Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus de 160 foyers sont encore actifs en Colombie-Britannique (archives).

KEYSTONE/EPA CANADIAN ARMED FORCES/MCPL BRANDON O'CONNELL, 3 CDN

(sda-ats)

Les incendies, qui ravagent le centre de la province de Colombie-Britannique dans l'Ouest canadien, ont provoqué de nouvelles évacuations ce week-end. Au total, quelque 37'000 personnes ont dû fuir leur domicile depuis le début de la crise, il y a plus d'une semaine.

La progression des flammes, attisées par de forts vents, a contraint les autorités à prendre de nouvelles mesures d'évacuation, dont la principale concerne la ville de Williams Lake, qui compte environ 11'000 habitants.

Les ordres d'évacuation, annoncés samedi soir, concernent 24'000 personnes dans la région, selon la chaîne publique CBC. Les évacués se sont rendus en majorité dans la ville de Kamloops, au sud de Williams Lake, qui commençait à peiner à les accueillir.

162 foyers encore actifs

Le ministre des transports de la province Todd Stone a estimé dimanche à entre 36'000 et 37'000 le nombre de personnes ayant dû quitter leur domicile, depuis que la province a décrété l'état d'urgence, le 7 juillet, en raison des nombreux incendies qui se sont déclarés à cause de la chaleur et du temps sec.

Selon les indications données par les autorités locales, 162 foyers étaient encore actifs dimanche, dont une quinzaine menacent des communautés. Quelque 3000 pompiers, dont 415 viennent d'autres provinces, étaient engagés dans la lutte contre le feu.

Un hélicoptère s'est écrasé samedi en combattant le feu. Le pilote qui était seul à bord, a été blessé et hospitalisé.

ATS