Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Enquête au pays de l’immigration


Une journaliste française dénonce le racisme «anti-frouzes» des Suisses


Par Samuel Jaberg, Lausanne


 Autres langues: 3  Langues: 3
Marie Maurisse s’attaque dans son livre au mythe de l’eldorado helvétique.  (swissinfo.ch)

Marie Maurisse s’attaque dans son livre au mythe de l’eldorado helvétique. 

(swissinfo.ch)

Dans un livre détonant - «Bienvenue au paradis!» -, Marie Maurisse pose un regard désenchanté sur l’immigration française en Suisse. La correspondante du quotidien «Le Monde» y évoque un racisme latent, banal, presque inconscient à l’encontre des expatriés et des frontaliers. Une enquête dérangeante qui lui vaut aujourd’hui une avalanche de réactions haineuses.

Avec son regard doux et son accent chantant qui dévoile dès les premiers échanges ses origines méridionales, Marie Maurisse nous accueille chaleureusement dans les locaux de la petite agence de presse qu’elle partage avec deux autres journalistes d’investigation sur les hauteurs de Lausanne.

Marie Maurisse est une journaliste indépendante basée à Lausanne. Elle collabore à différents titres de la presse suisse francophone tels que L’Hebdo, Le Temps, Le Matin dimanche ou PME Magazine. Elle est également correspondante du quotidien français Le Monde en Suisse. Son premier livre, «Bienvenue au paradis – enquête sur la vie des Français en Suisse» est sorti le 13 avril aux éditions Stock.  

Cette Toulousaine de 33 ans, qui habite et travaille depuis 2008 en Suisse, vit pourtant une période difficile, comme elle le souligne d’entrée. En cause, des dizaines de messages d’insultes et de haine «blessants» reçus à la suite de la parution de son premier livre, «Bienvenue au paradis», qui montre l’envers du décor de l’expatriation française en Suisse. 

swissinfo.ch: Lorsque vous avez débuté l’écriture de ce livre, vous attendiez-vous à de pareilles réactions?

Marie Maurisse: Je savais que j’abordais un sujet très sensible, mais ces réactions violentes me touchent et m’affectent beaucoup. Malheureusement, cela illustre parfaitement ce que j’écris dans «Bienvenue au paradis»: quand on est un immigré, Français ou d’ailleurs, et que la Suisse nous offre l’opportunité de gagner notre vie, il faudrait se taire. C’est le sens de la plupart des messages haineux que je reçois. Mais je ne comprends pas pourquoi on me refuserait le droit de critiquer certains aspects d’un pays, que par ailleurs - est-il utile de le préciser? -, j’apprécie énormément.

swissinfo.ch: Ce livre aurait-il pu être écrit par un Suisse?

M.M.: Non, je ne crois pas qu’il aurait pu se rendre compte de la souffrance qu’endurent certains expatriés et frontaliers en Suisse. Il est plus facile pour un Français de se livrer à cœur ouvert à un compatriote. Avec un Suisse, on est toujours sur la réserve, par peur de le blesser. Même mes amis suisses se vexent parfois lorsque j’émets des critiques sur leur pays.

swissinfo.ch: Venons-en au cœur du message que vous voulez faire passer. Selon vous, les Français sont aujourd’hui victimes en Suisse d’un racisme qui ne dit pas son nom. N’y allez-vous pas un peu fort?

M.M.: C’est malheureusement la réalité. J’ai rencontré des dizaines de Français, expatriés ou frontaliers, et tous m’ont dit avoir un jour ou l’autre été victimes d’une remarque blessante qui dépasse les simples taquineries entre collègues devant la machine à café. Avec le temps, ils ont appris à prévenir ces situations. Ils se montrent par exemple le plus discret possible au travail et évitent à tout prix d’arriver en retard pour qu’on ne les taxe pas de flemmard ou de râleur, des clichés parmi d’autres qui collent à la peau des Français.

«Forte de son succès, la Suisse a pris la grosse tête. Son complexe d’infériorité s’est transformé en complexe de supériorité. Du haut de leur podium, ses habitants ne se privent pas de se moquer de l’Hexagone et de sa chute grandiloquente»

Extrait de «Bienvenue au paradis»

swissinfo.ch: Vous décrivez les Français comme des victimes. Mais dans les entreprises, on les accuse souvent de pratiquer la cooptation et de faire venir leurs compatriotes dès qu’ils le peuvent.

M.M.: Cette critique me scandalise! Dans toutes les entreprises, il y a une inclinaison naturelle à faire venir les gens que l’on connaît, qui ont fréquenté les mêmes écoles ou qui sont originaires de régions que l’on affectionne. Le piston est universel et je trouve très vicieux d’affirmer que les Français font cela plus que les autres. C’est pour le coup une remarque très raciste. 

swissinfo.ch: Le dernier chapitre de votre livre revient sur le meurtre en 2011 d’un cadre français des Transports publics genevois par un employé suisse. Vous écrivez qu’en prison le meurtrier reçoit des lettres de ses collègues qui le remercient d’avoir «tué un frontalier». Dans une des missives, les frontaliers sont même comparés à des «parasites» qu’il faudrait «trucider». La haine du frontalier peut-elle donc conduire jusqu’au crime?

M.M.: Cette histoire est un cas particulier mais elle démontre que le sentiment anti-français en Suisse peut mener à de telles extrémités. Ce qui m’inquiète, c’est le manque de mobilisation face à ce drame: les médias et les organisations de défense des droits de l’homme sont restés étrangement discrets. Quant à la justice, elle n’a ouvert aucune procédure contre les personnes qui ont écrit des lettres de soutien clairement xénophobes et racistes au meurtrier. Il n’y a en Suisse pas de volonté claire de condamner ce genre de propos.

swissinfo.ch: Comment en est-on arrivé là?

M.M.: C’est un problème politique, qui s’est développé au cours des 10 à 15 dernières années. Il y a tout d’abord eu la libre circulation des personnes, qui a conduit à un fort afflux de travailleurs européens et dont les effets négatifs ont été mal gérés ou sous-estimés par les autorités.

Le ressentiment des Suisses est compréhensible. Dans des domaines tels que le marketing, la communication ou les ressources humaines, les Français entrent en concurrence directe avec les Suisses et même s’il est difficile à prouver, le dumping salarial est souvent bien réel.

En même temps, ces tensions ont été instrumentalisées par les partis populistes d’extrême-droite. L’UDC a banalisé le discours anti-étranger en Suisse, favorisant un terreau général de méfiance. Le Mouvement citoyen genevois (MCG), lui, ajoute une couche supplémentaire avec un discours clairement xénophobe et anti-français.

swissinfo.ch: Qualifier l’UDC de parti populiste d’extrême-droite, comme vous le faites d’ailleurs également dans les articles que vous écrivez pour «Le Monde», vous vaut passablement de critiques. Ne perdez-vous pas en crédibilité avec un tel jugement?

M.M.: Ce n’est pas un jugement de valeur de ma part, mais la définition que vous fera n’importe quel politologue de ce parti. Reste que cela en dit beaucoup sur la Suisse, qui est incapable de se regarder en face et de questionner sérieusement ses extrêmes politiques et le climat qu’elles instaurent dans le pays. Le pire, c’est qu’on me reproche d’écrire cela parce que je suis Française. Il faudrait au contraire se demander pourquoi les journalistes suisses n’osent pas ou plus employer ces termes.

La Suisse abrite la plus importante communauté française de l’étranger, devant celles des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, de Belgique et d’Allemagne. Près de 200'000 Français vivent en Suisse, sans compter les 200'000 frontaliers qui viennent y travailler quotidiennement.  

swissinfo.ch: Revenons-en au livre. «Nous, les Français, nous sommes les Arabes de la Suisse», dit l’un des expatriés que vous avez rencontré. Les Français sont-ils à ce point surpris de se sentir dans la peau de l’étranger lorsqu’ils débarquent en Suisse?

M.M.: Les Français ont toujours beaucoup voyagé, notamment lors de la colonisation, mais ils n’ont jamais connu de grand phénomène d’émigration économique. C’est la première fois qu’ils se retrouvent dans la situation du peuple poussé à partir pour survivre.

Le choc est énorme, d’autant plus qu’ils ne se rendent pas en Chine ou aux Etats-Unis, mais souvent à quelques kilomètres de chez eux. Ici, ils sont contraints de se taire, de faire tout ce qu’on leur demande pour ne pas risquer de perdre leur travail. Cette situation est très douloureuse à vivre, elle modifie complètement le rapport à soi-même, à son pays. Tous les Français que j’ai rencontrés ont dit ressentir la même chose.

swissinfo.ch: La Suisse romande et la France sont pourtant deux régions très proches culturellement et linguistiquement.

M.M.: C’est précisément la grande erreur que commettent les Français lorsqu’ils arrivent en Suisse. Ils pensent que tout sera facile, pas par arrogance comme l’affirment certains Suisses, mais parce qu’ils ont une très grande méconnaissance de ce pays.

Paradoxalement, les Français émigrés à Zurich ou à Bâle vivent souvent mieux leur expérience d’expatriation. En Suisse alémanique, ils sont souvent considérés comme des latins plutôt sympathiques, il n’y a pas tout l’enjeu émotionnel lié aux relations entre voisins proches.

swissinfo.ch: Pour conclure sur une note plus positive, qu’appréciez-vous particulièrement en Suisse?

M.M.: Ici, on fait confiance aux jeunes et on leur donne rapidement des responsabilités. L’envie et la motivation sont davantage valorisées qu’en France, c’est un système qui ressemble beaucoup à celui des Etats-Unis. L’autre chose que j’aime beaucoup chez les Suisses, c’est leur pudeur. Au début, ça m’énervait, aujourd’hui je trouve cela beau. 

swissinfo.ch

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×