Banques Credit Suisse va supprimer plus de 5500 postes


Credit Suisse boucle son second exercice d'affilée dans le rouge vif. Le numéro deux bancaire helvétique essuie une perte nette attribuable aux actionnaires de 2,44 milliards de francs au terme de l'exercice 2016, plombé par une amende américaine. 

Comme prévu, la sanction infligée par le Département de la justice (DoJ) aux Etats-Unis dans le dossier des crédits hypothécaires pourris (subprimes) s'est traduite par une perte sèche pour Credit Suisse. L'année précédente, la banque aux deux voiles avait déjà subi un débours de 2,94 milliards en raison d'effets uniques. 

Pour rappel, l'accord avec les autorités américaines prévoit une amende totale de 5,24 milliards de francs pour clôturer l'enquête sur le rôle de l'établissement dans la crise des «subprime» - dont 2,48 milliards de pénalité civile. 

«Nous avons ainsi éliminé une source majeure d'incertitude pour notre avenir», déclare le directeur général Tidjane Thiam, cité dans le communiqué. Les douze mois sous revue ont été «difficiles et chargés», mais le Franco-Ivoirien estime avoir progressé dans les objectifs clés. 

Postes à la trappe 

En 2017, c'est plus de 5500 postes qui devraient passer à la trappe. Tidjane Thiam a déploré «cette évolution nécessaire à l'heure actuelle», jugeant «vitale» une base de coûts réduite. Globalement, les effectifs ont diminué de 2% d'un exercice à l'autre, à 47,170 équivalents plein temps. 

Ces licenciements confirment aussi un tournant stratégique de la banque, qui compte mettre la priorité sur la gestion de fortune. 


swissinfo.ch avec la RTS et les agences/kr (Téléjournal du 14 février 2017)

×