Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Système de santé


Dans la jungle des primes de l'assurance maladie suisse




Depuis l’introduction de l’assurance maladie de base en 1996, les primes se sont envolées. Le tarif standard a plus que doublé alors que les salaires n'ont augmenté en moyenne que de 25% durant la même période. Les primes de l’assurance obligatoire des soins augmenteront une nouvelle fois en 2017, en moyenne de 4,5%. Illustration graphique de ce qui s'apparente à une véritable "jungle" tarifaire.

Alors que les prestations de l’assurance de base sont identiques partout en Suisse, le graphique ci-dessous illustre les disparités du montant que les Suisses doivent débourser selon le canton et les différents assureurs. 

L’assurance maladie de base est obligatoire pour toute personne résidant en Suisse. Les primes d’assurance sont individuelles et indépendantes du revenu. Elles varient en fonction de la caisse maladie, de la classe d’âge et du lieu de domicile. L’assureur doit accepter toute personne qui veut s’assurer auprès de lui. Les assurés peuvent obtenir des rabais en choisissant par exemple une franchise plus élevée ou une limitation du choix du médecin. Les moins favorisés ont droit à des réductions de primes, subventionnées par l’État et fixées par les cantons.

Ce graphique ne montre qu'une infime partie des tarifs pratiqués. En considérant toutes les différentes franchises, classes d’âge, lieux de domicile et modèles d'assurance, l’Office fédéral de la santé publique répertorie plus de 250'000 tarifs différents pour l'assurance de base pour 2017! Difficile donc pour le citoyen de s'y retrouver.  

Puisque la couverture de l’assurance de base est identique chez tous les assureurs, les Suisses devraient théoriquement choisir celle qui est la moins chère. Or, ce n’est pas le cas. Le nombre d’assurés changeant de caisses maladie chaque année demeure relativement faible (environ 10%).

La Loi fédérale stipule qu’il est interdit de réaliser le moindre bénéfice dans le domaine de l’assurance de base. Les assureurs n’ont donc pas intérêt à offrir des primes trop basses par rapport à la concurrence. La caisse maladie la meilleure marché, Assura, a par exemple enregistré l’arrivée de quelque 300’000 nouveaux affiliés en 2014 et en 2015. Elle a bouclé l’exercice 2015 sur une perte de 258 millions de francs et a été contrainte d’augmenter fortement ses primes en 2016.

Dès lors, les partis de gauche en Suisse dénoncent régulièrement la «pseudo-concurrence» qui règne dans les tarifs pratiqués. Le peuple suisse s’est prononcé à plusieurs reprises dans les urnes pour que l’assurance obligatoire de base soit gérée par des caisses publiques ou une caisse unique. Toutes les initiatives allant dans ce sens ont été balayées, la dernière fois en 2014, lorsque le projet d’instaurer une caisse unique par canton a été refusée par plus de 61% des votants.

×