Navigation

Sauter la navigation

Sous sites

Fonctionnalités principales

Katie Melua… être libre

Plusieurs concerts de katie Melua sont prévus en Suisse cette année.

Plusieurs concerts de katie Melua sont prévus en Suisse cette année.

Avec un nouvel album dans ses valises, le beau et surprenant «The House», qui sortira à fin mai, la chanteuse Katie Melua s’apprête à faire plusieurs incursions en territoire helvétique - Montreux, Genève, Zurich. Entretien.

«I’d love to kill you with a kiss», murmure-t-elle en ouverture de son nouvel album, sur une ballade douce et moite qui, musicalement, ne déparerait pas ses albums précédents.

Mais après ce premier frisson, ce sont d’autres surprises qui interviennent… Etonnant et puissant «The Flood», «A Moment of Madness» tendance cabaret, «God On The Drums, Devil On The Bass» plutôt ‘dance’.

Katie Melua, la petite Géorgienne poussée en Grande-Bretagne, s’apprête à devenir encore un peu plus star planétaire avec un album où, en flirtant avec l’électro-pop, elle parvient à se renouveler, sans trahir l’intimisme de sa musique pour autant.

Katie Melua devait venir en Suisse cette semaine pour évoquer «The House». Mais Eyjafjöll - les volcans manquent terriblement de sensibilité - ne l’a pas entendu ainsi. Et c’est donc par téléphone que l’entretien a finalement eu lieu.

swissinfo.ch: A l’âge de 13 ans, Katie, vous souhaitiez paraît-il devenir politicienne… Si vous l’étiez aujourd’hui, essaieriez-vous d’interdire les volcans?

K.M.: (Rires) Par chance, je ne suis pas devenue politicienne! Par contre, je volerais volontiers jusqu’au volcan pour le voir de mes propres yeux. J’ai vu des images absolument incroyables. C’est magnifique!

swissinfo.ch: Votre nouvel album, «The House» paraîtra à fin mai. Comment vivez-vous cette assez longue période de promotion?

K.M.: Il y a un certain temps que je n’ai pas fait cela, parce que j’ai pris une année sabbatique, alors ça va. Mais c’est vrai qu’il m’est arrivé de trouver ça frustrant, plutôt répétitif. Parce que durant six ans non-stop, j’ai alterné la production d’un album pendant six mois, puis six mois de promotion, puis six mois de tournée… Alors je m’en suis lassée. Mais après une année de break, je me sens pleine d’énergie, passionnée à l’idée de parler de cet album. Je suis de nouveau prête!

swissinfo.ch: A propos de promotion… vous participerez le 8 mai à la soirée de l’élection de «Mister Suisse». Une sorte de prolongation du clip de «The Flood», où vous êtes entourée de mâles à moitié nus?

K.M.: Oui, c’est marrant, non? Cette vidéo, à la base, c’est exactement ça! Je vais essayer de leur faire travailler la chorégraphie du clip!

swissinfo.ch: ‘See the rock that you hold onto, is it gonna save you when the earth begins to crumble?’, dites-vous dans cette chanson, soit ‘Regarde le rocher auquel tu t’accroches, va-t-il te sauver quand la Terre commencera à s’écrouler’. Une phrase qui correspond à votre état d’esprit actuel?

K.M.: C’est une chanson pleine de métaphores. Le principal message de la chanson, qui s’adresse à moi-même, est d’être libre, de se vaincre soi-même. Ce n’est pas une chanson sur les désastres naturels - comme un volcan!

swissinfo.ch: Egalement une métaphore de votre démarche musicale? Il y a deux ans, vous m’aviez dit que vous vous apprêtiez à travailler désormais seule, sans votre producteur Mike Batt. C’est aujourd’hui chose faite. Vous avez le sentiment d’avoir traversé une sorte de carrefour?

K.M.: Oui, même si je crois qu’il y a des carrefours chaque jour. En réalité, on fait ce qu’on fait. J’essaie de penser le moins possible en matière de musique, mais de ressentir les choses. Ce qui m’a amené là, et je m’y sens bien.

Je crois qu’il faut parfois se donner des challenges. Franchir des montagnes! On ne peut pas se contenter de rester bien à l’abri. La musique ne relève pas de la sécurité, mais de l’exploration, de l’aventure… J’ai l’impression de vivre une aventure musicale, et ça me plaît.

swissinfo.ch: Pour cet album, vous avez travaillé avec des gens renommés, de William Orbit qui a produit Madonna à Guy Chambers, collaborateur de Robbie Williams. N’y avait-il pas le risque de perdre un peu de votre identité?

K.M.: Cela ne m’a pas vraiment inquiétée. Parce que j’ai travaillé avec vraiment beaucoup de gens l’année passée. Et c’est peut-être dans ces gens-là que je me suis le plus retrouvée. Ce sont des questions d’atomes crochus.

En fait, William Orbit est monté à bord assez tardivement, alors que la plupart des chansons étaient finies, le corps de l’album était là. Une autre raison pour laquelle je n’ai pas craint que William m’embarque dans un album de ‘dance music’, c’est que les chansons qui l’ont le plus inspiré, c’était les chansons acoustiques, les chansons plutôt ‘sérieuses’, pas les plus rythmées. Venant de quelqu’un plutôt axé sur les musiques électroniques, c’était un bon signe.

swissinfo.ch: Honnêtement, quand on aborde un disque comme celui-là, il y a une vraie part de stratégie commerciale, non?

K.M.: Oui, mais pas pour moi. Cela relève des gens qui m’entourent, ceux qui s’occupent de marketing, qui échafaudent des stratégies etc. etc. Moi, je dois me concentrer sur ma musique. Si je commence à penser au public, au risque de le perdre, cela va me bloquer. Cela me paraît très difficile de créer si je pense à quoi que ce soit d’autre qu’à la musique et à moi!

swissinfo.ch: Vous signez ou cosignez 11 chansons sur 12 de cet album. Mais il semble qu’auparavant, vous avez écrit toute une série de textes que vous avez jetés.

K.M.: Oui, parce que cela relevait plus de poèmes que de chansons. J’ai essayé de les mettre en musique, mais ça ne fonctionnait pas, c’était trop long, trop touffu. C’est allé beaucoup mieux en collaborant avec d’autres personnes, en particulier Guy, qui a une écriture très simple, très naturelle. Si vous essayez d’être un bon auteur, il faut être capable de jeter, de renoncer à certaines choses.

swissinfo.ch: Sur «The House» figure une reprise: «The One I Love Is Gone», qui n’a pas été écrite par un jeune auteur techno-pop, mais par le vénérable Bill Monroe, considéré comme le fondateur du bluegrass. Pourquoi ce choix?

K.M.: Au départ, je ne pensais pas placer de reprise sur cet album. Mais un ami m’a donné un CD avec de vieilles chansons blues et folk, et j’ai repris cette chanson sur scène. Je n’avais jamais eu de chanson qui avait un goût pareil dans ma bouche! C’est bizarre de le dire comme ça, mais vraiment, elle avait un goût, chaque son, chaque syllabe m’allait comme un gant. Et finalement, je ne pouvais même pas m’imaginer ne pas la mettre sur ce disque!

swissinfo.ch: Vous allez vous lancer dans une grande tournée européenne qui fera plusieurs escales en Suisse. Comment ce nouvel album va-t-il influencer votre show?

K.M: Il l’influencera, c’est sûr, même si j’ai envie de continuer à chanter les anciennes chansons. Le groupe sera celui de l’album: c’est d’ailleurs la première fois que j’ai enregistré un disque avec mon groupe de scène.

swissinfo.ch: Vous vendez beaucoup de disques en Suisse, vous y avez déjà joué souvent. Vous y avez des souvenirs?

K.M.: Non, je ne parlerai pas des montres, du chocolat et des banques! Mais sachez que le plus joli meuble de ma maison de poupées - vous savez, une de ces anciennes maisons de poupées victoriennes - vient de Suisse. Vous faites des meubles de maison de poupées adorables!

swissinfo.ch: Et vous jouez souvent avec votre maison de poupée, Katie?

K.M.: J’essaie de jouer davantage… mais je manque de temps!

Bernard Léchot, swissinfo.ch

«The House»

Sortie le 21 mai en Suisse.

Album produit par William Orbit (qui a notamment produit ‘Pop Satori’ d’Etienne Daho ou de ‘Ray of Light’ de Madonna) .

Mike Batt, ‘découvreur’ et ex-producteur de Katie Melua, cosigne un titre et a réalisé les arrangements orchestraux de l’album.

Label : Dramatico

Katie Melua

Géorgie. Katie Melua est née en Géorgie (ex-URSS) en 1984.

Irlande, Angleterre. Fille de médecin, contraint à se déplacer souvent, elle est passée par Moscou, Batoumi (Géorgie), Belfast dès l'âge de 9 ans, puis Londres. Elle obtiendra la nationalité britannique en 2005.

Mike Batt. Pendant ses dernières années de scolarité, elle suit les cours du Brit School for the Performing Arts. C'est là que le compositeur et musicien Mike Batt («Lady of the Dawn», «The Ride to Agadir») la remarque.

Trois albums. Il la signe sur son label «Dramatico». Trois albums vont naître de cette collaboration: «Call of the search» (2003), «Piece by Piece» (2005) qui connaît un succès mondial notamment grâce à la chanson «Nine Millions Bicycles», et «Pictures» (2007).

Fin d’étape. Pour boucler cette trilogie, Katie Melua a publié une compilation «The Katie Melua Collection» (2008) et un album en public «Live at the O2 Arena» (2009).

Anecdote. Le 2 octobre 2006, Katie Melua est entrée dans le Livre Guinness des records après avoir donné le concert le plus profond sous le niveau de la mer (à -303 mètres), sur une plate-forme pétrolière dans la mer du Nord! Un DVD retrace l'histoire de ce concert: «Concert Under The Sea: The Documentary Film»!

En Suisse

Double platine. En Suisse, Katie Melua a vendu plus de 70.000 exemplaires de son dernier album, «Pictures».

Mister Suisse. Katie Melua participera à la soirée Mister Suisse, le 8 mai, à l’Arena de Genève.

Tournée. Début juillet commence pour Katie Melua une longue tournée européenne qui la fera passer en 2010 notamment par le Danemark, la Norvège, le Luxembourg, l’Espagne, le Portugal, la France (8 dates), l’Allemagne, l’Autriche, la Pologne, les Pays-Bas, la Belgique, la Grande-Bretagne.

En Suisse, elle sera notamment en concert:

- au Montreux Jazz Festival (17.07.2010)

- à l’Arena de Genève (10.11.2010)

- au Hallenstadion de Zurich (11.11.2010)


Liens

×