Toute l'actu en bref

La récolte et les prix du bois ont chuté en 2015 (archives).

KEYSTONE/MARCEL BIERI

(sda-ats)

La récolte de bois a chuté de 7% en Suisse en 2015. Les forêts privées sont les plus touchées. Les prix ont également dégringolé. En cause, le franc fort et l'abandon du taux plancher par la BNS.

Au total, ce sont 4,6 millions de mètres cubes qui ont été récoltés, soit quelque 350'000 m3 en moins, écrivent mardi l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) et l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans leur statistique forestière annuelle. Ce coup d'arrêt fait suite à deux années de progression des récoltes.

Les grumes, le premier assortiment en termes de volume et de recettes, ont été les plus affectés par la baisse: 2'313'000 m3, soit 10% de moins. Le bois d'industrie (-7%) et le bois-énergie (-4%) ont également été touchés. Les scieries s'en sortent à peine mieux, avec une diminution de 2,5% de leur production.

Le bois des forêts suisses a en premier lieu été commercialisé dans le pays, précisent les offices. Les exportations de bois brut ont nettement régressé.

Forêts privées plus touchées

Suite à l'abandon du taux plancher entre franc et euro par la Banque nationale suisse (BNS) en janvier 2015, la réaction à la nouvelle situation sur le marché du bois a été particulièrement forte dans les forêts privées, selon la statistique. La récolte y a chuté de 14%.

Les cantons de Berne et Vaud restent les deux plus gros contributeurs de bois. Le recul de la production y a atteint toutefois -17%, respectivement -9%. Zurich, arrivé en troisième position, a connu une petite embellie (+2%).

Dégringolade des prix

Les prix du bois ont également dégringolé après la décision de la BNS. Celui du bois brut affiche une perte de 6%, celui d'industrie de 9%, selon l'indice des prix à la production de l'OFS. Par rapport à 2014, le produit moyen de la vente de bois est passé de 70 à 65 francs par mètre cube.

Les entreprises forestières ont malgré tout réussi à limiter les dégâts. Les pertes s'élèvent à 55 francs par hectare. Cela a été possible grâce à une nette amélioration des résultats dans les domaines de la production de biens (plaquettes, pépinières, etc) et de services (service forestier, prestations à des tiers, etc), indiquent l'OFEV et l'OFS.

Après l'abandon du taux plancher, le secteur forestier et l'OFEV ont adopté des mesures destinées au marché du bois: initiative en faveur du bois suisse, préférence accordée aux mesures d'entretien des jeunes peuplements ou soutien d'un certificat d'origine du bois suisse.

sda-ats

 Toute l'actu en bref