Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Israël se retire de Gaza. Et ensuite ?

(Keystone)

Alors que la diplomatie reprend ses droits au Proche-Orient, Pascal de Crousaz, spécialiste du conflit israélo-palestinien, évalue les retombées de l'offensive israélienne à Gaza et les perspectives de paix pour la région.

Mercredi, l'armée israélienne a achevé son retrait de la Bande de Gaza, au quatrième jour d'un cessez-le- feu proclamé séparément par Israël et par le Hamas.

De nombreuses organisations humanitaires ont demandé l'ouverture permanente de tous les points de passage avec Gaza afin d'acheminer rapidement leur aide.

«La situation est comparable à celle qui suit un tremblement de terre», a déclaré un porte-parole de l'UNRWA, l'Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens.

De retour de la région, le Genevois Pascal de Crousaz tire un premier bilan de l'offensive israélienne sur Gaza et ses conséquences pour les Palestiniens et les Israéliens.

swissinfo: L'offensive israélienne sur Gaza a-t-elle atteint ses objectifs ?

Pascal de Crousaz: Le gouvernement israélien a maintenu un certain flou sur ses objectifs, afin de ne pas répéter les erreurs de son offensive au Liban en 2006.

Pour son offensive sur Gaza, l'Etat hébreu a parlé d'affaiblir significativement le Hamas, de restaurer la capacité de dissuasion de Tsahal et d'entraver la contrebande d'arme à destination de Gaza qui a supporté la majorité des pertes.

Pour évaluer pleinement la réalisation de ces objectifs, il faut attendre la mise en place de l'arrangement censé régir la situation politique et militaire dans la région ces prochains mois, qui est le sujet des négociations en cours avec la médiation de l'Egypte et de l'Union européenne.

Ce qu'on peut déjà dire, c'est que le Hamas a subi des coups importants, tout comme, malheureusement, la population de Gaza. La grande erreur du Hamas dans cette affaire est d'avoir voulu – avec ses tirs de roquettes et la non-reconduction de la trêve avec Israël – obtenir l'allégement du blocus de la Bande de Gaza, en faisant pression sur les dirigeants israéliens à la veille d'échéances électorales.

Le mouvement islamiste a complètement sous-estimé la réaction israélienne. Vu l'ampleur des destructions des infrastructures et des bâtiments gouvernementaux, le Hamas va avoir encore plus de difficultés à exercer le pouvoir dans la Bande de Gaza.

De son coté, l'Autorité palestinienne se retrouve, elle aussi, affaiblie, elle qui a mené en Cisjordanie une répression extrêmement sévère contre les manifestations de soutien en faveur du Hamas et qui a collaboré avec les services de sécurité israéliens pour arrêter ces dernières semaines des dizaines de sympathisants du Hamas.

swissinfo: En Israël, l'union sacrée est-elle toujours de mise et les acteurs de cette offensive sont-ils en meilleure posture pour les prochaines élections ?

P de C.: Tant le ministre de la Défense Ehud Barak que la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni ont vu les intentions de vote en leur faveur remonter considérablement dans les sondages. Mais leur adversaire du Likoud Benjamin Netanyahu peut aussi tirer parti de cette opération militaire en pointant par exemple le sort du soldat Gilad Shalit, toujours aux mains du Hamas.

swissinfo: Sur le front de la diplomatie, quelles sont les pistes qui se dessinent ?

P de C.: Pour l'heure, il s'agit de consolider le fragile cessez-le-feu et d'obtenir une trêve durable. Pour ce faire, la diplomatie vise deux objectifs: empêcher les tirs de roquettes sur Israël en bloquant la contrebande d'armes à destination de Gaza et rouvrir la Bande de Gaza au monde.

L'idée est de mettre en place un mécanisme permettant d'ouvrir la frontière entre l'Egypte et la Bande de Gaza aux personnes et aux marchandises, mais pas à la contrebande d'armes. L'Autorité palestinienne assurerait le contrôle de la frontière coté palestinien. Elle serait secondée par des observateurs de l'UE et des caméras israéliennes. Plusieurs options sont actuellement en discussion pour renforcer ce mécanisme et empêcher l'acheminement d'armes vers Gaza.

Encore faut-il que le Hamas accepte la présence d'observateurs internationaux et le retour de l'Autorité palestinienne dans la Bande de Gaza. La résolution 1860 adoptée par le Conseil de sécurité il y a deux semaines encourage justement la réconciliation entre les frères ennemis palestiniens, de manière à réintégrer le Hamas dans l'Autorité palestinienne.

Pour le Hamas, ce serait une victoire, puisqu'il pourrait revendiquer la réouverture de la Bande de Gaza et sa réintégration au sein de l'Autorité palestinienne. Une perspective qui l'obligerait toutefois à modérer ses positions.

Si ce plan se concrétise, la relance d'une dynamique en vue du règlement du conflit israélo-palestinien redevient imaginable.

swissinfo: L'arrivée de Barack Obama change-t-elle la donne ?

P de C.: Après être resté longtemps discret sur la question, le nouveau président américain a déclaré ces derniers jours que la reprise des négociations et la résolution du conflit israélo-arabe était une priorité et qu'il s'y emploierait dès le début de son mandat. Rappelons que le mari de sa Secrétaire d'Etat (Hillary Clinton) a jadis formulé une des meilleures séries de propositions pour enfin trouver une solution au conflit.

Interview swissinfo, Frédéric Burnand à Genève

Ban Ki-moon veut la vérité

ONU. En visite mardi à Gaza, où il a inspecté un des entrepôts de l'UNRWA touché par un bombardement israélien le 15 janvier, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a déclaré que les personnes responsables des bombardements devront «rendre des comptes devant des instances judiciaires».

Scandaleux. Le secrétaire général de l'ONU a qualifié ces bombardements d'«attaques scandaleuses et totalement inacceptables».

Investigation. «Il doit y avoir une enquête approfondie, une explication complète pour s'assurer que cela ne se reproduira plus jamais», a ajouté Ban Ki-moon.

Fin de l'infobox
(swissinfo.ch)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.