Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Comment la Suisse veut réformer l'ONU


Pascal Couchepin propose un élargissement du Conseil de sécurité et demande une réforme de l’Assemblée générale.

Mardi à New York, c'est sur fond de crise irakienne que le président de la Confédération a prononcé son discours devant la 58e Assemblée générale des Nations unies.

Dans un discours prononcé, mercredi à New York, devant l´Assemblée générale des Nations unies (ONU), le président de la Confédération a plaidé pour un approfondissement des réformes de l’Organisation.

«La sécurité ne peut aujourd´hui plus être abordée en termes purement militaires», a déclaré Pascal Couchepin. Les grandes puissances, comme les moins grandes, ont besoin du cadre multilatéral pour résoudre leurs divergences.»

La Suisse considère notamment que l´organisation doit «mieux tenir compte des liens entre la sécurité internationale et le développement économique».

Et de citer notamment les relations entre l´ONU, les institutions de Bretton-Woods et l´Organisation mondiale du commerce (OMC) qui «mériteraient d´être réexaminées».

Elargir le Conseil de sécurité

Le fonctionnement même de l´ONU doit être modifié, poursuit Pascal Couchepin. L´Assemblée générale doit être «revitalisée» et le nombre de points à traiter doit être réduit.

Quant au Conseil de sécurité, dont la composition «ne reflète plus assez les réalités géopolitiques», il doit être élargi.

Pour le président de la Confédération, tous les membres du Conseil devraient en outre «être associés en permanence au processus de décision», alors que les discussions essentielles sont actuellement confinées au cercle restreint des cinq membres permanents.

Enfin, le droit de veto des membres permanents - qui implique des responsabilités particulières - ne devrait être utilisé qu´à titre exceptionnel.

Dans cet ordre d’idées, Pascal Couchepin se félicite d'ailleurs de la décision de Kofi Annan.

Le secrétaire général de l´ONU veut en effet établir un groupe d´experts chargé de réfléchir aux moyens d´ouvrir l´organisation à la société civile.

Engagement de la Suisse

La vie internationale, comme la vie en société, supposant un minimum de règles, Pascal Couchepin en profité pour réitérer l´attachement de la Suisse au respect du droit international, concrétisé notamment par son engagement en faveur du droit humanitaire ou de la Cour pénale internationale.

«Il faut, explique-t-il, revoir notre vision de la sécurité en plaçant davantage les personnes au coeur de la réflexion, pour pouvoir surmonter une partie des divergences actuelles entre le Nord et le Sud.»

Pour promouvoir cette idée de la sécurité humaine, la Suisse s´engagera cette année sur les thèmes de la prolifération des armes légères et des mines antipersonnel.

La Confédération se déclare prête à assumer la présidence d´un groupe de travail chargé d´élaborer un instrument de marquage et de traçage des armes légères, si l´Assemblée générale décide sa création.

Sommet de l´information

«Pour améliorer la sécurité humaine, nous devons aussi tenir les promesses faites en matière de développement», lance le président de la Confédération.

Dans ce cadre, il appelle tous les pays membres de l´ONU à participer au Sommet mondial sur la société de l´information (SMSI). Qui débattra, à Genève, au mois de décembre, des moyens de réduire le fossé numérique entre pays riches et pauvres.

Concernant l´Irak, et la cristallisation des tensions internationales, Pascal Couchepin appelle à la définition d’un mandat plus clair du Conseil de sécurité pour l´ONU.

«Il faut aussi avancer résolument vers le rétablissement de la souveraineté en Irak, conclut Pascal Couchepin. La Suisse est prête à partager ses expériences et à fournir son appui à un processus constitutionnel», .

swissinfo et les agences

En bref

- Pascal Couchepin s'est adressé mardi à l'Assemblée générale des Nations Unies à New York.

- Le Président de la Confédération estime que le rôle de l'ONU doit être redéfini.

- Pascal Couchepin s'est dit déçu par le discours du président des Etats-Unis.

- Il reconnait toutefois que Georges Bush a tenté d'apaiser les tensions qui règnent à l'ONU.



Liens

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×