Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Dépénalisation


Berne veut tester le cannabis en pharmacie


 Autre langue: 1  Langues: 1
Les pharmacies de la ville de Berne pourraient être autorisées à vendre, à titre expérimental, du cannabis à un groupe de consommateurs. (Keystone)

Les pharmacies de la ville de Berne pourraient être autorisées à vendre, à titre expérimental, du cannabis à un groupe de consommateurs.

(Keystone)

L’exécutif de la capitale vient de demander à l’Université de monter un projet de recherche sur la vente contrôlée de cannabis en pharmacie. Quelque 4000 Bernois consomment régulièrement cette substance interdite, et l’idée est de les protéger du marché noir. Des projets sont à l’étude dans d’autres grandes villes. Encore faudra-t-il obtenir le consentement de la Confédération.

Malgré l’interdiction et la répression, entre 200'000 et 300'000 personnes consommeraient régulièrement du cannabis en Suisse. Une «situation hypocrite» sur laquelle les villes de Zurich, Bâle, Genève et Berne veulent tirer un trait. Leurs tentatives de mettre officiellement à disposition cette drogue se concrétisent. Les pharmacies de la capitale pourraient ainsi être autorisées à vendre, à titre expérimental, du cannabis à un groupe de près de 1000 fumeurs.

L’exécutif de la ville a confié à l’Université de Berne le mandat d’élaborer un tel projet de recherche. Il a également posé des conditions préalables: les participants à cette expérience devraient être âgés de 18 ans au moins, être domiciliés à Berne et déjà avoir consommé du cannabis par le passé.

Les pharmacies bénéficient de la confiance de la population et elles disposent des compétences nécessaires dans la gestion et la manipulation des produits stupéfiants, ont expliqué les autorités bernoises. Le prix de vente n’a pas encore été fixé. Le cannabis serait soit livré par des producteurs suisses, qui fabriquent la substance à des fins scientifiques, ou importé. Seule la consommation dans la sphère privée serait autorisée.

Les responsables de la ville de Berne entendent se coordonner avec d’autres villes qui se lancent dans des projets-pilotes similaires. Bâle prévoit de prescrire du cannabis aux adultes uniquement à des fins médicales. C’est le cas notamment des personnes qui souffrent de la sclérose en plaques. A Genève et Zurich, le cannabis pourrait être délivré à titre médical, mais également à des adultes ainsi qu’à des jeunes présentant une consommation à risque.

Le dernier mot reviendra toutefois à la Confédération, qui doit édicter une autorisation pour mener ce projet-pilote. La loi fédérale sur les stupéfiants interdit en effet en principe la consommation de cannabis en Suisse. Un avis juridique réalisé sur mandat de la ville de Berne juge cependant acceptable la mise sur pied d’un projet-pilote qui soit accompagné de manière scientifique.

Les projets des villes rencontrent néanmoins des résistances dans les cercles conservateurs. Les membres de l’Union démocratique du centre (UDC / droite conservatrice) veulent en particulier empêcher que ces projets ne soient subventionnés par les deniers publics. 

swissinfo.ch avec la RTS (Téléjournal du 14 mars 2016)

×