Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Consomacteurs


Des smartphones tachés de sang, de sueur et de larmes


Par Jo Fahy avec l'ATS


 Autres langues: 2  Langues: 2
Les ONG suisses veulent obtenir une amélioration des conditions de travail dans les fabriques chinoises d’ordinateurs et de smartphones. (Keystone)

Les ONG suisses veulent obtenir une amélioration des conditions de travail dans les fabriques chinoises d’ordinateurs et de smartphones.


(Keystone)

Mépris des droits du travail, pollution de l’environnement et financement des conflits armés: la production des ordinateurs et téléphones portables reste problématique. C’est le constat d’une enquête menée par deux ONG suisses.  Elles ont passé au crible les principales marques du secteur à la lumière de critères sociaux, éthiques et écologiques.

«Nous voulons changer quelque chose en contribuant à l’amélioration des conditions de vie des travailleurs en Chine et en République démocratique du Congo », déclare à swissinfo.ch  Daniela Renaud, cheffe de projet pour la campagne  «High Tech - No Rights/ Haute technologie - pas de droits». Elle est menée conjointement par Pain Pour le Prochain et l'Action de Carême, deux ONG d’obédience chrétienne actives dans l’aide aux pays du Sud.

Les données ont été recueillies par deux organisations partenaires en Chine et en République démocratique du Congo (RDC). Une enquête qui complète celle menée en 2008 par les deux ONG suisses.

Selon Daniela Renaud, il n'existe aucun produit électronique «qui ne soit pas entaché de sang». L'enquête révèle néanmoins que la plupart des marques ont commencé à modifier leur comportement et à prendre des mesures en vue d'améliorer les conditions de production de leurs appareils.

Sur les dix entreprises avec les plus grandes parts de marché en Suisse, Hewlett-Packard (HP) a obtenu la meilleure note, HTC et ASUS la moins bonne.

Si HP est en tête du classement, cela tient aux cours de formation indépendants donnés aux employés sur les droits des travailleurs et sur la détermination d’un vrai salaire de subsistance pour tous les employés. HP collabore également avec les syndicats et les ONG sur un certain nombre de questions.

En termes de protection de la santé des travailleurs, Nokia a été jugé le meilleur. Ce qui lui vaut la deuxième place.

Matières premières ensanglantées

Beaucoup d'entreprises ont fait des progrès sur les questions environnementales, en particulier dans la réduction des émissions de C02. Mais un gros problème subsiste au premier maillon de la chaîne de production avec l'extraction des matières premières qui composent la plupart de nos téléphones portables et ordinateurs. Une activité qui se déroule principalement en République démocratique du Congo (RDC).

Or, une guerre civile fait rage depuis dix ans dans l'est du pays. Tant les insurgés que l'armée contrôlent les mines et empochent les recettes de la vente des minerais qui en sont extraits, au détriment de la population autochtone, selon Mgr Fridolin Ambongo, évêque et président de la Commission épiscopale sur les ressources naturelles.

Même les grandes entreprises, dont l'helvétique Glencore Xstrata, qui ont signé un contrat avec le gouvernement et devraient payer une redevance de 5% à l'Etat, «trouvent toutes sortes de moyens pour ne rien verser. Par exemple, en présentant chaque année des comptes déficitaires», selon l’évêque, qui souligne que ces entreprises profitent aussi de la corruption des autorités.

Toutes les entreprises examinées ont reconnu ce problème, mais elles ont eu des approches différentes pour y faire face. Asus et HTC soutiennent un boycott de la RDC, selon les ONG

«Cette mesure n'est pas du tout utile pour résoudre le problème. Les gens qui y vivent n'ont plus de revenus et l'Etat perd un secteur industriel», souligne Daniela Renaud. Elle préfère l'approche adoptée par Apple qui n’acquière les matériaux extraits des zones de conflit que s’ils proviennent de sources certifiées.

Comme le constate Mgr Ambongo, «deux tiers des mines ne sont plus aux mains des bandes armées dans l'est de la RDC.»

Avec cette campagne, les ONG interpellent aussi le Conseil fédéral (gouvernement), qui juge inutile un durcissement de la législation sur le négoce des matières premières. La Suisse est en effet l’une des plus importantes plateformes du négoce international des matières premières. Une tonne sur cinq au moins de l'ensemble de ces matières est négociée par des entreprises helvétiques.

Conditions de travail éprouvantes

En Extrême-Orient, l'exploitation et l'absence de droits règnent dans les usines fabricant nos outils numériques. Les ouvriers travaillent jusqu'à 14h par jour dans des environnements souvent toxiques et pour des salaires ne permettant pas de vivre.

«Les travailleurs sont souvent contraints de travailler durant des périodes de temps très courtes pour répondre à un énorme carnet de commandes. Malgré l’existence d’une réglementation, nous avons constaté des heures supplémentaires de 170 ou 200 heures par mois», précise à swissinfo.ch Pui-Kwan Liang, chef de projet au Sacom (Students and Scholars Against Corporate Misbehaviour / étudiants et chercheurs contre les débordements de l'entreprise).

«Le consommateur a le pouvoir de changer cette situation. Les producteurs doivent s’ouvrir, divulguer les rapports d'audit et montrer ce qui se passe derrière les marques et leurs produits», insiste Pui-Kwan Liang.


Traduction et adaptation de l'anglais: Frédéric Burnand , swissinfo.ch

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×