Toute l'actu en bref

La connectivité à Internet n'augmente pas assez rapidement dans certaines régions selon l'UIT (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

La moitié de la population mondiale pourrait être connectée dès 2017, un an avant l'objectif fixé. La Suisse est elle toujours 2e en termes d'accès à la large bande fixe, a indiqué l'UIT jeudi à Genève.

Fin 2016, 3,9 milliards de personnes n'auront toujours pas d'accès à Internet, soit 53% de la population mondiale. Mais le seuil sous les 50% pourrait être franchi dès 2017, "plus tôt que prévu auparavant",a précisé devant la presse une conseillère politique de l'Union internationale des télécommunications (UIT), Phillippa Biggs.

Dans les 48 pays les moins avancés (PMA) toutefois, plus de 85% des habitants ne sont jamais en ligne, relève l'organisation dans son rapport "La situation du large bande". Mais un taux inférieur à 85% devrait être atteint d'ici fin 2016.

L'objectif de l'organisation est de connecter 1,2 milliard de personnes supplémentaires dans les quatre prochaines années pour atteindre 60% de la population mondiale. Mais si la situation actuelle se maintient, il ne sera pas honoré avant 2021.

Pour atteindre l'objectif, il faut connecter les populations plus urbaines, plus pauvres, moins éduquées ou encore davantage de femmes, dit Mme Biggs. Il faudra décider si l'effort doit porter sur des pays comme très peuplés comme la Chine ou l'Inde ou sur ceux "qui sont le plus dans le besoin".

Islandais les plus nombreux

Trois quarts de la population sans connexion se trouve dans 20 pays. L'Inde, la Chine et l'Indonésie rassemblement même 46% de ces personnes. Les Etats-Unis figurent eux au 15e rang.

Mais les mêmes se retrouvent parmi les pays à la population la plus nombreuse sur Internet. L'Inde devance désormais les Etats-Unis et se place avec près de 280 millions d'utilisateurs seulement derrière la Chine.

Parmi les avancées, plus de 90 pays peuvent désormais revendiquer plus de la moitié de leur population en ligne, contre 79 en 2015. Parmi les dix meilleurs, le Bahreïn, 7e, et le Japon, 9e, sont les seuls non européens.

Les Islandais, dont plus de 98% utilisent Internet, arrivent en tête. Plusieurs pays en Afrique subsaharienne sont en revanche en-dessous des 3%, dont l'Erythrée qui dépasse à peine 1%. Le nombre d'hommes qui utilisent Internet par rapport aux femmes augmente. Ils sont plus de 250 millions plus nombreux.

Connectivité en Corée

La Corée du Sud reste toutefois le pays où le taux de pénétration est le plus important, avec 98,8% de ménages connectés. Elle devance le Qatar et les Emirats arabes unis. Au total, plus de 50% des ménages dans le monde ont accès au large bande.

La Suisse reste bien dotée pour la large bande fixe. Elle était elle la seule en 2012 à atteindre un taux de pénétration de plus de 40 abonnés pour 100 habitants. Désormais, cinq autres pays l'ont rejointe et elle reste deuxième comme en 2015, avec 45% contre 47% pour Monaco.

En termes de téléphonie mobile, un peu moins de 5 milliards d'abonnés uniques étaient totalisés en 2015. Ils devraient être 5,6 milliards d'ici quatre ans et dépasseront alors le nombre de personnes qui disposent d'électricité chez elles (5,3 milliards). Ou celles qui ont un compte en banque, 4,5 milliards, ou un accès à l'eau courante, 3,5 milliards. Les nouveaux abonnés devraient venir à 93% de pays en développement.

Extension pour la 4G

Fin 2016, l'UIT prévoit plus de 3,5 milliards d'abonnements à des téléphones mobiles à large bande. Dans les pays en développement, le manque d'infrastructures fixes les rend indispensables.

Le marché des smartphones a pénétré 90% des cibles potentielles en Amérique du Nord et en Europe, régions où il est saturé. La marge de croissance est aussi limitée en Asie-Pacifique qui totalise près de la moitié des abonnements mobiles actifs au large bande.

L'augmentation des abonnés va venir dans les prochaines années d'Inde et d'Indonésie. La première a déjà dépassé là aussi les Etats-Unis avec plus de 260 millions de smartphones. Au total, plus de 160 pays disposent désormais de réseaux mobiles à haute vitesse 4G.

Parmi les objectifs affichés en 2011, le nombre de pays qui disposent d'un plan national du large bande est passé de 102 en 2010 à plus de 150. La majorité des Etats, mais seuls cinq PMA, ont réussi à proposer un accès fixe pour moins de 5% du revenu national brut mensuel.

sda-ats

 Toute l'actu en bref