Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Délocalisations


La protection des animaux pousse les chercheurs suisses en Chine


Par Sophie Iselin, RTS La Première


Après des entreprises, c'est au tour de chercheurs suisses de se tourner vers la Chine. Le pays offre en effet aux scientifiques des conditions défiant toute concurrence en matière d'expérimentation animale.

Face au durcissement de la législation en Suisse, notamment en matière d'expérimentation animale, certains scientifiques n'hésitent pas à faire le voyage pour avancer dans leurs investigations.

Délocaliser la recherche en Chine pour avancer plus vite dans ses applications sur l'être humain: c'est l'étape qu'a franchie Grégoire Courtine, professeur en neurosciences à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Après avoir réussi à faire marcher à nouveau des rats paralysés, grâce à l'implantation d'une électrode sur leur moelle épinière, son équipe est sur le point de tester cette technologie sur l'être humain au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne.

Des dizaines de personnes paralysées se sont portées volontaires pour participer à cette étude, avec le fol espoir de retrouver un jour l'usage de leurs jambes. Mais avant de passer à l'homme, la recherche passe par les singes. Une expérimentation controversée et difficile.

Or, en Suisse, la loi est l'une des plus sévères en matière de protection animale et les animaleries peinent à remplir les conditions légales. De plus, une nouvelle motion de la députée écologiste Maya Graf demande l'interdiction de la recherche sur les singes.

Cette situation législative complique les travaux de l'équipe de Grégoire Courtine. Pour aller plus vite et surtout rester dans la course, les chercheurs ont donc préféré se rendre en Chine.

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×