Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Fête de l’Escalade Genève célèbre sa nuit de la liberté

Près de 800 figurants en costume et une soixantaine de chevaux ont défilé comme chaque année dans les rues de Genève pour clore les trois jours de la Fête de l’Escalade. La manifestation commémore la bataille qui vit la Cité repousser l’assaillant savoyard il y a quatre siècles.

Dans la nuit du 11 au 12 décembre 1602, les mercenaires du très catholique duc Charles-Emmanuel Ier de Savoie tentent de reprendre le bastion protestant de Genève, qui a éjecté son évêque 70 ans plus tôt. C’est compter sans la résistance des bourgeois et des bourgeoises de la cité, qui ne laissent même pas aux assaillants l’occasion d’escalader les murailles d’enceinte. Parmi les actes de résistance héroïques, l’histoire a surtout retenu celui de la mère Royaume, renversant sa marmite de soupe brûlante sur la tête des soldats du duc.

C’est en son honneur que les Genevois brisent, puis mangent chaque année des marmites en chocolat en s’exclamant «Qu'ainsi périssent les ennemis de la République!». Pour cette édition 2016, des milliers de personnes avaient une fois de plus bravé le froid pour voir passer ce que les organisateurs présentent comme le plus grand défilé historique d'Europe.

Un invité d’honneur cette année: le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann, qui avant le cortège s’est plié à la tradition, en brisant une marmite en chocolat en compagnie du conseil municipal de la Ville de Genève.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.