Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Histoire d’une intégration réussie


Immigrés maghrébins en Suisse: faits et chiffres


Par Abdelhafidh Abdeleli


 Autres langues: 3  Langues: 3
Bien moins nombreux qu'en France, pays auquel les lie un passé colonial, les Maghrébins de Suisse sont généralement bien intégrés, bien formés et actifs dans la vie associative. (Diasporastudie Maghreb)

Bien moins nombreux qu'en France, pays auquel les lie un passé colonial, les Maghrébins de Suisse sont généralement bien intégrés, bien formés et actifs dans la vie associative.

(Diasporastudie Maghreb)

Avec environ 18’000 personnes, les Maghrébins forment 1% de la population étrangère de la Suisse. Une étude réalisée pour le compte du Secrétariat d’Etat aux migrations éclaire la réalité de cette population composite, qui selon les termes des auteurs «n’apparaît comme soudée et homogène qu’aux yeux des personnes qui lui sont extérieures».

Menée par le Forum suisse pour l’étude des migrations et de la population de l’Université de Neuchâtel (SFM), cette étude de 150 pages, publiée en 2014, commence par rappeler les caractéristiques communes au Maroc, à l’Algérie et à la Tunisie, les trois pays du Maghreb. La population pratique à 95% un Islam sunnite, de rite malékite, parle l’arabe et le berbère et ces pays ont tous trois connu la domination française.

Autres caractéristiques: les populations maghrébines sont aujourd’hui très jeunes (plus de 25% de moins de 14 ans) et leur première destination d’immigration est l’Europe occidentale. Cette immigration a débuté après la Deuxième Guerre mondiale. Elle s’est encore développée avec la première crise pétrolière des années 70, avant de commencer à diminuer suite à l’établissement des visas d’entrée, exigés par l’Union européenne.

La Suisse, quant à elle, devient une destination pour les populations maghrébines à partir des années 80. Les immigrés sont alors des étudiants ou des opposants politiques aux régimes dictatoriaux de leurs pays, ou encore des personnes à la recherche de meilleures conditions de vie.

Cette immigration relativement facile s’infléchit brusquement dès janvier 1991, lorsque, suite à la dénonciation d’un accord datant de 1963, la Suisse réintroduit l’obligation de visa pour les trois pays du Maghreb. Et l’application de l’accord de Schengen en décembre 2008 n’a pas arrangé les choses.

A la fin de l’année 2010, la Suisse comptait un peu plus de 18’000 personnes originaires du Maghreb (Maroc: 7469, Tunisie: 6418, Algérie: 3822). Résidents permanents, ces immigrés habitent notamment dans les grandes villes et les cantons francophones. Le tableau ci-dessous illustre l’évolution, entre 1981 et 2010, du nombre des résidents permanents maghrébins en Suisse, recensés selon leur pays d’origine.

Evolution de la population résidente permanente maghrébine en Suisse, selon le pays d’origine 1981– 2010 (Office fédéral de la statistique) (swissinfo.ch)

Evolution de la population résidente permanente maghrébine en Suisse, selon le pays d’origine 1981– 2010 (Office fédéral de la statistique)

(swissinfo.ch)

Structure démographique et état civil

S’agissant de la proportion entre les sexes, on remarque que les femmes sont plus nombreuses chez les immigrés originaires du Maroc (10 pour 7 hommes). En revanche, les immigrés d’Algérie et de Tunisie sont plus nombreux que les immigrées (107 hommes pour 100 femmes).

Si on regarde la pyramide des âges, on voit qu’une grande partie des Tunisiens et des Algériens résidant en Suisse ont entre 25 et 39 ans. Les enfants et les personnes âgées sont particulièrement peu nombreux, comme souvent dans les populations immigrées, qui recherchent avant tout un emploi et veulent améliorer leurs conditions de vie.

Quant aux immigrés marocains, 35% ont entre 30 et 39 ans. Parmi eux, on trouve de nombreuses femmes actives sur le marché du travail. On constate par ailleurs que les actifs sont les plus nombreux chez les Marocains, que c’est chez les Algériens qu’on trouve le plus de personnes âgées et chez les Tunisiens le plus de jeunes.

La plupart des ressortissants des trois pays du Maghreb sont mariés (deux tiers pour les Algériens et les Marocains contre 59% pour les Tunisiens). Ce qui signifie que la majorité de ces immigrés vit de façon stable au sein d’une famille. La proportion de célibataires est de 24% chez les Marocains et de 32% chez les Tunisiens.

Plus de la moitié des Marocains, Tunisiens et Algériens établis en Suisse sont mariés à des Suissesses. Et plus de la moitié des femmes marocaines sont mariées à des Suisses, contre un tiers seulement pour les Tunisiennes et les Algériennes. 

Etat civil des étrangers résidents permanents en Suisse selon l’origine, 2009 (Statistique de la population résidente de nationalité étrangère, état au 31.12.2009) (swissinfo.ch)

Etat civil des étrangers résidents permanents en Suisse selon l’origine, 2009 (Statistique de la population résidente de nationalité étrangère, état au 31.12.2009)

(swissinfo.ch)

Les permis de séjour

Il existe en Suisse plusieurs types de permis de séjour pour étrangers. Le permis B autorise un séjour d’une durée limitée, et le C, un établissement de longue durée. Il y a aussi les permis provisoires ou saisonniers: G, L, N et F. La distribution des différents permis dans la population maghrébine montre une progression des personnes passant d’un statut provisoire à un statut permanent depuis 1994. En 2009, 90% des Marocains et des Tunisiens, ainsi que 87% des Algériens en Suisse ont un statut consolidé (permis B ou C).

La migration des Maghrébins a ses motifs: le regroupement familial, la recherche d’un emploi, l’éducation, l’asile politique. En 2002, plus de deux tiers des Marocains présents en Suisse y étaient venus pour rejoindre leur famille. En 2005, ils avaient atteint la proportion de 80%. Quant aux Marocains entrés en Suisse en 2002 pour des raisons d’études et de formation, leur proportion ne dépassait pas 20%.

Concernant la naturalisation, en quelques années, le nombre d’immigrés des trois pays du Maghreb ayant obtenu la nationalité suisse a augmenté. Entre 1992 et 2010, quelque 200 à 280 Tunisiens ont été naturalisés chaque année, alors que ce nombre se situe entre 150 et 200 pour les Algériens. Le tableau ci-dessous illustre le processus de naturalisation entre 1992 et 2010. 

Naturalisation des personnes d’origine maghrébine en Suisse, 1992–2010 (Wanner et Steiner 2012) (swissinfo.ch)

Naturalisation des personnes d’origine maghrébine en Suisse, 1992–2010 (Wanner et Steiner 2012)

(swissinfo.ch)

Répartition géographique

La majorité des immigrés des pays du Maghreb sont installés en Suisse romande. 64% des Algériens, 67% des Marocains et 56% des Tunisiens vivent dans les cantons francophones. Genève et Vaud accueillent plus de la moitié des Marocains et des Algériens. Il n’en va pas de même pour les Tunisiens, dont 30% vivent dans les cantons alémaniques, surtout dans les grandes villes.

Nombre de personnes originaires du Maghreb par canton (SFM) (swissinfo.ch)

Nombre de personnes originaires du Maghreb par canton (SFM)

(swissinfo.ch)

Marché du travail

Le Maghreb n’est pas traditionnellement une région de recrutement de main-d’œuvre pour la Suisse. Néanmoins, la participation des Maghrébins à la vie active en Suisse et leur présence sur le marché du travail atteint un pourcentage relativement élevé (trois quarts des Maghrébins travaillent, contre cinq sixièmes des Suisses).

Enfin, la proportion d’hommes maghrébins actifs sur le marché du travail en Suisse est plus élevée que celle des autres étrangers des pays hors UE / AELE.

Participation au marché du travail des personnes âgées de 18 à 64 ans, selon le sexe et l’origine, 2010 (Relevé structurel 2010) (swissinfo.ch)

Participation au marché du travail des personnes âgées de 18 à 64 ans, selon le sexe et l’origine, 2010 (Relevé structurel 2010)

(swissinfo.ch)

Cet ensemble de données, et les commentaires qui les accompagnent tout au long de l’étude du SFM dressent un tableau qui bouscule les idées reçues sur les immigrés maghrébins. Généralement bien formés et intégrés, actifs dans le monde du travail comme dans la vie sociale, ils ne sont ni excessivement conservateurs, ni fermés aux droits des femmes.


(Traduction de l'arabe: Ghania Adamo), swissinfo.ch

×