Egalité hommes-femmes Plus la fonction est élevée, plus les écarts salariaux sont criants




Les différences salariales entre hommes et femmes varient fortement selon les branches économiques. Les inégalités tendent à s’estomper, mais restent importantes. Ce mardi 8 mars, journée internationale des femmes, est l’occasion de le rappeler.

En Suisse, les femmes gagnent en moyenne 16,5% de moins que leurs collègues masculins, selon les chiffres 2012 de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Les écarts salariaux s’expliquent en partie par des facteurs liés au profil de la personne (âge, formation, années de service), aux caractéristiques du poste occupé au sein de l’entreprise et au domaine d’activité exercé.

Une partie reste cependant inexpliquée. Celle-ci s’élève en moyenne à 40,9% en 2012 contre 37,6% en 2010 et 39,6% en 2008, dans le secteur privé. 

Si l’on considère séparément les branches économiques, on peut noter de grandes différences, comme le montre le graphique suivant.


Cette tendance n’est pas spécifique à la Suisse. Elle a également été observée par l’OCDE. Un rapportexternal link (en anglais) indique qu’«en moyenne dans les pays de l’OCDE, les femmes qui ont les plus hauts salaires gagnent 19,7% de moins que leurs homologues masculins, alors que la différence est de 15,2% pour les salaires médians.»

La Suisse ne fait pas figure de bon élève en matière d’égalité salariale, en comparaison avec ses voisins européens.


Vous pouvez contacter Katy Romy via Twitter @KatyRomyexternal link ou sur Facebookexternal link, et Duc-Quang Nguyen via Twitter @duc_qnexternal link 

×