L'art à la pointe du ciseau

Du découpage d'enfant à l'oeuvre d'art

Culture  

Louis David Saugy: Bouquet de fleurs, 1946

Collection Hans-Jürgen Glatz, Blankenburg

Monika Flütsch: Troupeau de moutons, 2012

Estrellita Fauquex: Lettre d'amour sans paroles, 2012

Alois Carigiet: Mon frère, 1919, découpage d'enfant

Archives de la collection de dessins d'enfant de la fondation Pestalozzianum

Jolanda Brändle: Toggenburg, 2012

Martin Mächler: Bouquet d'éoliennes, 2012

Franticek Klossner: découpe d'un relief mural, 2012

Monika Flütsch: Le taureau Dobi, 2012

Réhane Favereau: Poya sens d’sus-d’sous, 2012

Sonja Züblin: Le bouleau, 2012

Krystyn Diethelm: Lettre à tous, 2012

Jakob Hauswirth: Montée à l'alpage, 1858

Collection privée

Anonyme: Dr. Dolittle, découpage d'enfant, 1931

Archives de la collection de dessins d'enfant de la fondation Pestalozzianum

Antoinette Fäsi: Troupeau sous les arbres, 1801

Heinz Pfister: Symbiose, 2012

 

 

/

Un travail minutieux mais un peu ringard pour les soirées d’hiver? Pas du tout! Les papiers découpés sont de nos jours de petites sculptures complexes, ainsi que le montrent quelques-unes des 105 œuvres d’artistes suisses présentées par le Forum de l’histoire suisse à Schwytz.

Des vaches noires, des chèvres et des bergers. Depuis le 18e siècle, le papier découpé est le média par excellence de l’inalpe et de la désalpe. Ces motifs traditionnels qui idéalisent des scènes idylliques représentent une partie de l’exposition «Scherenschnitte, Papiers découpés. Silhouette. Paper cuts». L’antenne schwytzoise de Musée national suisse accueille jusqu’au 9 mars 2014 cette 8e exposition consacrée aux papiers découpés.

De nos jours, ces travaux de découpe délicats effectués avec des ciseaux ou de petits couteaux représentent encore ces sujets traditionnels. Mais des découpages plus modernes constituent de véritables petites œuvres en trois dimensions. Par exemple la «Lettre d’amour sans mots», dans laquelle Estrellita Fauquex fait jaillir des fleurs rouges luxuriantes et des fraises d’une enveloppe.

Après Schwyz, l’exposition pourra encore être vue l’an prochain au Château de Prangins, l’antenne romande du Musée national.

(Images: © Musée national suisse)

 
Les commentaires ne peuvent pas apparaître pour le moment