Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Classement mondial


Cinq raisons qui font de la Suisse la championne du monde de l’innovation


Par Jo Fahy


Des drones et des robots aux assurances et aux vêtements, les start-ups suisses contribuent à l’excellence du pays dans le domaine de l'innovation. (Keystone)

Des drones et des robots aux assurances et aux vêtements, les start-ups suisses contribuent à l’excellence du pays dans le domaine de l'innovation.

(Keystone)

Pour la sixième année consécutive, l’indice de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) place la Suisse au premier rang des nations du monde les plus innovantes. Cette année, la Suède est deuxième, et le Royaume-Uni troisième.

L’indice prend en compte les institutions, le capital humain et la recherche, l’infrastructure, le perfectionnement des marchés et le perfectionnement des entreprises – un domaine dans lequel la Suisse est particulièrement forte. Le savoir, la technologie, les brevets, les marques déposées ou les exportations créatives, comme les films, sont aussi pris en compte dans les classements.

Alors, qu’est-ce qui fait la force de la Suisse?

1. Une nation d’inventeurs

Elle est particulièrement bien notée dans la catégorie «résultats en matière de connaissances et de technologie», dont un des indicateurs est le nombre de demandes de brevets, un domaine dans lequel la Suisse est championne d’Europe par rapport à sa population. En 2015, elle en a eu 873 par million d’habitants, contre 419 pour les Pays-Bas et 392 pour la Suède, respectivement deuxième et troisième du classement.

2. Des instituts de recherche de classe mondiale

Les universités suisses sont régulièrement bien notées dans différents classements. En 2016, par exemple, l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich était 19e au niveau mondial, et quatrième en Europe, derrière Oxford, Cambridge et l’Imperial College London, au classement de référence établi par le magazine britannique «Times Higher Education».

3. Les investissements des multinationales

Les entreprises multinationales sont souvent critiquées pour de nombreuses raisons, qu’il s’agisse d’évasion fiscale ou de pratiques irresponsables, mais elles ont également les moyens de pousser la recherche et le développement, par exemple dans le domaine des soins de santé, et elles peuvent jeter des ponts entre monde académique et industrie.

Les géants de la pharma Roche et Novartis sont basés à Bâle et font partie du top 20 des entreprises ayant les plus gros budgets de recherche et développement au monde. Une étude de l’Université de Saint-Gall publiée en janvier a montré que les partenariats entre les multinationales et des petites et moyennes entreprises, des instituts de recherche et d’éducation ou des start-ups favorisaient l’innovation suisse.

Un facteur qui joue aussi dans le classement de la Suisse à l’indice de l’OMPI, ce sont les liens entre recherche universitaire et recherche dans l’industrie.

4. Des projets durables haut de gamme

L’avion solaire Solar Impulse a attiré l’attention du monde entier pendant des mois sur la nécessité de développer des technologies durables. «Le but est de développer un symbole fort capable [… ] de motiver les gens à se remettre en question pour atteindre des buts ambitieux, en particulier dans le domaine des technologies propres et des énergies renouvelables», avait dit son promoteur Bertrand Piccard dès le lancement du projet en 2003.

Solar Impulse survole le pont du Golden Gate à San Francisco, lors de son tour du monde. (EPA/Jean Revillard)

Solar Impulse survole le pont du Golden Gate à San Francisco, lors de son tour du monde.

(EPA/Jean Revillard)

Solar Impulse est unique. Mais il y a aussi d’autres projets plus terre-à-terre axés sur la durabilité. Par exemple dans le domaine de la construction, où de grandes entreprises suisses développent des solutions favorables à l’environnement.

Et malgré l’accroissement de la population, les émissions de CO2 ont encore baissé entre 2000 et 2013. Des immeubles comme celui-ci, dans le canton de Zurich, repoussent les limites de l’efficacité énergétique. Il est présenté comme le premier bloc d’appartements au monde qui soit autosuffisant en énergie, produisant grâce au soleil sa propre chaleur et son propre courant électrique.

5. Des employés hautement qualifiés

Au chapitre de l’emploi hautement qualifié, la Suisse se classe troisième de l’indice. Autant dire que les employés dans ce pays connaissent généralement leur métier. Et nombre d’emplois qualifiés sont occupés par des étrangers, dont l’économie nationale ne pourrait pas se passer, même s’il y a des craintes depuis l’acceptation le 9 février 2014 d’une initiative populaire qui vise à limiter l’immigration.

 

Trouvez-vous que la Suisse mérite sa réputation dans le domaine de l’innovation? Votre avis nous intéresse.


(Adaptation de l’anglais: Marc-André Miserez), swissinfo.ch

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×