Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Hommage à l’engagement humanitaire


Castiglione delle Stiviere et la naissance de la Croix-Rouge


Par Michele Novaga, Castiglione delle Stiviere


 Autres langues: 2  Langues: 2

C’est sur le balcon d’un palais de Castiglione delle Stiviere, d’où il voyait les femmes italiennes secourir les blessés de Solferino, qu’Henry Dunant a décidé de créer la Croix-Rouge. Aujourd’hui, le Musée international permet d’y revivre l’histoire du mouvement. Visite, à l’occasion de la Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, célébrée le 8 mai.

Le Palais Longhi, siège du Musée de la Croix-Rouge. (micr.it)

Le Palais Longhi, siège du Musée de la Croix-Rouge.

(micr.it)

Si la base opérationnelle et administrative de ce qui est aujourd’hui la plus grande organisation humanitaire au monde se trouve à Genève - siège du CICR et de la Fédération internationale -, ses racines et son cœur sont dans un petit coin de la Plaine du Pô, aux confins des provinces de Mantoue, de Brescia et de Vérone.

C’est ici, entre Castiglione delle Stiviere et Solferino, que s’est développée l’idée de la Croix-Rouge. Et aujourd’hui encore, monuments et palais témoignent de l’œuvre fondamentale d’Henry Dunant. A commencer par le Musée international de la Croix-Rouge. 

Un musée unique

Fondé en 1959 et restauré l’an dernier, ce musée raconte la naissance et le développement du mouvement et présente toute une série de documents illustrant l’engagement de ses 98 millions de membres et de volontaires présents dans le monde entier.

C'est Mara Tonini, née et élevée à Vallorbe, dans le canton de Vaud et active depuis des années au musée de Castiglione, qui nous sert de guide.

Nobel de la Paix

Humaniste, entrepreneur et philanthrope, Henry Dunant a reçu le premier Prix Nobel de la Paix, en 1901, pour avoir fondé la Croix-Rouge.

Le CICR a reçu le Nobel de la Paix en 1917 et 1944, au sortir des deux guerres mondiales, puis encore une fois en 1963, conjointement avec la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Dans ces salles, réparties sur trois étages, on trouve diverses sortes de brancards et d’instruments chirurgicaux, utilisés pour aider les blessés lors de la fameuse bataille de Solferino, le 24 juin 1859. C’est à la suite de ce choc terrible entre l’alliance franco-sarde et l’armée autrichienne, dans le cadre des luttes pour l’indépendance de l’Italie, qui fera plus de 100'000 morts et blessés, qu’Henry Dunant lance le projet d’un mouvement international de volontaires.

Le Musée présente ensuite la première édition du livre «Un souvenir de Solferino», que Dunant publia en 1862 à ses propres frais, et une copie des quatre Prix Nobel de la Paix décernés au mouvement et à son fondateur.

Dans les salles du rez-de-chaussée, on peut également voir divers instruments sanitaires employés durant la bataille de Sedan, en 1870. C’est durant cet affrontement franco-prussien que les deux belligérants reconnaissent pour la première fois le rôle de la Croix-Rouge et acceptent de procéder à des échanges de prisonniers. Le Musée présente les civières tirées à main ou par des chevaux, les premières ambulances munies de l’eau courante et raconte la naissance de l’emblème de la Croix-Rouge.

Une large place est également accordée aux conflits contemporains, à travers de nombreuses photographies ou des espaces spécifiques, comme celui consacré aux mines anti personnelles. La particularité de ce lieu, comme l’affirme l’historien Giuseppe Barrile, c’est la manière dont il présente la naissance et le développement d’une idée humanitaire.

Brancards d'autrefois. (micr.it)

Brancards d'autrefois.

(micr.it)

Ce balcon où Dunant a eu l’idée

Visiter Castiglione delle Stiviere, cela veut aussi dire revivre quelques temps forts de la vie d’Henry Dunant, comme sa rencontre avec Napoléon III ou son séjour dans le magnifique Palais Bondoni Pastorio.

«Il est arrivé au Palais à l’aube du 25 juin – raconte la volontaire Giovanna Bondioli Sgarbi en présentant la chambre dans laquelle Dunant a dormi. Il venait de Brescia et voyageait à bord d’une voiture conduite par un cocher du lieu, qui l’a déposé devant la porte des nobles Caroline et Luigia Bondoni Pastorio. A ce moment, le Palais était en train de se remplir de blessés de la bataille de Solferino».

La chambre dans laquelle a dormi Dunant est relativement petite, comparée aux autres dans le Palais. A l’intérieur, on trouve un splendide poêle en faïence et, dans une vitrine, trois éditions de son livre «Un souvenir de Solferino».

Et c’est précisément sur le balcon de cette chambre que Dunant a eu l’idée de la Croix-Rouge. De là, il pouvait en effet voir les dames du village secourir les soldats français et autrichiens, et leur faire des pansements avec ce qu’elles avaient de plus précieux - le trousseau de leur dot -, quitte à risquer la peine de mort pour avoir aidé l’ennemi.

Dans son journal, Dunant note qu’après avoir traversé le champ de bataille, il s’en est revenu «malade de ce spectacle de morts et de blessés». Aujourd’hui, son exemple est suivi par des millions de volontaires du monde entier, qui se donnent sans compter pour aider leur prochain.

«Un exemple plus que jamais valable, parce que sa lutte s’est basée sur l’universalisme, sur le dépassement du concept de nationalité et des préjugés nationalistes», concluent le professeur Giulio Busi et son épouse Silvana Greco, président et vice-présidente de la Fondation du Palais Bondoni Pastorio.

Hommage à la Croix-Rouge

La Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge se tient le 8 mai, jour de la naissance d’Henry Dunant, en l’honneur des 18 millions de volontaires et des 80 millions de membres que compte le mouvement dans le monde entier.

Les autres dates importantes:

- 24 juin 1859, bataille de Solferino.

- 26-29 octobre 1863, Conférence internationale pour les secours à porter aux blessés en temps de guerre de Genève, qui marque la naissance des sociétés nationales de la Croix-Rouge.

- 22 août 1864, jour de clôture de la première Conférence diplomatique de Genève, au cours de laquelle a été signée la première Convention de Genève.

Outre celui de Castiglione delle Stiviere, le mouvement de la Croix-Rouge dispose d’un autre musée important à Genève, qui présente l’aventure humanitaire


(Traduction de l’italien: Marc-André Miserez), swissinfo.ch

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×