Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

La taxe poubelle en odeur de sainteté



Selon une nouvelle étude fédérale, plus de 80% des personnes soumises à la taxe poubelle y sont favorables.

Reste à savoir si les Vaudois - qui votent dimanche sur son introduction - suivront une pratique déjà largement répandue en Suisse alémanique.

Menée par l'Office fédéral de l'environnement, des forêts et du paysage (OFEFP), cette étude doit tirer un premier bilan sur les effets de la taxe au sac-poubelle.

Selon Hans-Peter Fahrni, responsable du dossier à l'OFEFP, ce rapport sera achevé et publié l'année prochaine. En primeur pour swissinfo, il en donne les premiers résultats.

«Nous avons été très surpris de constater que plus de 80% des personnes soumises à la taxe poubelle y sont favorables», relève Hans-Peter Fahrni.

«Notre étude, ajoute le responsable, montre également que les communes qui ont adopté la taxe au sac poubelle connaissent un meilleur tri des déchets et voient augmenter la quantité de détritus récupérables».

Les conditions du succès

«Mais ce succès dépend fortement des conditions dans lesquelles cette taxe est introduite», souligne Hans-Peter Fahrni.

Autrement dit, la commune qui adopte cette formule doit impérativement offrir à ses administrés un nombre suffisant d'emplacements pour y déposer et y trier ses ordures.

«Il faut également que ces déchèteries soient entretenues par la commune. Sinon, les gens risquent de se démobiliser», ajoute Hans-Peter Fahrni.

«Selon notre enquête, le taux d'acceptation des Suisses dépend également du montant de la taxe au sac poubelle», souligne le responsable de la division déchets à l'OFEFP.

A l'entendre, cette taxe ne devrait pas dépasser les deux francs par sac de 35 litres. Le bilan écologique de la taxe poubelle semble donc largement positif, selon l'OFEFP.

Les choix variés de la Suisse romande

Pourtant, la Suisse romande demeure réticente à l'introduction de cette taxe. Mais à des degrés divers.

Ainsi, dans le canton de Fribourg, le prélèvement d'une taxe est obligatoire dont la moitié au moins est proportionnelle à la quantité de déchets produits.

En Valais, les communes alémaniques ont adopté la taxe poubelle. Alors que les communes francophones financent l'élimination des déchets par l'impôt.

Neuchâtel a retenu le principe d'une taxe forfaitaire par ménage. Les autorités genevoises, elles, tentent d'inciter la population au recyclage des déchets, sans taxe poubelle.

Le peuple jurassien, lui, a refusé l'introduction d'une telle taxe acceptée, pourtant par son parlement.

Un principe inscrit dans la loi

Dimanche, il revient aux Vaudois de se prononcer sur la question. La loi sur la gestion des déchets soumise au vote impose le principe d'une taxe.

Mais elle laisse aux communes la liberté de choisir entre une taxe au sac et une taxe forfaitaire.

Quelle que soit l'issue du vote, Hans-Peter Fahrni est persuadé que l'ensemble de la Suisse finira, tôt ou tard, par adopter l'une ou l'autre de ces taxes.

«C'est le parlement suisse, rappelle-t-il, qui a voulu inscrire dans la loi le principe du pollueur payeur».

swissinfo/Frédéric Burnand à Genève

En bref

La taxe poubelle traduit dans les faits le principe du pollueur-payeur inscrit dans la législation fédérale.
Elle consiste en une taxe de quelques francs par sac-poubelle.
Elle contribue à financer l'élimination des déchets ménagés.
Elle incite les consommateurs à trier et à recycler leurs déchets.
Elle touche actuellement 67% des Suisses.



Liens

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×