Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

e-voting au Conseil des Suisses de l’étranger «Monsieur Grüter, vous jouez avec la peur»

grüter

Débat entre un politicien et une technicienne. Contre le e-voting: Franz Grüter. Pour: Claudia Pletscher.

(swissinfo.ch)

Débat enflammé et théâtral ce 10 mars au Conseil des Suisses de l’étranger (CSE) à Berne sur l’utilité et les dangers du vote électronique. Extraits choisis.

«La question n’est pas si une manipulation va se produire, mais quand. Il existe un risque de voir disparaître globalement la confiance dans les votations».

Franz Grüter, député UDC (droite conservatrice), co-président du groupe parlementaire «Suisses de l’étranger», veut lancer une initiative populaire contre le e-voting

 

«La sécurité et la confiance sont nécessaires, cela va de soi. La Poste utilise un protocole cryptographique complet, sur lequel une manipulation est immédiatement détectable. Je vous donne raison: la sécurité à 100% n’existe nulle part. Mais si quelque chose arrive, nous le voyons».

Claudia Pletscher, responsable du développement et de l’innovation de La Poste, qui élabore des solutions pour le vote électronique

 

«Imaginez: nous découvrons après cinq ans que des votations ont été manipulées. C’est quelque chose qui doit peser davantage que le fait que quelques Suisses de l’étranger ne puissent pas voter en ligne».

Franz Grüter

 

«Que se passe-t-il quand, en tant que Suisse de l’étranger, j’envoie mon enveloppe à Schaffhouse? On ne le sait pas non plus. Pour les Suisses vivant à l’étranger, il est important d’avoir un système de vote électronique efficace et fiable. S’il n’y a pas de sécurité absolue, faisons quand même ce qui est le mieux pour nous – et pour les Suisses de l’étranger, c’est le e-voting».

Un membre du CSE 

guldimann

Les députés socialistes Carlo Sommaruga et Tim Guldimann veulent ouvrir la voie au vote électronique.

(ASO/Adrian Moser)

«Il est clair que nous avons besoin d’un système qui ne soit pas uniquement pour les Suisses de l’étranger. Si ça ne fonctionne pas dans le pays, alors c’est mort pour la 5e Suisse aussi».

Tim Guldimann, unique député Suisse de l’étranger, socialiste, démissionnaire

 

«La NSA dit que les systèmes d’e-voting sont parmi les cibles des attaques de demain. Le système de La Poste vient d’une firme espagnole en mains américaines. Cela devrait nous donner à réfléchir».

Franz Grüter

 

«C’est vrai, nous travaillons avec une entreprise espagnole. Nous travaillons avec eux depuis 20 ans déjà et ils sont titulaires de plus de 40 brevets internationaux».

Claudia Pletscher

 

«Il y a aussi eu une cyberattaque contre le Département fédéral des Affaires étrangères, et pendant 18 mois, personne n’a simplement remarqué qu’elle avait eu lieu. Et 2013, le système genevois a été manipulé, un hacker l’a affirmé».

Franz Grüter

 

«Monsieur Grüter, vous jouez avec la peur».

Franz Muheim, professeur de physique, membre du Comité du CSE

 

«En ce moment, une grande majorité du Parlement suisse est favorable au vote électronique. Je ne voudrais pas que le débat démocratique soit récupéré par ceux qui se présentent comme les seuls spécialistes du domaine».

Carlo Sommaruga​​​​​​​, député socialiste, membre du CSE

 

«Toutes les faiblesses que vous mentionnez ici pour le e-voting s’appliquent aussi très exactement à la lettre. Le système postal est même beaucoup moins sûr, parce qu’avec le vote électronique, au moins, on remarque quand quelque chose ne va pas».

Un membre du CSE



(Traduction de l’allemand: Marc-André Miserez)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.