Toute l'actu en bref

Par ses réflexions scientifiques, le Centre suisse islam et société enrichira le débat public, ont souligné les intervenants lors de son inauguration (image symbolique).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Le Centre suisse islam et société (CSIS) a été officiellement inauguré lundi à Fribourg. Tous les intervenants ont souligné son rôle capital pour le dialogue et la tolérance dans la diversité religieuse et culturelle.

L'Université de Fribourg est fière d'accueillir ce centre de compétence au niveau national, a dit sa rectrice Astrid Epiney. Car l'Université doit contribuer à cultiver l'ouverture et la tolérance, a-t-elle souligné.

"Seule une société dans laquelle nous pouvons vivre ensemble en respectant les différences" permet pour chacun une vie dans la dignité, a-t-elle commenté. Réaliser cet idéal est un vrai défi aujourd'hui, et le CSIS peut y contribuer, a-t-elle ajouté.

Vivre ensemble

Le démarrage de cet institut a suscité de nombreux débats, comme l'a rappelé le conseiller d'Etat fribourgeois Jean-Pierre Siggen, en charge de l'instruction publique et de la culture.

L'UDC fribourgeoise avait déposé une initiative pour le faire interdire, mais le Grand Conseil a déclaré ce texte contraire à la Constitution fédérale. En mai dernier, le parti a fait recours au Tribunal fédéral contre cette décision.

Pourtant, le Centre ne formera pas d'imams, a rappelé une fois encore Jean-Pierre Siggen. Par contre, il contribuera au débat public, et celui-ci sera enrichi par des réflexions scientifiques.

Cet objectif reflète bien l'esprit de la Constitution fribourgeoise, a noté le conseiller d'Etat. Celle-ci affirme, dans son préambule, la volonté de vivre ensemble dans la compréhension mutuelle au sein d'une société caractérisée par la diversité culturelle.

La cérémonie s'est déroulée en présence de Silvia Studinger, vice-directrice du Secrétariat d'Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation. En accueillant le CSIS, l'Université de Fribourg reste fidèle à sa tradition d'interdisciplinarité dans l'enseignement et la recherche, a-t-elle salué.

Encore 1,6 million

Le CSIS a d'ailleurs annoncé lundi un nouveau partenariat: la Conférence suisse des hautes écoles lui accorde une contribution de 1,6 million de francs sur quatre ans. Le Centre développera ainsi de nouvelles collaborations avec les Universités de Berne et Lucerne, ainsi qu'avec la Haute école pédagogique de Fribourg (HEP).

Focalisé sur les questions liées à l'islam dans la société suisse, l'institut développe des activités dans la recherche, l'enseignement et la formation continue. Sa mise en place a commencé début 2015.

Il s'est déjà établi comme un centre de compétences d'importance nationale, estiment ses dirigeants. Les multiples demandes reçues et les financements externes obtenus témoignent d'un fort besoin d'expertise dans ce domaine d'une grande actualité, soulignent-ils.

Deux doctorants ont déjà commencé leurs activités de recherche dans le cadre du programme doctoral soutenu par la Fondation Mercator Suisse. De plus, un projet de Master secondaire "Islam et société" est en cours de préparation pour l'automne 2017.

Le CSIS proposera sept séminaires de formation continue en 2016/2017, en collaboration avec le Service de la formation continue de l'Université de Fribourg. Il y aura aussi 25 ateliers dans toute la Suisse dans le cadre du projet "Organisations musulmanes comme actrices sociales", soutenu par le Secrétariat d'Etat aux Migrations (SEM) et le Service de lutte contre le racisme (SLR).

sda-ats

 Toute l'actu en bref