(Niklaus Zimmermann, WSL)

Selon une étude conjointe de scientifiques suisses et autrichiens, le réchauffement climatique affecte l'éventail de la flore alpine, créant des gagnants et des perdants.

Des chercheurs de l'Université de Vienne et de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) ont découvert que les plantes alpines sont soumises à une pression accrue en altitude.

Au fur et à mesure que la température grimpe, les plantes aussi. C'est-à-dire que leur aire de répartition se déplace et qu'elles commencent à croître à des altitudes plus élevées. Pour arriver à ce constat, les chercheurs ont analysé les données de 183 plantes alpines trouvées en Autriche, Italie, Allemagne, Slovénie et Suisse. Depuis la première moitié du XXe siècle, la plupart des espèces ont augmenté leur aire de répartition de 20 à 35 mètres.

L'étude, qui paraît dans l'édition de lundi de la revue scientifique américaine Proceedings a constaté que les limites inférieures se déplacent plus rapidement que les limites supérieures - ce qui réduit les zones où les plantes peuvent se développer.

«Par conséquent, à des altitudes plus élevées, l'espace est très limité. Et les espèces qui s’y propagent exercent une pression accrue sur d'autres espèces qui y poussent déjà», signalent les auteurs. Ils disent que c'était la première fois qu’une étude porte sur autant de données provenant de tant de régions alpines.

Gagnants et perdants

«La majorité de la flore alpine semble se déplacer lentement et régulièrement vers des altitudes plus élevées et semble avoir bénéficié jusqu' à présent du changement climatique, explique Sabine Rumpf, auteure principale de l'Université de Vienne. En outre, beaucoup d'espèces se rencontrent maintenant plus fréquemment dans leur aire de répartition.»

flowers

La saxifrage de montagne prospère dans les Alpes.

(Niklaus Zimmermann, WSL)

L'une des gagnantes est la saxifrage jaune des montagnes, qui a réussi à augmenter son aire de répartition vers le bas et vers le haut. Elle pousse généralement près des rivières parmi les roches, et ses graines se déplacent par voie d'eau, ce qui la fait descendre à des altitudes plus basses.

Parmi les perdants, il y a le bouton d'or alpin et le crocus alpin. Par exemple, la limite inférieure du  bouton d'or des Alpes est remontée de 385 m, mais sa limite supérieure n'est que 21 m plus élevée qu'auparavant, ce qui réduit sa portée de 33 %.

«Les plantes adaptées aux espaces très froids et pauvres en nutriments sont les perdantes. Même si les conditions s'améliorent, ces minuscules petites plantes ne peuvent pas réagir - elles ne peuvent ni devenir plus fortes ni plus grandes, explique Martin Schütz, écologue chez WSL. Mais les plantes à plus grande distribution peuvent souvent bénéficier de plus de chaleur et d'éléments nutritifs. Elles poussent immédiatement plus haut et dépassent les petites plantes. Il y a une compétition pour capter la lumière du soleil.»

Des étés plus longs

En outre, des étés potentiellement plus longs risquent de désavantager indirectement de nombreuses plantes alpines, car la nouvelle végétation peut produire plus de graines.

Près de 20 % des espèces étudiées par l'équipe prospèrent dans des habitats pauvres en éléments nutritifs. Martin Schütz s'attend à ce que les favoris suisses de la montagne, comme l'edelweiss et la gentiane, se retrouvent également parmi les perdants.

«Si les espèces concurrentes gagnent, il y aura une perte de biodiversité - du moins à petite échelle », explique Martin Schütz à swissinfo. ch. Mais l'extinction n’est pas encore pour demain.

 

 


Traduit de l'anglais par Frédéric Burnand

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.