Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le peuple tranchera sur la réforme des retraites. Il faudra en particulier convaincre les femmes de travailler un an de plus (image symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le peuple pourra bel et bien trancher le 24 septembre sur la réforme des retraites. Le Parlement a confirmé vendredi son soutien au projet en votations finales. Au National, la réforme a été acceptée un peu plus nettement que jeudi.

Elle a recueilli 100 voix contre 93 et 1 abstention. Le Conseil des Etats l'a acceptée par 27 voix contre 18.

L'augmentation de la TVA qui doit financer la réforme a été approuvée par respectivement 101 voix contre 92 et 27 voix contre 18. C'est la fin de deux ans et demi de travaux sous la coupole. La campagne de votation va pouvoir commencer.

Si le "oui" l'emporte aussi devant le peuple, les femmes devront travailler jusqu'à 65 ans. Les rentes servies sur le capital du 2e pilier baisseront, mais une compensation est prévue via un bonus de 70 francs accordé aux nouveaux rentiers AVS.

Rien n'est joué

Rien n'est joué, comme en témoigne la justesse du vote au National. Jeudi, le dossier devait réunir 101 voix pour passer et n'en a pas obtenu une de plus. Le "oui" l'a emporté grâce à un vote groupé et aucun absent dans les rangs des Verts, PS, PDC, PBD, PVL et Lega. Personne n'a soutenu le projet à l'UDC ni au PLR. Les sceptiques dans ce camp ont préféré s'abstenir ou être absents.

La droite tentera de torpiller un projet qu'elle accuse de mettre en danger au lieu d'assainir les finances de l'assurance vieillesse. La gauche devra convaincre en particulier les femmes d'accepter de travailler jusqu'à 65 ans dès 2021.

Avec la réforme, l'épargne du 2e pilier donnera droit à une rente moins élevée. Le taux de conversion de 6,8% sera abaissé progressivement en quatre ans à 6%. Pour un capital de 100'000 francs, un retraité ne touchera ainsi plus que 6000 francs par an.

La compensation se fera dans l'AVS. Outre un bonus de 70 francs pour les nouveaux rentiers, le plafond de rente pour les couples mariés sera relevé de 150 à 155% d'une rente individuelle.

Dans la prévoyance professionnelle, les cotisations sur les salaires seront un peu plus élevées. Elles resteront à 7% dès 25 ans. Pour les 35-44 ans, elles passeront de 10% actuellement à 11%, avant de monter à 16% pour les 45-54 ans et de culminer à 18% dès 55 ans.

Retraite à la carte

La réforme introduit le principe d'une retraite à la carte, qui pourra être prise entre 62 et 70 ans avec bonus ou malus à la clé. Les rentes pour veufs ou veuves qui ont des enfants seront rabotées et les rentes pour orphelins revalorisées.

Les changements touchant au 2e pilier et la compensation dans le 1er pilier entreront en vigueur à partir de 2019. Les nouveaux prélèvements de TVA et l'élévation progressive de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans commenceront à courir dès 2018.

La TVA augmentera de 0,6 point en deux étapes. La première hausse de 0,3 point sera indolore car elle prendra le relais d'un coup de pouce temporaire à l'AI. La population ne verra les factures de TVA réellement augmenter de 0,3 point qu'en 2021.

Le Parlement a décidé de lier le sort des deux volets. La réforme n'entrera en vigueur que si le peuple et les cantons disent oui à la révision de la constitution pour augmenter la TVA. Il ne sera donc même pas nécessaire de lancer un référendum contre l'âge de la retraite des femmes pour tout faire capoter.

ATS