Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Des vaches résistantes


D’anciennes races de bétail mieux adaptées au changement climatique


 Autres langues: 4  Langues: 4
Intégrer

Une nouvelle étude indique que la sauvegarde d’anciennes races de vaches en Suisse pourrait constituer une nouvelle source de viande et de lait, alors que le réchauffement climatique sévit.  (Julie Hunt, swissinfo.ch)

Un récent projet de recherche, conduit par l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), démontre que la Suisse et les autres pays alpins doivent s’attendre à faire face à des conditions plus extrêmes en lien avec le changement climatique que les pays où l’altitude est plus basse. Les anciennes races de bétail, comme les Évolénardes du Valais, sont mieux armées pour relever ce défi.

A la fin du 19e siècle, le canton du Valais a décidé de concentrer ses efforts sur l’élevage de vaches entièrement brunes. Comme le nombre d’Évolénardes, avec leurs taches blanches, était en baisse, les vaches d’Hérens, leurs proches parentes, sont devenues les plus populaires. ProSpecieRara, la fondation suisse pour la diversité patrimoniale et génétique liée aux végétaux et aux animaux, a œuvré pour sauver les Évolénardes de l’extinction.

Des associations d’éleveurs se sont formées et des livres généalogiques avec des détails génétiques sur les veaux ont été rédigés. Les éleveurs utilisent ces informations pour que les mâles et les femelles reproducteurs soient le plus éloignés possible, afin d’éviter le risque de consanguinité, et ainsi augmenter les chances d’accroître la population d’Évolénardes. Elles sont désormais entre 400 et 450 en Suisse.

Ces vaches à cornes sont petites et produisent d’importantes quantités de lait en comparaison avec leur taille. Elles sont robustes et moins susceptibles d’être victimes d’une infection que les races plus communes. En outre, elles sont aussi extrêmement résistantes et bien adaptées à l’herbe sauvage d’alpage, en été. Adrienne Stettler a 20 Évolénardes dans sa ferme à Utzigen (canton de Berne). swissinfo.ch lui a rendu visite pour comprendre pourquoi elle a choisi cette ancienne race.