Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

5e Suisse


Sur les traces des Tardent d’Australie


Par Olivier Grivat


Il y a trois rues Tardent en Australie qui rendent hommage au pionnier suisse ()

Il y a trois rues Tardent en Australie qui rendent hommage au pionnier suisse

Il y a 125 ans, la famille suisse Tardent quittait la Russie tsariste pour s’installer dans le Queensland en Australie. C’est le point de départ d’une implantation réussie dans la viticulture. Retour sur une saga helvétique de Vevey à Brisbane en passant par Odessa.

«Débarqué le gousset bien léger, mais les cœurs joyeux et riches d’espérance,» raconte le Vaudois Henri-Alexis Tardent dans son carnet de voyage. Il emmenait tout un clan familial, y compris quatre enfants et son frère Emile qui quittaient la colonie suisse de Chabag, au bord de la mer Noire, le 12 octobre 1887: «Je me sentais en encouragé par l’exemple du grand-père de ma femme, le botaniste Louis-Vincent Tardent parti de Vevey pour Chabag en 1822».

Après deux mois à bord des bateaux à vapeur Russie et Odessa, ils ont franchi le Bosphore, puis le canal de Suez, ouvert au trafic maritime 18 ans auparavant, avant de débarquer à Brisbane, dans le Queensland, le 13 décembre. Dans leurs bagages, des livres, des armes à feu et une épée turque pour être prêts à se battre «contre les guerriers cannibales de l’intérieur du pays», ainsi que mille roubles d’avance sur héritage (4'000 francs d’alors).

 

Mais qu’est-ce qui poussait à l’exil à l’autre bout du monde ces vignerons vaudois établis depuis 1822 à Chabag, près d’Odessa?  Plusieurs décennies durant, la concession accordée par le Tsar Alexandre 1er par l’entremise de son précepteur Frédéric-César de la Harpe exemptait les colons du service militaire. Mais, en 1874, une loi tsariste instaurait le service obligatoire sans exception. Peu encline à guerroyer sur le front est, une centaine de colons suisses opte alors pour l’émigration vers l’Amérique et l’Océanie.

Les Suisses d’Australie

23'378 Suisses résidaient en Australie à fin 2011, dont 18'813 possèdent la double nationalité. La communauté suisse est la 3e en importance derrière celles de Etats-Unis et du Canada. La majorité vit dans l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud (Sydney).

Les échanges commerciaux entre la Suisse et l'Australie ont atteint 2,5 milliards de francs en 2011 (+17,4%), alors que les importations en Suisse de biens australiens se sont considérablement accrues, passant de 320 millions à 487 millions de francs (+52%). La Suisse a créé 40'000 emplois en Australie, ce qui la place au 5e rang des employeurs étrangers.

L’Australie a accueilli quelque 43'000 touristes suisses en 2010.

Des adieux déchirants

Le chef de l’expédition est Henri-Alexis Tardent. Fils d’un bûcheron et buraliste postal du Sépey, dans les Alpes vaudoises, il était parti à l’âge de 16 ans comme précepteur en Pologne. Prolongeant jusqu’à Chabag, à 60 km d’Odessa, il y découvre une tribu de cousins Tardent qui le reçoivent à bras ouverts, le jour où la colonie fêtait ses 50 ans: «Il y avait là un essaim de jeunes cousines qui faisait bondir mon cœur de 20 ans comme un chamois sur les Alpes.»

 

Il tombe amoureux de sa cousine Hortense, petite-fille du fondateur de Chabag, l’épouse et décide d’émigrer à l’autre bout du monde. Comme en juillet 1822 où une demi-douzaine de familles vaudoises avait quitté Vevey en convois tirés par des chevaux pour trois mois de voyage à travers l’Europe, la scène des adieux se répète à Chabag: «Tu t’en va bien loin de moi, ma fille!», pleure à genoux le vieux Samuel Tardent, en s’adressant à sa fille Hortense. Le descendant du fondateur de la colonie suisse sait qu’il ne la reverra jamais: «Mais j’ai foi en toi et confiance en ton avenir !»

La colonie de New Helvetia

Dix ans avant l’arrivée des Tardent à Roma, en 1878, une amorce de colonie suisse a été créée au nord de Rockhampton, non loin de la Grande Barrière de Corail. Elle devait s'appeler New Helvetia, fondée par Marc-François Bugnion, le frère de pasteur de Chabag.

C’est au bord de la rivière Fitzroy sur la commune de Nicholson que devaient s’installer 700 familles du monde entier: «Venez avec vos fils robustes et avec vos filles. Il y a de la place pour vous et des millions d’autres,» écrit  le pasteur de Chabag, François-Louis Bugnion, connu sous le nom de l’«évêque Bugnion» en priant d’insérer une annonce dans le journal d’Odessa. A sa mort en 1880, son frère Marc-François reprend le flambeau.

Tardent Winemaker

«L’Australie est habitée par une race libre et forte, en pleine prospérité, avec un sol fertile et

bon marché, et surtout le meilleur climat du monde», écrit-il. Muni de lettres de recommandation du Conseil d’Etat vaudois et du président de la Confédération, le Neuchâtelois Numa Droz, Henri-Alexis Tardent va créer à Roma (Queensland) une coopérative viticole, baptisée Tardent Winemaker. Les affaires prospèrent.  Il est élu municipal et fonde dans la foulée une société d’agriculture. L’ancien gardien de chèvres du Sépey introduit le blé et inaugure une laiterie pour le beurre et le fromage qu’il baptise Les Ormonts.

Il se lance en politique comme candidat travailliste au Parlement du Queensland. Il parcourt le pays à pied, à cheval et en charrette dans une circonscription vaste comme la Suisse: «Me souvenant de la Fête des Vignerons de Vevey, j’organisai une procession monstre aux flambeaux: un dompteur de chevaux ouvrait la marche, puis venaient des fanfares, des cavaliers de la brousse...»

L’exemple suisse

Battu de justesse, il gagne l’amitié d’Andrew Fischer, 1er Premier ministre travailliste d’Australie. Fier d’appartenir à la plus ancienne confédération du monde, il présente la Constitution suisse aux politiciens chargés de rédiger celle de la Fédération australienne, qui entre en vigueur en 1901. Lors de la guerre de 1914-18, il perd l’un de ses douze enfants, son fils cadet de 18 ans, dans les tranchées d’Ypres, en France, défendues par des bataillons australiens. Deux autres fils reviendront de Galipolli et des Flandres, la poitrine décorée de médailles françaises.

Parmi eux, Jules Tardent va peaufiner la biographie des Tardent éparpillés en Suisse, en France, en Belgique, en URSS, aux USA et en Australie, où il existe trois rues Tardent, dont une à Canberra. Il crée un journal local, The Toowoomba Democrat, sera correspondant de La Gazette de Lausanne et le fondateur de l’Alliance française de Brisbane. Des centaines de Tardent vivent aujourd’hui en Australie, où un Henry Tardent est né le 12 décembre 1987, un siècle jour pour jour après l’arrivée en Océanie! Comme son ancêtre, il vit toujours à Roma où il s’est marié avec une institutrice: «Je suis un Tardent et fier de l’être», s’intitule le site internet du clan australo-suisse.

«Je me rappelle très bien de mon père racontant ses origines suisses et la vie à Chabag,» raconte Félix Tardent, 86 ans, qui vit à Gold Coast (Queensland). Ce petit-fils de Henry Alexis Tardent a travaillé à la Banque du Commenwealth et il s’avoue très fier d’être Australien, mais aussi de ses origines suisses: «Je devais bien être le seul élève du Queensland à connaître par cœur la date des batailles de Sempach, Morgarten et Morat!» Avec sa femme Frances, il s’est rendu en Suisse en 1993, où le couple a vécu un moment d’intense émotion en visitant la maison ancestrale des Ormonts.

swissinfo.ch



Liens

×