Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Le plus long tunnel ferroviaire du monde est percé


La réunion des mineurs venus des Grisons et du Tessin pour un moment vécu comme étant historique. (Keystone)

La réunion des mineurs venus des Grisons et du Tessin pour un moment vécu comme étant historique.

(Keystone)

A 14h17 vendredi, le tunnelier a fait la jonction entre Faido et Sedrun, au cœur du tunnel de base du Gothard, après onze ans de travaux, devant des centaines d’invités, les caméras et les ministres des transports de l'UE réunis à Luxembourg.

La Suisse détient désormais le record du monde du tunnel ferroviaire le plus long: l'ultime paroi de la galerie de base du Gothard est tombée vendredi à 14h17 sous les applaudissements du millier de personnes qui ont suivi l'événement à Sedrun, sous la terre et dans la halle du chantier.

Dans un silence religieux, le gigantesque tonnelier a été mis en marche peu après 14h00, à plus de 800 mètres sous terre. La tension était perceptible dans la halle du chantier de Sedrun, où près de 1000 personnes suivaient l'événement sur des grands écrans, pour la plupart des mineurs.

Une dizaine de minutes plus tard, des premières fissures apparaissaient déjà sur la paroi. L'émotion se lisait sur les visages. Au moment où la paroi est tombée dans un grand fracas, une immense clameur s'est élevée dans le tunnel et dans la halle du chantier de Sedrun. Une marée d'applaudissements ont aussi ponctué l'événement historique.

La première percée principale, à 30 km du portail sud et 27 km du portail nord, a été effectuée avec une très grande précision, soit avec un écart de 8 cm seulement et un écart vertical de 1 cm. Le tonnelier a avalé un mètre et demi de roche en moins de vingt minutes.

Quelque 200 invités triés sur le volet vivaient l'événement au coeur de la montagne, tandis que 3500 personnes assistaient au percement à Sedrun, Faido, Erstfeld et au KKL de Lucerne, où des écrans géants avaient été installés. La télévision suisse a retransmis l'événement en direct.

L'Europe reconnaissante

Les ministres européens des transports réunis devant leur écran au Luxembourg ont fait part de la reconnaissance de l'Union Européenne envers la Suisse et ont regretté de n'avoir pas pu assister physiquement à l'événement.

Le commissaire européen des transports Siim Kallas a décrit la réalisation du tunnel de base du Gothard comme «extrêmement importante et admirable». Elle représente selon lui un exploit, rien que du point de vue des difficultés techniques.

De son côté, le représentant de la Belgique, qui préside actuellement l'UE, a déclaré que la Suisse pouvait être «fière». Il a transmis à la Confédération, au nom de ses collègues, la reconnaissance des 500 millions d'Européens.

Quant au secrétaire d'Etat allemand Klaus-Dieter Scheurle, il a souligné devant les représentants des médias présents au Luxembourg, que l'Europe pouvait être heureuse «que de si grands projets soient entrepris et menés à bien».

Discours, musique et recueillement ont précédé le percement ultime. La galerie a été bénie en allemand, italien et en rumantsch. «Que ce tunnel puisse rapprocher les peuples», ont dit les deux prêtres en invoquant aussi Sainte-Barbara, la protectrice des mineurs.

«Les mineurs sont les héros de ce chantier et de ce grand jour», a déclaré Renzo Simoni, directeur général de AlpTransit, qui a enlevé son casque et s'est incliné pour rendre hommage aux ouvriers. Il a lu les noms des huit mineurs qui sont morts lors de la construction. Leurs photos avaient été accrochées dans une petite niche de la galerie, illuminée par des bougies.

La montagne est grande...

Renzo Simoni a souligné qu'AlpTransit est un projet de plusieurs générations et pour plusieurs générations. «La montagne est grande, nous sommes petits, mais ensemble nous avons créé quelque chose de grand. Nous avons vaincu la montagne», a complété Moritz Leuenberger.

«Les électeurs suisses ont prouvé à travers les urnes qu'ils avaient le courage de s'engager dans la construction de ce tunnel», a dit le ministre des transports devant les invités. Et de souligner que seule une communauté politique était capable de percer le plus long tunnel du monde en respectant le délai initial et en ne dépassant pas les coûts prévus.

«Cette journée est la preuve que notre démocratie directe est durable, cohérente et efficace», a encore ajouté Moritz Leuenberger. Quant aux sceptiques, ces Cassandre, «nous ne voulons pas leur faire de reproches». Grâce à eux, «nous avons calculé et surveillé nos coûts de manière scrupuleuse», a dit le socialiste.

«A 2300 mètres au-dessous de la ligne de partage des eaux entre la Méditerranée et la Mer du Nord, (…) dans les entrailles de la montagne, (…) nous contribuons à façonner notre continent sous le signe de la solidarité et du développement durable en développant le transfert du trafic de la route sur le rail», s'est réjoui Moritz Leuenberger.

Pour l’événement, le petit village tranquille de Sedrun avait été pris d'assaut par trois cents journalistes, photographes et cameramen. Plus de la moitié venant de Suisse, les autres de l'étranger, la plupart d'Europe, d'Allemagne et d'Italie surtout. La France a montré moins d’intérêt, avec par exemple Le Monde ou France 3.

Plus tôt dans la journée, le directeur de l'Office fédéral des transports, Peter Füglistaler, a affirmé que ce 15 octobre est un jour de joie pour la Suisse et l'Europe. Pour autant, quelques nuages assombrissent l'horizon des NLFA, comme un entretien plus coûteux que prévu.

«Nous ne pouvons pas cacher que nous cherchons actuellement des solutions pour le financement des coûts d'entretien et d'amortissement des infrastructures», a dit Peter Füglistaler devant les médias. Elles seront présentées «d'ici la fin de l'année et discutées l'an prochain».

Ouverture fin 2016 déjà

Autre inconnue: les raccordements des transversales ferroviaires alpines au nord et au sud. «Il est impératif que l'Allemagne et l'Italie respectent les engagements qu'ils ont pris pour que le transfert des marchandises de la route au rail ait vraiment lieu», a rappelé le directeur de l'Office fédéral des transports.

Peter Fürglistaler a rendu hommage aux huit mineurs qui ont jusqu'ici perdu la vie et remercié tous les collaborateurs au chantier du siècle - plus de 2000 en dix ans. De son côté, le directeur général d'Alptransit, Renzo Simoni, a rappelé les difficultés financières et techniques qui ont dû être surmontées pour battre aujourd'hui ce record du monde. Il a confirmé que le tunnel ferroviaire le plus long du monde pourrait ouvrir fin 2016 déjà.

TUNNEL DE BASE

Chantier des superlatifs, le tunnel de base du Gothard disposera de deux voies - 228 kilomètres de rails - et reliera les cantons d'Uri et du Tessin. Sa mise en service est programmée en 2017.

Il est prévu que 300 trains de voyageurs ou de marchandises l'empruntent quotidiennement. Les convois pourront circuler à une vitesse maximale de 250 kilomètres/heure. Le trajet Zurich-Milan s'effectuera alors en deux heures et 40 minutes, soit un gain de près d'une heure.

Les dernières estimations indiquent que ce chantier va coûter quelque 9,8 milliards de francs pour le tunnel de base et 12,2 milliards pour l'ensemble des aménagements sur l'axe du Gothard. C'est environ 5 milliards de plus que le montant devisé. Huit ouvriers ont perdu la vie durant les travaux.

Ce n'est pas fini...

D'importants aménagements sont encore nécessaires avant que les tubes puissent être empruntés par les trains. La prochaine grande étape est la percée du second tube, prévue au mois d'avril prochain.

Ensuite, jusqu'en 2014, les ouvriers s'attèleront surtout à revêtir et bétonner tous les tubes et toutes les galeries.

Durant ce temps, les spécialistes de l'équipement du gros-œuvre mettront en place les installations mécaniques et électromécaniques telles que portes, portails ou installations de ventilation et de domotique.

Les travaux de montage de la technique ferroviaire (voie, ligne de contact, câblages, installations de sécurité, etc.) seront effectués parallèlement aux derniers travaux de gros-œuvre et d'équipement. Ils ont déjà démarré au mois de mai au portail sud du tunnel de base, sur la section Faido-Bodio Ouest.

swissinfo.ch et les agences



Liens

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×