Cadrer les belligérants: le combat sans fin du CICR

Depuis la création de l'actuel CICR en 1863, Genève et la Suisse sont au centre du droit humanitaire et de ses conventions. Un cadre protecteur régulièrement malmené par des guerres aux visages multiples. Des conflits armés dont les civils sont les principales victimes.

Genève, décembre 2016. Le personnel du siège du CICR rend hommage aux humanitaires tués en mission.
En janvier derneir, un convoi de 44 camions chargés de vivres et de médicaments arrive à Madaya, une ville assiégée tenue par les rebelles syriens où se terrent 42 000 civils au bord de la famine.
Recep Tayyip Erdogan, président turc, a rappelé que son pays accueillait trois millions de réfugiés, dont 2,7 millions de Syriens. Le secrétaire général des Nations unies a salué le rôle de la Turquie, "à l'avant-garde de l'action humanitaire".  
Lors de l'arrivée d'un convoi humanitaire le 18 mai dans la banlieue de Damas, au coeur du quartier d'Harasta dans un bastion tenu par les rebelles assiégé par les forces gouvernementales depuis l'été 2013.
Palazzo Longhi sede del museo della Croce Rossa. 
Thomas Brückner

Der 1979 geborene Historiker studierte an der Freien Universität Berlin und an der London School of Economics Geschichte, Politikwissenschaften und Soziologie.

Danach doktorierte er an der Universität Zürich über das Verhältnis des IKRK zur Schweiz.
Plus...
Le CICR dans l'actualité