Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

A l’épreuve des faits


La Suisse est-elle la championne du monde du recyclage?




Trouver des études internationales sur le recyclage peut paraître simple, mais couronner un champion ne l’est pas. Le problème réside dans la manière dont les pays calculent le taux de recyclage.

«La Suisse est la championne du monde du recyclage.» Cette affirmation accrocheuse a été claironnée par les médias, l’industrie du recyclage et même par les organes gouvernementaux chargés de promouvoir l’image du pays à l’étranger. Désormais, les opposant à l’initiative populaire «Economie verte», sur laquelle le peuple devra se prononcer le 25 septembre, utilisent l’affirmation contre la proposition d’améliorer le recyclage pour diminuer l’empreinte écologique de la Suisse. 

Parmi eux, economiesuisse a affirmé dans un communiqué de presse que la Suisse, «élève modèle en matière de recyclage, atteint des taux dont les autres pays d’Europe ne peuvent que rêver.» Dans un document politique ultérieur, qui énumère les arguments contre l’initiative, l’organisation faîtière des entreprises a publié une infographie affichant des taux de recyclage impressionnants, qui montre que la Suisse est déjà «championne du monde» du recyclage. 

Toutefois, définir la meilleure nation en matière de recyclage est plus compliqué que ce que l’on pourrait croire.  

Les données 

De nombreux pays, en plus de la Suisse, semblent convoiter la couronne du recyclage. Dans le dernier rapport de l’OCDE qui examine le classement des taux de recyclage et de compostage pour les déchets municipaux, le premier de classe l’Allemagne (65%), ainsi qu’une poignée d’autres pays européens et la Corée du Sud sont tous bien mieux notés que la Suisse (51%). 

Ces taux sont similaires aux données de 2014 compilées par Eurostat, l’agence européenne de statistiques. Il est ainsi déconcertant de voir que la Suisse est qualifiée de championne du monde, malgré les chiffres.

Patrik Geisselhardt, directeur de l’association faîtière Swiss Recycling, estime que cette réputation était en fait fondée par le passé.

«Grâce au principe du ‘pollueur-payeur’, la Suisse était l’un des premiers pays à atteindre un haut taux (de recyclage)», indique Patrik Geisselhardt dans un e-mail à swissinfo.ch, en se référant à la taxe aux sacs de poubelle introduite par de nombreuses municipalités dans les années 1990 pour encourager le recyclage. Il précise toutefois qu’entre-temps l’Allemagne, l’Autriche et les pays nordiques ont atteint des taux similaires à ceux de la Suisse. 

Différentes méthodes, différents taux 

A quel pays doit-on dès lors décerner le titre de champion? La question est ouverte au débat. L’OCDE avertit que la définition d’«ordures ménagères» et les méthodes d’analyse varient selon les pays. 

Michael Hügi, expert en traitement des déchets à l’Office fédéral de l’environnement, explique notamment que tous les pays ne calculent pas les taux de recyclage de la même manière. «Par exemple, les ménages allemands récupèrent tous les déchets d’emballage recyclables, qui sont ensuite acheminés vers un centre de tri qui sépare ce qui sera recyclé de ce qui sera utilisé pour produire de l’énergie thermique», indique-t-il. Ainsi, même si au final tout n’est pas recyclé, c’est la quantité de déchets initiale qui est prise en compte pour calculer le taux de recyclage.  

En Suisse, cependant, le tri est effectué à la source, en principe par le consommateur lui-même, ainsi le calcul est basé sur les matériaux qui peuvent effectivement être recyclés. Ces différences rendent l’établissement d’un classement complexe, comme le souligne Michael Hügi.  

Pour avoir un meilleur aperçu de la situation au sein de l’Union européenne, la Commission européenne propose une méthode de calcul harmonisée qui prendrait en compte la quantité de déchets qui entrent dans le processus final de recyclage, une fois que le tri a été effectué. Toutefois, l’association allemande pour le traitement des déchets a averti que ce changement pourrait faire plonger le taux actuel du pays au-dessous de 50%, l’objectif européen de recyclage pour 2020. 

En d’autres termes, changer la méthode de calcul pourrait amener l’Allemagne et d’autres pays à passer derrière la Suisse dans les futurs classements. 

Championne du recyclage du verre? 

Si les taux de recyclages globaux actuels ne classe pas la Suisse au sommet, peut-être que la revendication du titre de champion du monde a été basée sur des données relatives au recyclage de produits spécifiques, comme une infographie utilisée par economiesuisse semble le suggérer. 

Un graphique réalisé par Présence Suisse, une unité du Département des affaires étrangères chargée de promouvoir l’image du pays à l’étranger, déclare la Suisse championne du monde sur la base de ses taux de recyclage dépassant 90% pour le verre et les boîtes de conserves. 

 (DFAE)
(DFAE)

Mais même avec un impressionnant 96%, les graphiques réalisés en 2015 par la Fédération européenne du verre d’emballage (Feve) montrent que la Suisse est dépassée par le Danemark (98%) et la Suède (97%) dans le recyclage du verre. L’histoire est la même pour le recyclage des cannettes de boissons en aluminium: les chiffres publiés en 2012 par l’Association européenne de l’aluminium révèlent que plusieurs pays, comme la Norvège (96%), montre des résultats meilleurs que la Suisse (92%). 

Le verdict 

Les données comparatives sur le recyclage, que ce soit pour des matériaux spécifiques tels que le verre ou pour toutes les matières recyclables prises ensemble, montrent que la Suisse termine à quelques places de la première place. Elle peut ainsi assurément être considérée comme un exemple mais pas comme la première de classe. Cela dit, ces classements ne peuvent pas réellement être une base solide pour trouver un «champion», car les pays utilisent des systèmes de récupération et des méthodes de calcul différents.  

Jusqu’à ce que ces méthodes soient harmonisées, economiesuisse et d’autres pourraient mettre de côté les discussions autour de la désignation d’un champion. A la place, ils pourraient dire que la Suisse se trouve parmi les meilleurs au monde en matière de recyclage. Personne ne pourrait contester cela.

 

swissinfo.ch

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×