Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Centenaire de l’OSE


Des jeunes en route vers la capitale


Par Christian Raaflaub, Neuchâtel


 Autres langues: 2  Langues: 2
Les participants au camp «culture, histoire & politique» ont notamment visité les locaux de Terre des Hommes.  (swisscommunity.ch)

Les participants au camp «culture, histoire & politique» ont notamment visité les locaux de Terre des Hommes. 

(swisscommunity.ch)

Grand air, culture, sport et beaux panoramas. 129 jeunes Suisses de l’étranger sont actuellement dans l’un des quatre camps que l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) a organisé pour son centenaire. Partis des quatre régions linguistiques, les participants font route pendant deux semaines vers la capitale Berne où ils partageront leurs expériences lors d’une fête sur la Place fédérale. 

«Ce camp est super, j’ai trouvé le bon endroit», dit Lea, de Montpellier, dans le sud de la France. Agée de 15 ans, elle s’intéresse à la culture suisse, raison pour laquelle elle s’est inscrite au camp «culture, histoire & politique». Le jour précédent, les participants avaient visité Genève. «J’ai trouvé le Palais des Nations très intéressant, très beau et très grand», dit-elle. 

Aujourd’hui, les 23 jeunes Suisses de l’étranger qui participent à ce camp sont en route avec leurs accompagnants dans la région des Trois-Lacs (de Bienne, Neuchâtel et Morat). Nous les rencontrons sur les hauts de Neuchâtel, devant le Centre Dürrenmatt, le musée consacré à l’un des principaux écrivains suisses du 20e siècle. D’ici, la vue sur le lac est à couper le souffle.

Alessandro, qui vient de la cité portuaire italienne de La Spezia, est également impressionné par le programme de ce camp. «C’est cool. Je trouve l’aspect culturel passionnant. Je ne voulais plus ne faire que du sport, mais mieux connaître la Suisse, notamment la partie francophone dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui», dit-il. C’est déjà la 8e fois qu’Alessandro, aujourd’hui âgé de 18 ans, participe à un camp de jeunesse de l’OSE. «Tout le monde se comprend, même si on parle tous une autre langue», dit-il. 

Julie Isabel vient d’Allemagne et participe parce que la Suisse est la patrie de son père. «Elle est donc aussi en partie ma patrie et je suis ici pour la découvrir», explique-t-elle. Cette adolescente de 15 ans se réjouit tout particulièrement de la disco et de la fête du 1er août. 

Depuis les quatre régions linguistiques 

Dangio dans le Val Blenio (Tessin), Sur-En en Basse-Engadine (Grisons), Estavayer-le-Lac, sur les rives du lac de Neuchâtel (Fribourg) et la ville de Bâle: c’est à partir de ces lieux situés dans les quatre régions linguistiques du pays que 129 jeunes Suisses de l’étranger et leurs 40 accompagnants ont pris la route le 23 juillet. Le but est d’arriver à Berne, le 5 août, pour participer aux festivités du centenaire de l’OSE et faire le compte-rendu des points forts de leur périple. 

Les jeunes expatriés doivent «avoir la possibilité de découvrir la Suisses de différentes façons et de différents côtés», déclare Angela Husi, directrice du projet «camps du jubilé» auprès de l’OSE. «C’est pourquoi nous avons quatre points forts dans les camps», explique-t-elle.

D’autres camps 

En plus de l’Organisation des Suisses de l’étranger, l’organisation partenaire, la Fondation pour les enfants suisses à l’étranger (FESE) organise elle aussi des camps pour les jeunes. 

Une bonne douzaine de camps ont été mis sur pied durant cet été 2016, également dans les différentes régions linguistiques. 340 enfants venus du monde entier y participent.  

Fixer le départ aux quatre coins de la Suisse est délibéré. «Les quatre régions linguistiques sont une particularité de la Suisse. Il s’agit de montrer cette diversité aux jeunes et plus généralement de les rapprocher de cette seconde patrie où ils ont aussi des racines», poursuit-elle. 

Echange culturel 

Le programme du camp est assez dense. Dans la matinée, les participants au camp culturel ont visité le musée Omega chez Swatch à Bienne (canton de Berne). Et après l’étape au Centre Dürrenmatt, ils continueront leur périple vers Delémont (canton du Jura). 

«Les journées sont parfois assez difficiles, parce que nous voyageons beaucoup. Mais les jeunes sont très intéressés, très motivés. Ils s’entendent bien entre eux», déclare Manuel Navas. Agé de 21 ans, ce jeune homme de Berne fait partie des accompagnants. Il effectue cette tâche dans le cadre de son service civil, une alternative au service militaire obligatoire. 

Son collègue Samuel Hidalgo Staub, étudiant bernois de 24 ans, effectue également son service civil, déjà pour la deuxième fois. «J’étais moi-même Suisse de l’étranger et j’ai fréquenté ces camps il y a dix ans. Je trouve super de pouvoir donner du bon temps à quelques jeunes et leur montrer autant de culture que possible», dit-il. 

Samuel Hidalgo Staub indique que comme lui, qui est à moitié espagnol, la plupart des accompagnants ont un lien avec l’étranger, tandis que les jeunes participants ont un lien avec la Suisse. «Ils apportent tous leurs expériences de leurs pays. C’est vraiment passionnant, parce qu’on parle ainsi de nombreuses langues dans le camp», s’enthousiasme-t-il. 

Lea, elle, s’est encore annoncée pour une tâche spéciale. Avec six autres jeunes issus des quatre camps de l’OSE, elle s’est fait expliquer par swissinfo.ch comment filmer et monter une vidéo présentant les temps forts de son camp. Sa contribution sera projetée le 5 août sur la Place fédérale, un défi qu’elle relève très volontiers: «c’est une tâche difficile, mais je m’en réjouis!»



(Traduction de l’allemand: Olivier Pauchard), swissinfo.ch

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×