Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Changement climatique La Banque nationale devrait repenser ses investissements

Exhaust fumes come out an Opel, pictured on a street in Zurich, Switzerland,

La Banque nationale suisse devrait doubler ses investissements dans le renouvelable et en faire moins dans les combustibles fossiles, demande une nouvelle étude.

(Keystone)

Pour atteindre les objectifs fixés par l’Accord de Paris sur le climat, la Banque nationale suisse (BNS) devrait réduire massivement ses investissements dans le secteur des combustibles fossiles. C’est ce que demande l’Alliance climatique suisse, en formulant une série de recommandations.

60% des investissements en actions de la BNS génèrent des émissions de CO2 à hauteur de 48,5 millions de tonnes par année, soit plus que les émissions totales de la Suisse (48,3 millions). La Banque nationale soutient ainsi «une augmentation de la température globale de 4 à 6 degrés», écrit l’Alliance climatique suisseLien externe. Cette association, qui représente plus de 70 organisations de tout le pays, a relayé mardi l'étudeLien externe de l'un de ses membres, qui analyse de manière critique les investissements de la BNS et formule une série de recommandations.

Cette estimation de 4 à 6 degrés a été calculée en comparant le mix technologique du portefeuille d’actions détenues par la BNS avec différents scénariosLien externe de réchauffement climatique développés par l’Agence internationale de l’énergie. Christian Lüthi, directeur de l’Alliance climatique Suisse, précise bien que la BNS n’est pas directement responsable de telles hausses des températures, mais que c’est plutôt ses investissements qui y contribuent et qui sont en phase avec ce type de scénarios».

Or, on sait que l’Accord de Paris sur le climat pose comme objectif de limiter le réchauffement global à deux degrés. Et la Suisse l’a ratifié. La politique de la BNS «va donc clairement dans le sens contraire», dénonce Christian Lüthi.

«L'étude démontre que la politique d’investissement de la Banque nationale annihile les efforts de la Suisse pour protéger le climat et améliorer la situation des pays les plus pauvres», souligne Markus Keller, vice-président de Fossil-free.chLien externe.

Doubler les investissements dans le renouvelable

Les combustibles fossiles comme le pétrole, le gaz et le charbon émettent des gaz à effet de serre. La BNS doit donc changer sa politique d’investissement et ne plus financer l’exploitation de nouvelles réserves de ces énergies fossiles, demande l’Alliance climatique dans un communiquéLien externe.

Par exemple, l’étude montre que la BNS «sous investit» dans les énergies renouvelables. 11% seulement de la valeur des actions qu’elle détient dans la production électrique sont du renouvelable, contre 73% pour les sources d’énergie fossiles. Pour rester dans les objectifs de l’Accord de Paris, il faudrait au moins doubler les participations dans le renouvelable, concluent les auteurs.

Stabilité financière et environnementale

Pour que la BNS puisse «remplir son mandat de manière à respecter le climat et accomplir sa mission d’assurer la stabilité financière en tenant compte des risques climatiques», l’Alliance formule une série de recommandationsLien externe. Celles-ci ont été élaborées avec la collaboration d’experts en économie, en finance, en environnement et en climat de diverses universités suisses.

Il est en particulier conseillé à la Banque nationale d’effectuer un «test de stress climatique» de l’ensemble du secteur financier helvétique (assurances, banques, caisses de pension) et de publier des mesures pour contenir les risques macroéconomiques. En outre, la BNS devrait «exclure les investissements dans les entreprises qui causent systématiquement de sérieux dommages au climat».

«Nous n’atteindrons pas les objectifs de l’accord de Paris sans décarboniser la Banque nationale», a dit Christian Lüthi. Et d’ajouter que l’instabilité climatique ne constitue que la moitié de la menace. Selon lui, «plus la BNS tardera à prendre des mesures efficaces, plus une crise du système financier suisse pourrait être soudaine».


(Adaptation de l’anglais: Marc-André Miserez), swissinfo.ch

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.