Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Banque nationale suisse


Le nouveau billet de 50 francs: une aventure


Une dendelion et un parapente figurent sur les nouveaux billets de 50 francs. (Keystone)

Une dendelion et un parapente figurent sur les nouveaux billets de 50 francs.

(Keystone)

Polémique, vol et problèmes techniques ont retardé l’émission des nouveaux billets de banque suisses. La première des six coupures à être mise en circulation, le billet de 50 francs, a finalement été dévoilée mercredi par la Banque nationale suisse, avec six ans de retard. Retour sur une épopée mouvementée.

Les Suisses ont pu le découvrir mercredi, mais devront attendre mardi 19 avril pour pouvoir le toucher. Le billet de 50 francs est plus petit et plus maniable. Son élément principal: le vent qui évoque la richesse des possibilités. La main et le globe terrestre sont des motifs dominants qui figurent sur chacune des coupures. Il présente la Suisse comme un pays invitant à l’aventure, et son histoire s’apparente à une aventure. 

Alors que le thème initialement choisi pour cette neuvième série de billets de banque était «La Suisse ouverte au monde», les six nouvelles coupures représentent finalement un pays «aux multiples facettes», ont indiqué mercredi les responsables de la Banque nationale suisse (BNS).

Président du directoire de la banque centrale, Thomas Jordan a expliqué que ce changement de cap permettait «non seulement de représenter magnifiquement notre pays, mais aussi de disposer d’une marge de manœuvre nettement plus grande pour la conception de la série.»

Des débuts polémiques

C’est le projet de Manuela Pfrunder qui a été choisi en 2007 puis progressivement développé, même si elle n’était que deuxième du concours lancé en 2005 par la BNS. Le lauréat, le graphiste biennois Manuel Krebs, avait déclenché une polémique en faisant figurer un crâne humain sur le billet de 1000 francs. «Il a fallu décider avec quels projets nous pouvions réaliser cette série au mieux. Gagner le concours n'est pas une garantie», a argumenté Thomas Jordan.

L'équipe de la graphiste lucernoise a illustré pour chaque coupure un aspect jugé typique de la Suisse. Elles sont reliées entre elles par des éléments graphiques récurrents que sont le globe, la main, un lieu en Suisse et un objet figuratif.

La ponctualité suisse bafouée

La nouvelle coupure de 50 francs a finalement six ans de retard. Après la polémique, ce sont des problèmes techniques qui ont retardé le processus. La mise au point technique et les premiers tests de production avaient révélé la complexité des nouveaux éléments de sécurité. La BNS a ainsi reporté une première fois leur lancement à l'automne 2012 pour des ajustements techniques.

Des ennuis supplémentaires étaient survenus dans la phase de production industrielle à l'automne 2011. Invoquant d’abord des problèmes techniques, la BNS avait ensuite aussi admis le vol de quelque 1800 billets de 1000 francs actuels pendant leur phase de production chez Orell Füssli. La société zurichoise, qui imprime les billets de banque suisses depuis 1911, avait dû revoir son système de sécurité. 

Ces complications avaient forcé l'institution à reporter une nouvelle fois la mise en circulation et avaient au passage enfoncé Orell Füssli dans les chiffres rouges, déjà affecté par les retards successifs.

Allier technique et esthétique

La designer Manuela Pfrunder se dit particulièrement satisfaite de l’arrière-plan du nouveau billet de 50 francs, notamment les petites flèches qui montrent la direction du vent. «C’était un défi important d’allier les aspects techniques esthétiques sur un si petit bout de papier, mais c’était aussi captivant», confie-t-elle à swissinfo.ch.

Manuela Pfrunder prend toutefois soin de souligner qu’elle n’est pas la seule personne derrière le billet de banque. Son collègue designer Adrien Heuberger a lui particulièrement apprécié la phase de recherche: «J’ai pu me familiariser avec des aspects scientifiques et culturel que je n’aurais pas appris à connaître autrement.» Son favori? Le billet de 200 francs qui représente la théorie du Big Bang et le collisionneur de hadrons du CERN à Genève.

Et la suite?

La coupure de 20 francs, déjà en cours de production, sera mise en circulation au printemps 2017. Suivront celles de 10, 200, 1000 et 100 francs, à des intervalles de six mois ou d’un an d’ici à fin 2019. La BNS communiquera en temps opportun les dates exactes d’émission.

swissinfo.ch avec les agences et la RTS

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×