Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Frontaliers La Suisse payera leur chômage, et ce sera cher

Les règles pour le chômage des frontaliers devraient changer dans toute l’Europe. En cas de chômage, c’est le pays où ils travaillent qui les prendra en charge, et plus le pays de résidence. Pour la Suisse, avec ses 320'000 frontaliers, la réforme pourrait coûter jusqu’à un milliard de francs par an.

Frontaliers

Frontaliers

Chaque jour, quelque 320'000 frontaliers se déplacent pour travailler en Suisse. Actuellement, s'ils perdent leur emploi, ils sont à la charge de leur pays de résidence.

Avec la nouvelle réglementation que prévoit l'UE en matière d'assurances sociales, le frontalier au chômage dépendrait à l'avenir de l'office de placement et toucherait le chômage suisse.

dossiers Les frontaliers, migrants du quotidien

swissinfo.ch part à la rencontre des personnes qui traversent chaque jour la frontière pour aller travailler dans différentes régions de Suisse. 

Une mesure tout à fait normale, estime le député européen Guillaume Balas (Socialistes & Démocrates): «La Suisse est bien contente de trouver des travailleurs transfrontaliers. Elle ne peut pas employer des personnes puis demander aux autres de payer.»

Des coûts conséquents

Quelque 19'000 frontaliers français étaient au chômage en 2015, selon une étude de l'Unedic. Bien que la Suisse avait versé une compensation de 138 millions de francs, la France avait de son côté déboursé 610 millions de francs.

Si la législation est adoptée, la Suisse devrait assumer l'entier de la charge, ce qui pourrait lui coûter très cher.

«Selon nos informations, cela pourrait coûter des centaines de millions de francs», avance Cornelia Lüthy, sous-directrice du Secrétariat d’Etat aux migrations. D'autres sources articulent même le chiffre d'un milliard de francs.

Concurrence aux travailleurs locaux

Au-delà du coût, la réglementation serait un vrai chamboulement du système, s'inquiète le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia: «Ces personnes vont être aidées en Suisse par des fonctionnaires helvétiques payés par le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) pour retrouver du travail et ainsi concurrencer les travailleurs locaux.»

Les pays membres de l'UE devraient valider jeudi le projet de législation, qui devrait ensuite passer par le Parlement européen.

S'il aboutit, la Suisse n'est en théorie pas obligée de l'adopter, rappelle le Seco. Mais la pression des Européens sera très forte, et ce texte comporte d'autres mesures importantes pour les Suisses qui vivent à l'étranger. Enfin, la libre circulation des personnes pourrait s'en trouver compliquée.

swissinfo.ch/mam/sj avec la RTS (Téléjournal du 21 juin 2018)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.