Les primes de l'assurance maladie de base devraient être plafonnées à 10% du revenu disponible des ménages. Le Parti socialiste a lancé mardi son initiative visant à soulager les dépenses des familles à faibles et moyens revenus.

Les initiants ont jusqu'au 26 août 2020 pour récolter les 100'000 signatures nécessaires. L'initiative d'allègement des primes veut que tous les assurés soient traités sur un pied d'égalité. Au cours des vingt dernières années, les primes ont plus que doublé. En moyenne, elles s'élèvent actuellement à 14% du revenu disponible, argumente le PS.

Cantons à la même enseigne

L'initiative prévoit une clé de répartition fixe en matière de financement des subsides. La réduction des primes serait financée à raison de deux tiers au moins par la Confédération, le solde revenant aux cantons. Le projet devrait coûter entre 3 et 4 milliards de francs, a indiqué la conseillère nationale saint-galloise Barbara Gysi devant la presse.

Les cantons se sont progressivement désengagés du financement des réductions alors que les primes ont augmenté ces dernières années, a relevé le médecin zurichois Angelo Barrile. L'initiative crée des conditions similaires partout. Il existe actuellement 26 systèmes différents.

Le modèle devrait permettre de garantir un accès aux prestations de soins pour tous. De plus en plus de personnes choisissent la franchise la plus élevée pour des raisons de coûts. Et lorsqu'elles tombent malades, elles renoncent aux soins car elles n'ont pas les moyens de les payer, a noté le conseiller national.

Modèle vaudois

Le modèle s'inspire du canton de Vaud où la mesure a été introduite de façon progressive dès le 1er septembre 2018 avec un plafonnement à 12%. Depuis le début de l'année, toutes les personnes dont la prime dépasse 10% du revenu - soit 70'000 Vaudois - peuvent bénéficier des subsides. Le coût est estimé entre 50 et 60 millions, a dit la conseillère nationale vaudoise Brigitte Crottaz.

Cette mesure améliore le pouvoir d'achat de manière significative. Sans elle, les milliardaires et les travailleurs continueraient à payer la même prime pour chaque membre de leur famille. Avant son introduction, 28% de la population vaudoise bénéficiait de subsides sous forme d’aide aux primes en 2017, a ajouté Brigitte Crottaz. Soit plus de 500 millions de francs par an.

Ultimatum

Le lancement de l'initiative intervient alors que le Tribunal fédéral vient d'épingler Lucerne sur le plan des réductions des primes. Le TF a estimé que le canton a fixé une limite de revenu trop basse pour le droit à percevoir la subvention aux primes des enfants des jeunes adultes en formation.

Une victoire pour le PS qui a lancé un ultimatum à huit cantons, dont le Valais et Neuchâtel qui ont pris des mesures depuis.

La situation est brûlante, a commenté Barbara Gysi. Le jugement concernant Lucerne a fixé le haut de la barre en matière de réduction. L'initiative va plus loin, selon la Saint-Galloise.

PDC aussi

Le PS n'est pas le seul parti à s'engager sur le front de l'assurance maladie. Le PDC a lancé en octobre son initiative en faveur d'un frein aux coûts de la santé.

L'initiative exige que la Confédération et les cantons prennent des mesures incitatives contraignantes lorsque l'augmentation des coûts moyens annuels par personne assurée dans l'assurance de base est supérieure d'un cinquième à l'évolution des salaires nominaux. Les économies se monteraient à 6 milliards de francs, selon les démocrates-chrétiens.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.