Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'horreur aux Tuileries

Le 10 août 1792 est une date-clé pour l'édification de la République française... et un cauchemar dans l'histoire des Suisses au Service de la France.

Retour sur cette journée historique, qui s'est déroulée dans un lieu que certains, aujourd'hui, rêvent de ressusciter.

«Jamais, depuis, aucun de mes champs de bataille ne me donna l'idée d'autant de cadavres que m'en présentèrent les masses de Suisses [...]»

C'est un expert en boucheries humaines qui s'exprime là, puisqu'il s'agit de Napoléon, qui se souvient, sur le tard, de cette fameuse journée du 10 août à laquelle il assista, alors jeune capitaine, en spectateur.

«Qu'un sang impur abreuve nos sillons»

1792. Cet été-là est orageux. Depuis avril, la France est en guerre contre l'Autriche. Elle le sera bientôt contre la Prusse. Paris est électrique. Pression extérieure, échauffement intérieur, avec un roi qui refuse les décrets de l'Assemblée législative. Le 20 juin déjà, la foule a envahi les Tuileries, coiffant Louis XVI d'un bonnet phrygien qui le fera passer pour un pitre...

Le 1er août, on apprend à Paris que le duc de Brunswick, commandant des troupes ennemies, menace la ville de destruction s'il devait être fait le moindre outrage à la famille royale. L'insurrection monte. Et est amplifiée encore par les «fédérés», volontaires de l'armée française, qui arrivent des provinces.

Ainsi les Marseillais, révolutionnaires exaltés, entrent-ils à Paris en entonnant un chant sanguinaire, le «Chant de guerre de l'armée du Rhin». Le 10 août aura la couleur de ce brûlot écrit par Rouget de Lisle et qui deviendra plus tard «La Marseillaise».

Le tocsin sonne dans la nuit du 9 au 10 août, au matin duquel se constitue la «Commune insurrectionnelle de Paris». Louis XVI et sa famille sont aux Tuileries, entourés par leurs Gardes Suisses, un certain nombre de gentilshommes et des gardes nationaux, ceux qui ne sont pas encore passés du côté de la Révolution. Les Gardes-Françaises ont quant à eux quitté le bateau depuis belle lurette.

Ce jour-là, le peuple va envahir les Tuileries... alors que le roi a quitté les lieux dès 8h30 du matin pour se réfugier auprès de l'Assemblée.

Carnage

Le premier assaut est donné à 9h30. Les combats dureront jusqu'à 16h30. Entretemps, Louis XVI aura fait transmettre l'ordre aux Suisses de déposer les armes et de retourner dans leurs casernes. Au vu du climat paroxystique qui règne ce jour-là aux Tuileries, c'est de fait une véritable condamnation à mort.

Les Suisses, appelés depuis des décennies à assurer principalement des tâches de police, détestés par les Gardes-Françaises qui sont passés du côté de la Révolution, ancrés dans leur fidélité à un monarque accusé de pactiser avec l'ennemi extérieur, sont à ce moment-là haïs par la population.

Le carnage sera à l'échelle de cette haine. Des soldats sont égorgés, d'autres littéralement découpés en morceaux... Bonaparte notera que «des femmes bien mises se portent aux dernières indécences sur les cadavres des Suisses».

Combien d'entre eux mourront-ils ce jour-là? Les chiffres fluctuent selon les ouvrages: 760, 630... L'historien franco-suisse Jacques Czouz-Tornare revoit ces chiffres à la baisse en parlant quant à lui de moins de 400 victimes, plus 70 environ lors des exécutions qui suivront en septembre.

Quoi qu'il en soit, devant le succès des insurgés, l'Assemblée prononce la suspension du roi. Le 10 août 1792 met brutalement fin à treize siècles de monarchie en France.

Parfums d'émotion

Mais le massacre des Gardes Suisses reste présent dans certaines mémoires. «Ils ont quitté leurs casernes, celle de Rueil en particulier, pour aller défendre le roi. Et ils savaient que ce n'était pas pour une partie de plaisir: ils avaient enterré leurs drapeaux dans la cour de la caserne», raconte Liliane Kalenitchenko, conservatrice du Musée de Rueil-Malmaison, qui inclut le Musée Franco-Suisse.

Avant d'ajouter: «Leur drapeau portait la mention 'Honneur et fidélité'. C'est d'ailleurs ce qui leur a été reconnu par tout le monde. Une fois qu'ils avaient prêté serment, c'était 'à la vie, à la mort', ils l'ont prouvé le 10 août 1792».

Pour l'historien Pascal Payen-Appenzeller, la création du musée de Rueil est une petite revanche. «Si nous avons été massacrés aux Tuileries, c'est parce que nous avions remplacé les Gardes-Françaises, qui avaient décampé. Jamais nous n'aurions dû être là».

Point de vue discutable, puisque les Gardes Suisses étaient eux aussi les gardes des châteaux du roi. A noter que l'enthousiaste historien, pour évoquer les Gardes Suisses, dit «nous» ou «on» comme les supporters de foot lorsqu'ils parlent de leur équipe nationale !

Controverse et reconstruction

En novembre 2005, le ministre suisse de la défense Samuel Schmid, alors président de la Confédération, profita d'un voyage officiel à Paris pour se rendre au Musée de l'armée, Hôtel des Invalides, et y dévoiler une plaque à la mémoire des Gardes Suisses.

Une plaque originellement destinée à être apposée dans la Chapelle expiatoire de Louis XVI, là où se trouve le charnier des soldats suisses tués le 10 août 1792. Mais le ministère français de la culture refusa cette demande, formulée à l'origine par une association suisse baptisée «Fondation 1792».

Alors que les autorités fédérales passeront délicatement sur l'affaire, d'aucuns parleront de «camouflet» à l'encontre de la Suisse. Une pétition circule d'ailleurs pour que la France revienne sur sa décision...

Mais peut-être un jour cette plaque trouvera-t-elle une place encore plus légitime que la Chapelle expiatoire. Car depuis 2002, faisant suite à de nombreuses autres initiatives, existe un «Comité national pour la reconstruction des Tuileries». Y siègent notamment l'ancien politicien Philippe Seguin, l'écrivain Maurice Druon ou l'historien Jean Tulard.

Et Edouard Secrétan, d'origine suisse. «La première chose qu'il a demandée, en cas de reconstruction des Tuileries, c'est que la plaque soit placée au pied de l'escalier des Tuileries», souligne Liliane Kalenitchenko... elle aussi fervente partisane de la reconstruction du palais.

swissinfo, Bernard Léchot à Paris

Les Tuileries

La construction du palais des Tuileries a commencé en 1564 sous l'impulsion de Catherine de Médicis, sur un emplacement occupé auparavant par des fabriques de tuiles.

C'est Henri IV qui décida de relier le palais du Louvre et celui des Tuileries en créant deux galeries, une par le sud et une au nord. Un projet baptisé «Grand Dessein».

Louis XVI dut quitter Versailles pour s'installer aux Tuileries avec sa famille en octobre 1789. Ils y demeurèrent jusqu'au 10 août 1792, date de la chute de la Monarchie.

Les Tuileries deviendront la résidence impériale de Napoléon 1er comme de Napoléon III.

Les Tuileries seront incendiées par les Communards en 1871, et leurs ruines rasées en 1882.

Fin de l'infobox

Le Lion de Lucerne

A Lucerne, en Suisse alémanique, un monument a été élevé en 1821 en souvenir de ces Gardes Suisses morts aux Tuileries.

Encastré dans la roche, un lion couché, blessé à mort, aux traits marqués par la douleur. Au creux d'une de ses pattes il serre une fleur de lys, symbole de la monarchie française.

Le «morceau de pierre le plus triste et le plus émouvant du monde», a écrit l'écrivain britannique Mark Twain.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.