Transfusions Le sang des homosexuels accepté sous conditions

En Suisse, il était interdit pour les homosexuels hommes de donner leur sang depuis 1988. 

En Suisse, il était interdit pour les homosexuels hommes de donner leur sang depuis 1988. 

(Keystone)

Les hommes homosexuels seront autorisés à donner leur sang dès le 1er juillet 2017. Swissmedics a approuvé la demande en ce sens de Transfusion CRS Suisse. Ils devront toutefois avoir été sexuellement abstinents durant 12 mois. La fin d’une discrimination? 

Swissmedics a accepté de mettre un terme à l’exclusion du don du sang des hommes homosexuels, qui avait été instituée en 1988, en raison du danger de transmission du sida. L’institut thérapeutique accède ainsi à la demande déposée en juillet 2016 par Transfusion CRS SuisseLien externe

La levée de l’interdiction est toutefois assortie de conditions très strictes. Les hommes homosexuels devront avoir été abstinents durant 12 mois. En outre, une surveillance permanente de la nouvelle évaluation des risques est demandée, ainsi qu'une évaluation du risque posé par les personnes échouant aux tests. Enfin, un rapport sur les effets des nouveaux critères d'aptitude au don des homosexuels doit être établi annuellement. 

«Solution provisoire» 

Transfusion CRS Suisse se réjouit de la décision prise par Swissmedics, mais la juge «loin d'être parfaite». Cette solution ne peut qu'être provisoire, estime la société autonome d'utilité publique rattachée à la Croix-Rouge suisse, car elle est de toute évidence inapplicable à de nombreux homosexuels. 

«Dans un deuxième temps, il conviendrait de se fonder sur le comportement personnel effectif et non plus sur l'orientation sexuelle», plaide Rudolf Schwabe, directeur de Transfusion CRS Suisse. A long terme, l'objectif est une évaluation différenciée du comportement à risque pour tous les donneurs de sang. 

Discrimination?

Plusieurs organisations de défense des droits des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) qualifiaient l’exclusion de discrimination. «Le règlement est hypocrite. Sous prétexte de sécurité, on exclut un pan entier de la société», avait notamment confié le co-président de Pink Cross Mehdi Künzle à swissinfo.ch. 

Certains homosexuels, s’estimant discriminés, trouvaient aussi des moyens de contourner l’interdiction, comme nous l’avions raconté dans cet article:

La Suisse suit le modèle français 

La Suisse adopte ainsi le même système que la France, qui avait décidé d’ouvrir le don du sang aux homosexuels à partir du printemps 2016 sous conditions. Plusieurs pays voisins de la Suisse ont déjà renoncé à l’exclusion et décidé d’autoriser les homosexuels à donner leur sang sans restriction, notamment l'Italie, l'Espagne, le Portugal et la Pologne. (carte détaillée ci-dessous) 

(swissinfo.ch)

Manque de sang en Suisse 

La consommation de sang dans les hôpitaux publics de Suisse a diminué de 3% en 2016. La tendance observée ces dernières années se poursuit donc: depuis 2013, la baisse cumulée est d'environ 20%, selon Transfusion CRS Suisse. 

Mais l'épidémie de grippe actuelle, plus virulente et précoce que l'année dernière, entrave l'approvisionnement, particulièrement en sang de rhésus négatif. Bien que les stocks soient remplis, la situation demeure tendue. Transfusion CRS Suisse envisage de lancer prochainement un appel national au don de sang. (source: ats)

×